Systemd vainqueur de Upstart et des scripts « System V » ?

GNU/Linux Magazine n° 153 | octobre 2012 | Jérôme Delamarche
Creative Commons
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
0
Merci d'avoir participé !
Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !
Votre note a été changée, merci de votre participation !
Après plus de 30 ans de service (!), le vénérable processus init et ses scripts de service disparaissent petit à petit des systèmes Unix et de nos distributions Linux préférées. Si la technologie « Upstart » est connue des adeptes d'Ubuntu, quel sera le remplaçant sur RedHat, Debian et les autres ? systemd très probablement... L'objectif de cet article est de vous préparer à la migration vers cette nouvelle technologie.

1. Introduction

Vous connaissez certainement les scripts dits « System V » ou « de service » ? Vous savez, ce sont ces scripts shell, situés sous /etc/init.d/ et dont l'appel avec les paramètres start ou stop produit les messages : Démarrage de .... [OK] ou Arrêt de ... [OK].

Ces scripts, ainsi que leur mécanique de lancement via /etc/rc, sont un héritage du vénérable Unix System V qui date de 1983. Cette architecture est simple, mais certains la trouvent lente, peu robuste et limitée, aussi depuis quelques années deux alternatives ont émergé au sein des principales distributions Linux. D'un côté, on trouve les partisans de Upstart (Ubuntu) et de l'autre les supporters de systemd (Fedora, Mandriva, OpenSuSE et bientôt RedHat et Debian). Notons que l'auteur de systemd – Lennart Poettering [LPOE1] – est employé chez RedHat... ceci explique cela.

Il ne s'agit pas ici de comparer ces deux successeurs du vénérable init, mais d'expliquer le fonctionnement de systemd. Pourquoi ce choix partial ? Parce que systemd me semble mieux documenté, mieux architecturé et surtout plus universel au vu du nombre de distributions qui l'ont choisi ou qui vont l'adopter.

Pourquoi systemd est-il meilleur que init ? (voir [LPOE2])

Dans un souci de rationalisation et d'optimisation, systemd va réaliser des tâches qui étaient auparavant laissées au bon-vouloir du développeur des scripts System V. Par exemple, dorénavant, la gestion et le contrôle des PID des processus de service ainsi que ceux de leurs enfants sont à la charge de systemd. De même pour les logs. Systemd va aussi jouer le rôle de coordinateur et d'arbitre pour gérer dépendances et conflits.

Pour améliorer les performances du démarrage, systemd adopte plusieurs techniques astucieuses : tout d'abord, connaissant l'arbre de dépendances des services, il est naturellement capable de paralléliser les lancements de processus (on peut lancer A et B s'ils ne dépendent pas l'un de l'autre, même indirectement). Mais au-delà, systemd peut lancer en parallèle des processus interdépendants ! Comment cela ? Systemd va anticiper et créer une socket Unix pour tout service à démarrer. Ainsi, les « clients » d'un service (c'est à dire les services dépendants) vont se connecter dessus alors que le service réel n'est peut-être pas encore actif. Quand celui-ci le sera, systemd lui passera la socket, ainsi les « clients » bloqués pourront être servis !

2. Concepts et architecture de systemd

Le composant de base géré par systemd s'appelle une « unité » (unit). Il faut imaginer chaque unité comme un objet à part entière, possédant généralement sa propre configuration. Les « anciens » scripts de service peuvent être réécrits sous forme d'unités pour systemd, mais ce ne seront pas les seuls !

2.1. Types d'unités

Les unités sont des objets typés qui possèdent un état, par exemple « actif », « inactif » ou « en erreur » (active, inactive, failed).

Les types d'unités supportés sont :

Nom du type d'unité Description
service permet de déclencher et superviser des processus lancés à travers des scripts System V ou directement par systemd.
socket

de type Unix, FIFO ou INET, elle est associée à un service.

