Développement d'une montre en VHDL : l'assemblage des composants

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
143
|
Mois de parution
novembre 2011
|


Résumé
Après des vacances bien méritées mais studieuses, nous voilà repartis dans le projet de la montre pour la dernière ligne droite : l'assemblage de toutes les unités pour finaliser le code VHDL ! Il manque encore une unité de gestion de l'affichage matriciel et nous devons ajuster les autres unités en conséquence, mais ça y est, tout est enfin là.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Par le même auteur

Développement d'une montre en VHDL : l'assemblage des composants

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
143
|
Mois de parution
novembre 2011
|
Résumé
Après des vacances bien méritées mais studieuses, nous voilà repartis dans le projet de la montre pour la dernière ligne droite : l'assemblage de toutes les unités pour finaliser le code VHDL ! Il manque encore une unité de gestion de l'affichage matriciel et nous devons ajuster les autres unités en conséquence, mais ça y est, tout est enfin là.

Développement d'une montre : le générateur de fréquence

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
140
|
Mois de parution
juillet 2011
|
Résumé
Ce mois ci, il est temps d'aborder la crème de la crème du VHDL, un des atouts majeurs du langage, j'ai nommé la structure « for generate ». Nous allons utiliser sa puissance de déploiement pour écrire l'avant-dernière unité de conception de la montre : le prédiviseur de fréquence.

Réalisation d'une montre en VHDL : la gestion des boutons

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
137
|
Mois de parution
avril 2011
|
Résumé
Pour ceux qui débarqueraient, cet article va vous présenter une des unités de conception utilisées pour créer une montre ayant pour pièce centrale un FPGA. Il y a 5 autres unités, toutes présentées dans cette série d'articles dont celui-ci est le quatrième. Le code et les notions abordés au cours de ces articles sont aussi utiles dans bien d'autres contextes, le prétexte de la montre étant une sorte de « hello world » électronique.