Contribuer à Debian : écrire un rapport de bug

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
46
Mois de parution
février 2010
Domaines


Résumé
Tout projet libre ayant atteint une taille importante utilise un système de suivi de bugs qui permet à ses utilisateurs de rapporter la découverte de dysfonctionnements et de proposer des améliorations. Le projet Debian a fêté ses 16 ans cette année. Un chiffre pour résumer la participation des utilisateurs au fil du temps : 550000 rapports de bugs.Le projet Debian est fortement structuré autour de son système de suivi de bugs (souvent abrégé par BTS pour Bug Tracking System). Un rapport de bug n'est donc pas une participation anodine et va être la source d'une évolution au sein de la distribution. Nous présenterons dans l'article suivant les différents moyens dont dispose un utilisateur pour créer un rapport de bug, l'envoyer à Debian, le suivre et le faire évoluer.

1. Qu'est-ce qu'un rapport de bug ?

Très rapidement, précisons ce qu'est un rapport de bug. Il est la trace écrite d'un dysfonctionnement ou d'une amélioration souhaitée. Si vous constatez un dysfonctionnement sur un paquet et que vous ne le signalez pas au développeur en charge de ce paquet, il aura peu de chance d'être réparé, à moins qu'un autre utilisateur fasse, lui , la démarche.

En faisant parvenir à Debian un rapport, vous lancez un processus incluant le demandeur (vous) et le ou les développeurs Debian en charge du paquet. L'échange qui va avoir lieu tend à déterminer la gravité du bug constaté (nous verrons cela plus bas) et les actions à entreprendre pour régler ce problème. Votre rôle de demandeur consiste à fournir le maximum d'informations sur le bug et sur le contexte dans lequel il est survenu.

Si l'échange entre vous et le développeur Debian n'est pas suffisant pour régler le problème, le rapport de bug peut être transmis au développeur...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

À la découverte du gestionnaire de système et de services System Daemon

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Historiquement, les services du système GNU/Linux étaient pris en charge par ce qu’on appelait System V. Cela permettait de lancer des programmes au démarrage de l’ordinateur, mais également de gérer les niveaux d’exécution de différentes parties du système, grâce à des scripts shell placés dans le répertoire /etc/init.d. Après une courte transition par le projet upstart, une grande majorité des systèmes GNU/Linux a basculé sous Systemd (pour System Daemon), plus souple et efficace pour gérer les différents services, mais pas seulement.

Gérez vos gros volumes de données avec Elasticsearch

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Elasticsearch est un SGBD NoSQL qui gagne en popularité ces dernières années de par sa flexibilité et sa gestion facile. Il intègre la notion de cluster qui permet de décentraliser une base de données afin de rendre les requêtes à celle-ci plus rapides, tout en assurant une sécurité plus qu’acceptable. Dans cet article, nous allons gérer une base de données Elasticsearch en nous focalisant principalement sur la manipulation des données. Nous supposerons que vous disposez déjà d’un cluster installé disposant bien évidemment d’un nœud master, comme vu précédemment [1].

Retour sur une stratégie de migration à grande échelle : l’exemple de la Gendarmerie Nationale

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Le lieutenant-colonel Stéphane Dumond, chef de bureau IT au sein du Service des Technologies et des Systèmes d’Information de la Sécurité Intérieure a accepté de revenir avec nous sur les enjeux de la migration à grande échelle réalisée par la Gendarmerie Nationale. Vous découvrirez dans ces lignes son retour d’expérience sur le sujet, de la stratégie suivie, aux objectifs visés en passant par les difficultés rencontrées et les bénéfices constatés à court et long terme.

À la découverte des namespaces mount et uts

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Le namespace mount, premier d'une longue série de namespaces a été ajouté à Linux quelques années après chroot() pour offrir plus de possibilités et de sécurité dans l'isolation des systèmes de fichiers. Introduit peu après et indéniablement plus simple, le namespace uts permet d'instancier les noms de machine. Les conteneurs sont bien entendu les premiers clients de ces fonctionnalités.