Par exemple, un accès à la socket nscd.socket va démarrer le service nscd.service (voir plus haut le principe de l'anticipation par création de sockets Unix).

mount gestion du fichier /etc/fstab.
automount pour la gestion des systèmes de fichiers auto-montés.
path permet d'activer d'autres services quand des fichiers ou des répertoires sont modifiés. Éventuellement les répertoires peuvent être créés par systemd.
target pour regrouper des unités logiquement ou pour définir des unités prédéfinies dites « unités spéciales » (voir ci-dessous).
timer pour activer des unités sur le déclenchement de timers.
snapshot pour permettre un save/rollback pendant des changements de configuration de service.
swap pour l'activation des zones de swap (pas utilisé sur Fedora 17).

Nous allons voir que chaque unité possède son propre fichier de configuration, mais le type de l'unité sera donné par le suffixe du nom du fichier de configuration. Par exemple, le fichier sshd.service sera associé à une unité de type service.

2.2. Unités prédéfinies

Mais pour pouvoir se substituer au vieil init, il a fallu concevoir des unités prédéfinies (ou unités spéciales), certaines correspondant directement à la valeur du champ action des lignes du fichier /etc/inittab :

(tableau non exhaustif)

Nom de l'unité prédéfinie Description
basic.target définit des tâches à déclencher très tôt.
ctrl-alt-del.target que faire quand l'utilisateur appuie sur Control-Alt-Suppr (lien symbolique vers reboot.target).
default.target lien symbolique vers multi-user.target (équivalent au runlevel 3 de RedHat/Fedora) ou graphical.target (équivalent au runlevel 5). C'est l'unité déclenchée en premier.

emergency.target, rescue.target

halt.target, poweroff.target, reboot.target, shutdown.target

unités invoquées au démarrage ou lors de l'arrêt du système ou quand l'ordre correspondant est donné par la commande systemctl (voir §4).
sysinit.target unités invoquées très tôt lors du démarrage et indépendamment du runlevel. L'activation du LVM en est un exemple.
runlevelX.target (où X prend les valeurs 0 à 6) permet de simuler les changements de runlevel. Ces unités sont en fait des liens symboliques vers poweroff.target (niveau 0), rescue.target (niveau 1), multi-user.target (niveaux 2,3,4), graphical.target (niveau 5) et reboot.target (niveau 6).
local-fs.target, remote-fs.target, swap.target pour le montage des systèmes de fichiers et l'activation du swap.
network.target pour gérer correctement les dépendances entre les services et le réseau.

2.3. Organisation et syntaxe des fichiers de configuration

Si on conçoit bien le besoin d'imiter le comportement de init, quoique le nombre des unités spéciales soit très conséquent, il faut maintenant se représenter concrétement comment sont conçues ses fameuses unités.

Systemd est composé de nombreux exécutables situés sous /usr/lib/systemd/. D'ailleurs le premier processus, lancé par le noyau au démarrage, est /usr/bin/systemd qui n'est autre qu'un lien symbolique vers /usr/lib/systemd/systemd. Si vous ne vous en doutiez pas déjà, vous noterez dès à présent que l'architecture de systemd fait un usage abondant des liens symboliques...

La configuration est située dans le répertoire /etc/systemd/ et le fichier de configuration principal va s'appeler /etc/systemd/system.conf.

Pour connaître l'emplacement des fichiers de configuration de systemd, il est possible d'utiliser la commande suivante :

# pkg-config systemd --variable=systemdsystemconfdir

/etc/systemd/system

Note

Note 1 : systemd peut être invoqué par un utilisateur avec l'option --user, dans ce cas, son fichier de configuration principal est /etc/systemd/user.conf, mais nous occulterons cette possibilité ici.

Note 2 : Sur la distribution Fedora 17, utilisée ici comme exemple, les répertoires /bin, /sbin et /lib sont en fait des liens symboliques sur /usr/bin, /usr/sbin et /usr/lib.

