Analyser la performance de son serveur JBoss

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
117
Mois de parution
juin 2009


Résumé
Un serveur d'application JEE, tel que JBoss en l'occurrence, est un outil très complexe qui fournit un ensemble de services élaborés (conteneur de servlet, connecteur HTTP, « stack » WebService, queue JMS, et j'en passe) qui peut tout à fait le rendre aussi cryptique qu'effrayant à analyser. Pour démystifier l'engin, nous allons effectuer une analyse de performances sur une instance de JBoss en nous limitant aux quelques paramètres essentiels à notre test.

whatisjbossas

1. Objectifs

1.1 Le rôle d'un serveur d'applications JEE dans une architecture n-tiers

Le serveur d'applications est avant tout un produit d'intégration. Ainsi, son rôle dans une architecture n-tiers est avant tout de permettre la communication entre les applications qu'il héberge et les différents outils d'infrastructures que sont les bases de données, les annuaires (LDAP) ou encore certains anciens systèmes (« mainframe »). Il joue donc un rôle clé, mais aussi un rôle « boîte noire ». Cela aussi bien du point de vue de l'application, qui s'adresse à son conteneur, le serveur d'applications, pour « trouver son chemin » vers les ressources dont elle a besoin, que du point de vue des exploitants ou des équipes de tests, souvent peu habitués à la relative complexité du monde JEE.

Dans notre cas pratique, nous allons mettre en place une application « web », utilisant une source de données. Nous mettrons aussi en place le « monitoring » de quelques indicateurs...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Personnaliser Tomcat avec Ansible

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
128
Mois de parution
novembre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Lors d’un précédent article, nous avons entièrement automatisé la mise en place d’un serveur Apache Tomcat à l’aide d’Ansible [1]. Dans celui-ci, nous reprenons là où nous nous sommes arrêtés, afin d’aller un peu loin et d’évoquer, en détail, comment personnaliser son installation un peu plus et configurer, de manière plus spécifique, le serveur web Java, cette fois-ci dans sa version supportée par Red Hat, nommée JBoss Web Server.

Concevoir un outil Java en ligne de commande avec Quarkus

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
117
Mois de parution
novembre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Quarkus est un cadre d’exécution Java séduisant et dédié la réalisation de service ReST à la fois performant, léger et aisé à déployer. Grâce à une récente et audacieuse innovation, le framework permet désormais de créer des applications en ligne de commande. Démonstration par la pratique, dans cet article, de cette nouvelle et excitante fonctionnalité du projet.

Déployer Tomcat avec Ansible

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
127
Mois de parution
septembre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Ansible est un fabuleux outil pour automatiser la mise en place de systèmes. De son côté, Apache Tomcat est un très populaire serveur « web » Java. Voyons aujourd’hui comment ces deux technologies peuvent collaborer afin de vous permettre de créer vos environnements de développement comme de production, de la manière la plus rapide et efficace possible.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous