Les articles de Teissier Jean-Philippe

Martine monte un CERT s02e01

Magazine
Marque
MISC
Numéro
94
|
Mois de parution
novembre 2017
|
Domaines
Résumé
L’année prochaine les CERT souffleront leur 30ème bougie. Peu de gens le savent, mais le CERT Coordination Center [CERT/CC] fut créé aux U.S.A. par la DARPA en 1988 en réponse au ver Morris. Celui-ci exploitait des vulnérabilités dans des services exposés sur Internet ainsi que la faiblesse des mots de passe de certains utilisateurs. Les incidents de 2017 - WannaCry puis NotPetya - ont démontré que, près de 30 ans plus tard, la marge de progrès reste… conséquente. Les cyberattaques de toutes intensités sont quotidiennes et les CERT sont plus que jamais le maillon central de la cybersécurité des entreprises comme des États. Anticipation, Détection, Réaction, les missions des CERT s'étoffent année après année et elles nécessitent une adaptation constante aux menaces et aux besoins de leurs constituency [CONST]. Par ailleurs, la résilience de la Nation dépend désormais si fortement des systèmes d’information de certaines entreprises ou administrations que la France a fixé les objectifs et les exigences de cybersécurité de ces opérateurs d’importance vitale [OIV]. Leurs CERT et plus généralement leurs équipes de détection et de réaction devront être certifiées, ou a minima conformes, respectivement aux référentiels PDIS et PRIS, tel que nous le verrons dans l’article consacré à la LPM.

Injections web malveillantes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
60
|
Mois de parution
mars 2012
|
Domaines
Résumé
Les malwares modernes sont en constante évolution. Parmi ces malwares, la catégorie la plus distribuée actuellement est celle des chevaux de Troie (également appelés « troyens » ou « trojans »), qui constituent probablement le plus grand risque pour les internautes. Ces malwares ont pour but de dérober certaines informations sur un système qu’ils ont infecté. Ils peuvent être utilisés pour obtenir des documents sensibles et/ou confidentiels d’entreprises, mais également pour dérober diverses informations sur des ordinateurs d’internautes lambda. Les chevaux de Troie évoluent en termes de technicité pour poursuivre leur but : infecter le système quelle que soit sa configuration, obtenir l’information recherchée, et se maintenir si nécessaire sur le système, le plus longtemps possible.

Et pour quelques Bitcoins de plus

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
4
|
Mois de parution
octobre 2011
|
Domaines
Résumé

Le projet Bitcoin [1] est décrit par ses détracteurs comme la plus grande menace de tous les temps pesant sur Internet. Pourtant, il ne s'agit ni du dernier malware chinois (ou russe ou américain ou ...), ni d'un groupe d'hacktivistes anonymes ou humoristiques, ni du Kill Switch américain (ou russe ou chinois ou ...).Son inventeur le décrit comme un moyen de paiement électronique de pair à pair autorisant les paiements sans recours à une institution financière, sans frais et garantissant l'anonymat des acheteurs et vendeurs. Ses partisans les plus ardents voient même en lui l'arme absolue contre l'inflation quand des économistes crient à l'arnaque. Les sénateurs américains Charles Schumer et Joe Manchin ont même déposé un projet de loi visant à interdire l'utilisation de Bitcoin. Wikileaks a annoncé en juin 2011 accepter les donations en BTC.