Le fichier /etc/systemd/system.conf est un fichier « à la .INI », contenant une rubrique [Manager] et des options globales, dont les principales sont listées dans ce tableau :

Paramètre Description Valeur par défaut
LogLevel définit le niveau de verbosité. info
LogTarget destination des messages de logs. Une valeur usuelle est journal, qui exploite un processus supplémentaire (voir §3.2). syslog
MountAuto honore les montages de systèmes de fichiers listés dans /etc/fstab. yes
MountSwap honore l'activation des zones de swap listées dans /etc/fstab. yes
DefaultControllers choix du cgroup. cpu

Certaines options peuvent être surchargées en passant des options au noyau ou sur la ligne de commandes systemd. Par exemple, en cas de problème, systemd propose un mode « pas-à-pas » pour permettre la résolution des problèmes si vous lui passez le paramètre systemd.confirm_spawn=1 comme option du noyau, ou --confirm-spawn sur sa ligne de commandes.

systemd analyse ensuite le contenu du fichier bien nommé /etc/systemd/system/default.target qui, sur la Fedora 17 lancée en mode graphique, est un lien symbolique vers /lib/systemd/system/runlevel5.target. Enfin du concret ! Nous pouvons examiner le contenu de ce fichier et commencer à explorer la syntaxe des fichiers de configuration des unités.

Notez que sur votre distribution, pour connaître l'emplacement des fichiers de configuration des unités, il est possible d'utiliser la commande suivante :

# pkg-config systemd --variable=systemdsystemunitdir

/usr/lib/systemd/system

Si les fichiers qui sont sous /etc/systemd/system/ sont en fait des liens symboliques sur leurs homonymes situés sous /lib/systemd/system/, certains répertoires existent avec le même nom à la fois sous les répertoires /etc/systemd/system/ ET /lib/systemd/system/, et dans ce cas leur contenu diffère. L'affichage de la valeur de la variable systemdsystemunitpath avec la commande pkg-config montre bien que le répertoire /etc/systemd/system/ est prioritaire.

Un fichier de configuration d'unité contient les rubriques suivantes :

Nom de la rubrique Description
[Unit]

décrit le service et les règles de dépendances à l'aide des paramètres :

Description, Before, After, Requires, Requisite, Wants, Condition*.

[Install] décrit ce qu'il faut faire quand on invoque systemctl enable | disable. Par exemple, le paramètre WantedBy=xxxx indique qu'il faudra créer un lien symbolique dans le répertoire /etc/systemd/system/xxxx.wants/. Also indique des unités additionnelles à installer en plus.

Puis, selon le type de l'unité, des sections supplémentaires et leurs lots de paramètres seront nécessaires.

2.4. Exemples de configuration

À tout seigneur tout honneur, examinons le contenu du fichier /etc/systemd/system/default.target qui est le nom de la première unité lancée par systemd (pour information, je suis un adepte de la commande readlink qui permet de connaître le nom final du fichier référencé par une suite de liens symboliques) :

# readlink -f /etc/systemd/system/default.target

/lib/systemd/system/graphical.target

# cat /etc/systemd/system/default.target

[Unit]

Description=Graphical Interface

Documentation=man:systemd.special(7)

Requires=multi-user.target

After=multi-user.target

Conflicts=rescue.target

AllowIsolate=yes

[Install]

Alias=default.target

Nous retrouvons bien les sections [Unit] et [Install] dont nous avons parlé au §2.3. Le paramètre Requires= indique que l'unité multi-user.target doit être activée pour que default.target soit considérée comme active. Le paramètre After= précise qu'il faut attendre la fin de l'exécution de l'unité multi-user.target avant de finir l'exécution de default.target (il existe aussi un paramètre Before=, mais en l'absence de précision sur l'ordonnancement, les exécutions sont parallélisées).

Le paramètre Conflicts= indique que l'unité default.target ne doit pas être lancée si rescue.target est déjà activée. L'unité rescue.target correspond au runlevel 1, il est normal de ne pas lancer le mode multi-utilisateur et encore moins l'interface graphique !

Le paramètre AllowIsolate= est un hack : il permettra de faire en sorte qu'on puisse imiter le changement de niveau d'exécution comme on le faisait avec init. Dans le cas d'un changement de runlevel, donc, tous les processus qui ne seront pas gérés par l'unité default.target ou ses dépendances seront arrêtés.

Le paramètre Alias= de la rubrique [Install] indique que lors de l'activation de cette unité (dont le véritable nom est runlevel5.target), il faudra créer un alias sous la forme d'un lien symbolique nommé default.target ! Eh oui : autant décrire tous les liens symboliques dans des fichiers de configuration et laisser les outils fournis avec systemd gérer correctement ces liens.

Reprenons : default.target doit être activée après multi-user.target. Que fait cette unité ?

# cat /lib/systemd/system/multi-user.target

[Unit]

Description=Muti-User

Documentation=man:systemd.special(7)

Requires=basic.target

Conflicts=rescue.service rescue.target

After=basic.target rescue.service rescue.target

AllowIsolate=yes

[Install]

Alias=default.target

Vous commencez à comprendre le mécanisme ? On nage en pleine récursivité : cette unité dépend de basic.target, mais à un moment donné, il faudra bien lancer des processus ! Notons que la rubrique [Install] définit un Alias qui porte le même nom que celui défini par l'unité graphical.target : ce n'est pas un problème car l'unité graphical.target se jouant après multi-user.target, le lien symbolique default.target pointera bien vers la bonne unité.

En continuant l'examen des unités selon leurs dépendances, on constate que basic.target dépend de sysinit.target et sockets.target. La configuration de sysinit.target contient un nouveau paramètre intéressant :

[Unit]

...

Wants=local-fs.target swap.target

On se doute qu'il va falloir d'abord activer les systèmes de fichiers locaux ainsi que le swap avant de réaliser d'autres tâches, mais ici, Wants= indique que l'unité sysinit.target sera activée même si l'une des unités dont elle dépend échoue lors de son activation. Ce comportement est différent du Requires= qui stipule que l'unité n'est activée que si toutes les unités dont elle dépend sont activées avec succès (c'est une forme de transaction !).

Parfois, une unité peut dépendre de très nombreuses autres unités, ce qui provoquerait l'écriture de directives Wants= ou Requires= assez fastidieuses avec le souci de devoir modifier ces lignes chaque fois que les dépendances sont modifiées. Pour éviter cela, systemd permet d'externaliser les dépendances d'une unité en permettant l'utilisation de répertoires associés à des liens symboliques (encore !). Le principe est le suivant (nous le décrivons pour la directive Wants=, il se transpose aisément pour la directive Requires=).

Prenons l'exemple de l'unité sysinit.target, elle dépend de local-fs.target et swap.target, comme indiqué par son fichier de configuration, mais ce n'est pas tout ! Comme il existe un répertoire nommé /etc/systemd/system/sysinit.target.wants/, l'unité sysinit.target dépend aussi de toutes les unités dont le nom apparaît dans les liens symboliques situés dans ce répertoire :

# cd /etc/systemd/system

# ls -l sysinit.target.wants

...  lvm2-monitor.service -> /usr/lib/systemd/system/lvm2-monitor.service

...  mdmonitor-takeover.service -> /usr/lib/systemd/system/mdmonitor-takeover.service

Les dépendances se règlent donc simplement à coups de création et destruction de liens symboliques. Rôle parfaitement rempli par la commande systemctl que nous verrons dans un instant.

Prenons un autre exemple : comment est lancé le démon sshd ? Il est décrit par l'unité /lib/systemd/system/sshd.service qui est référencée par un lien symbolique situé sous /etc/systemd/system/multi-user.target.wants/. Le contenu du fichier sshd.service est :

[Unit]

Description=OpenSSH server saemon

After=syslog.target network.target auditd.service

[Service]

EnvironmentFile=/etc/sysconfig/sshd

ExecStartPre=/usr/sbin/sshd-keygen

ExecStart=/usr/sbin/sshd -D $OPTIONS

ExecReload=/bin/kill -HUP $MAINPID

[Install]

WantedBy=multi-user.target

Oui, un service dispose d'une nouvelle rubrique nommée [Service] dont les paramètres sont explicites. Toutefois, il manque ici le paramètre Type= qui indique comment lancer le service. La valeur par défaut est simple pour indiquer que le processus nommé par ExecStart= est le processus principal du service, mais les autres possibilités sont  : forking, dbus, oneshot, idle et notify (voir la documentation man systemd.service). Remarquez aussi la ligne de commandes qui permet de faire un « reload » du démon : la variable $MAINPID est gérée par systemd et aura pour valeur le PID de sshd.

Dans la configuration de l'unité sshd.service, on trouve aussi la directive WantedBy= qui indique la dépendance entre ce service et l'unité multi-user.target, ce qui nécessitera la création d'un lien symbolique dans /etc/systemd/system/multi-user.target.wants/ lors de l'initialisation des unités.

La configuration des services permet aussi d'imiter la fonctionnalité du respawn proposée par init. Avec systemd, la surveillance et la regénération d'un processus de service est réalisée par les directives Restart= (sur quel état du processus faut-il le relancer ?) et RestartSec= (au bout de combien de secondes faut-il le relancer ?). Regardez le contenu de la configuration de l'unité getty@.service pour en avoir un exemple.

Avez-vous remarqué la présence du caractère @ dans le nom de l'unité getty@.service ? Il s'agit d'une astuce lexicale proposée par systemd pour permettre de créer des modèles d'unités (unit templates). En effet, vous savez qu'habituellement vous disposez d'un certain nombre de terminaux virtuels, chacun étant géré par une commande de la famille getty (par exemple, sur RedHat cette commande est /sbin/mingetty – à voir dans le fichier /etc/inittab). Pour imiter ce comportement, il faudrait donc définir autant d'unités que de terminaux virtuels à gérer, ce qui est évidemment à éviter. Les modèles d'unités prennent tout leur sens alors :

si systemd doit activer une unité dont le nom est getty@tty1.service et que ce nom d'unité n'existe pas sous /lib/systemd/system/, alors, à cause de la présence du caractère @ dans le nom de l'unité, systemd va rechercher une unité dont le nom est getty@.service. Comme cette unité existe, c'est elle qui sera invoquée et la chaîne tty1 qui faisait partie du nom de l'unité initiale sera fournie sous forme de « specifier » accessible dans la configuration de l'unité. Ce specifier se nomme %I (lire « i » majuscule. Il en existe d'autres – voir man systemd.unit).

Voici un extrait du fichier getty@.service sur Fedora17 :

[Unit]

Description=Getty on %I

...

[Service]

Restart=always

RestartSec=0

TTYPath=/dev/%I

...

Outre les services, au sens « classique » du terme, nous avons dit en préambule que systemd allait aussi gérer les sockets afin d'accélérer les lancements des processus inter-dépendants. Regardons la syntaxe de configuration d'une unité de type Socket, par exemple cups.socket :

[Unit]

Description=CUPS Printing Service Sockets

[Socket]

ListenStream=/var/run/cups/cups.sock

ListenStream=631

ListenDatagram=0.0.0.0:631

[Install]

WantedBy=sockets.target

Nous constatons la présence d'une rubrique [Socket] contenant les paramètres de création des sockets à créer. Ici, systemd va créer une socket du domaine UNIX qui s'appellera /var/run/cups/cups.sock, puis une socket TCP (ListenStream) à l'écoute sur le port 631 pour toutes les adresses IP de la machine, puis il créera une socket UDP (ListenDatagram) à l'écoute du port 631 en IPv4 uniquement. D'autres paramètres sont disponibles (voir man systemd.socket).

Comme ultime exemple, nous allons prendre l'exemple d'un montage à effectuer lors du démarrage. Il m'arrive souvent de placer ce type de montage dans le vénérable /etc/rc.local, mais le faire gérer par systemd est un gage de robustesse. Sur notre Fedora 17, le contenu du fichier media.mount est :

[Unit]

Description=Media Directory

Before=local-fs.target

[Mount] :

What=tmpfs

Where=/media

Type=tmpfs

Options=mode=755,nosuid,nodev,noexec

Ce qui permet d'avoir au démarrage un répertoire /media associé à un système de fichiers de type tmpfs.

Comme vous le subodorez peut-être déjà, le nombre de paramètres possibles pour définir la configuration des unités est très important, ce qui fait à la fois la richesse et la complexité de systemd !

2.5. Petite synthèse

Récapitulons en prenant comme exemple le démarrage du système :

Lorsque systemd est lancé par le noyau (1), il lit son fichier /etc/systemd/system.conf (2), puis il examine la première unité à lancer : default.target (3) qui est en réalité un lien symbolique vers runlevel5.target (lui-même lien symbolique vers graphical.target).

Ce fichier contient une directive After=multi-user.target, donc systemd cherche la configuration de cette unité (4) et l'interprète. Mais il existe un répertoire multi-user.target.wants (5), donc systemd parcourt ce répertoire pour activer les unités qui y sont décrites. On y trouve par exemple sshd.service, etc.

3. Gestion des processus et des logs

3.1. Gestion des processus

Par défaut, systemd maintient automatiquement la relation entre PID et processus activés. Ainsi, le PID de notre démon sshd précédent est stocké par systemd dans le fichier /var/run/sshd.pid. Mais pour les services dont la valeur de Type= est forked (alors que le type est simple pour sshd.service), systemd peut se tromper dans son analyse du processus principal. En effet, quand un service est de type forked, cela signifie que le processus lancé par systemd va lancer un ou plusieurs processus fils puis va se terminer. S'il a lancé plusieurs processus fils, le stockage de PID du processus fils « principal » est à la charge du processus parent et il faut indiquer à systemd dans quel fichier est stocké ce PID. On fait pour cela un usage de la directive PIDFile= dans le fichier de configuration de l'unité.

Note

sur Fedora 17, le répertoire /var/run est en fait un lien symbolique vers /run qui est le point de montage d'un système de fichiers de type tmpfs, donc rapide mais non persistant.

3.2. Gestion des logs

Dans le tableau du §2.3, nous avons montré les paramètres principaux de systemd dans le fichier /etc/systemd/system.conf. Parmi ceux-ci, nous avons évoqué LogTarget=. Sur Fedora 17, la valeur de ce paramètre est : journal. Cela indique à systemd d'envoyer tous les messages de log à un nouveau démon nommé systemd-journald lui-même activé par systemd car décrit par l'unité systemd-journald.service.

Ce processus est configuré par le fichier /etc/systemd/systemd-journald.conf dont voici un extrait :

[Journal]

ForwardToSyslog=yes

MaxLevelSyslog=debug

Compress=yes

#SystemMaxUse=

#ForwardToConsole=no

Le processus systemd-journald stocke les logs qu'il reçoit dans des fichiers situés sous /run/log/journal/, mais il peut aussi réémettre les logs vers le démon syslog (ou rsyslog dans notre cas) ou vers la Console système. On peut lui indiquer des tailles limites de fichiers à générer ou une taille maximale d'espace disque à utiliser.

Les fichiers de logs sont à un format binaire, il faut utiliser la commande journalctl pour en afficher le contenu :

# journalctl

affiche le contenu des logs avec votre paginateur préféré, mais il est possible de limiter le nombre de lignes affichées avec l'option -n (comme le fait la commande tail) :

# journalctl -n 10

Enfin, l'affichage peut être filtré (comme le ferait grep !) en précisant des valeurs spécifiques pour les champs des lignes de logs. Ces champs ont des noms prédéfinis comme MESSAGE, PRIORITY, _PID, _HOSTNAME, _SYSTEMD_UNIT (voir man systemd.journal-fields). Par exemple, pour n'afficher que les logs relatifs à l'unité sshd.service, on exécute la commande :

# journalctl _SYSTEMD_UNIT=sshd.service

4. Comment faire « comme avant, avec init » ?

Finalement, 30 ans après, Unix/Linux ne change pas radicalement : on peut gérer systemd avec les commandes ln pour les liens symboliques et vi pour la configuration ! Néanmoins, essayons d'être un peu plus productifs et évitons de réécrire des commandes qui existent déjà. Si, comme moi, vous vous êtes habitué aux commandes simples mais néanmoins utiles chkconfig et service, par quoi va-t-il falloir les remplacer ?

Voici un petit tableau qui met en parallèle vos commandes usuelles avec leur pendant « à la mode de » systemd :

Remplacement de la commandechkconfig
chkconfig sshd on systemctl enable sshd.service
chkconfig sshd off systemctl disable sshd.service
chkconfig sshd --list systemctl is-enabled sshd.service
Remplacement de la commande service
service sshd status

systemctl status sshd.service

service sshd status

service sshd start

systemctl start sshd.service

service sshd start

service sshd stop

systemctl stop sshd.service

service sshd stop

service sshd reload

systemctl reload sshd.service

service sshd reload

Remplacement des commandesinitettelinit
init 0

systemctl poweroff

init 0

init 6

systemctl reboot

init 6

init 3

systemctl isolate runlevel3.target

init 3

Choix du niveau d'exécution au démarrage
valeur de initdefault dans /etc/inittab valeur du lien symbolique default.target

En résumé :

Fonctionnalité init (system V) systemd
Activation d'un service au démarrage

commande chkconfig

liens symboliques vers /etc/init.d/

chkconfig et liens symboliques pour les scripts non encore migrés

commande systemctl pour les processus pris en charge par systemd

Démarrage ou arrêt d'un service commande service

commande service ou

commande systemctl

Changement de niveau d'exécution commande init

commande init ou

commande systemctl

Vous voyez l'intérêt de la nouvelle commande systemctl qui centralise toutes les opérations mais qui permet de réaliser d'autres opérations :

- pour obtenir la liste de toutes les unités (situées sous /lib/systemd/system/) et leur état courant :

# systemctl list-unit-files

- pour obtenir la liste et la description des unités de type service :

systemctl list-units -t service

- si vous changez la configuration de systemd ou des unités, la commande suivante permet de faire relire les fichiers par systemd :

# systemctl daemon-reload

- et si vous aimez les graphes bien « touffus » (et inexploitables !), vous pouvez générer une image représentant les dépendances entre toutes les unités par :

# systemctl dor | dot -Tsvg > fichier.svg

Conclusion

À la lecture de cet article, peut-être avez-vous eu la réaction suivante : « mais pourquoi avoir fait si compliqué alors que finalement init ne fonctionnait pas si mal que ça ? » [NDLR : ce serait plutôt « mais c'est quoi ce #@$!& ? »]. Effectivement, je me suis aussi posé cette question et me la pose encore. Administrateur de serveurs Linux, je n'ai jamais connu de problème avec init et, si parfois, on peut considérer le temps de démarrage comme plutôt long, ce n'est rien comparé aux délais de scans et de tests des Bios et firmwares des contrôleurs de toutes sortes. Le passage vers systemd (ou upstart) ne se justifie pas, selon moi, sur de telles plates-formes. Vouloir « faire la course » entre distributions Linux, Mac OS X voire Windows (!), n'a aucun intérêt pour des serveurs. Néanmoins, il semble que le pas soit pris et que, petit à petit, les principales distributions Linux nous forcent ainsi à nous adapter. Alors, avant de vous retrouver face à une nouvelle version de votre Linux préféré où init et les scripts System V auront définitivement disparu, étudiez dès à présent le fonctionnement de systemd dont le périmètre d'action va encore s'accroître avec la future intégration de udev  !

Références

[LPOE1] Blog de l'auteur Lennart Poettering (http://0pointer.de/blog/projects/systemd.html)

[LPOE2] Comparaison faite par L.Poettering entre systemd, upstart et sysvinit (http://0pointer.de/blog/projects/why.html)

[FEDORA] le wiki de systemd sur Fedoraproject.or (http://fedoraproject.org/wiki/Systemd)

Tags : System V, systemd