Renderscript

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
61
Mois de parution
juillet 2012


Résumé

Android équipe aujourd’hui des appareils avec des CPU possédant un nombre de cœurs croissant et des GPU de plus en plus puissants. Il sera demain sur des architectures encore plus performantes et peut-être différentes de celles que l’on connaît aujourd’hui. Comment profiter de toute cette puissance dans nos applications sans trop compliquer nos vies de développeurs ? Google a répondu à cette question en créant Renderscript, un outil qui facilite le développement de code performant et portable.


1. Introduction à Renderscript

1.1 Les outils pour développer sur Android

Android a initialement été développé pour être déployé sur des téléphones. Il se trouve maintenant sur un nombre croissant d’appareils : des tablettes, des télévisions, des ordinateurs, du mobilier urbain, des micro-ondes, etc.

Google fournit plusieurs outils pour développer une application Android :

- le SDK, qui utilise des API Java basées sur une machine virtuelle nommée Dalvik. Les applications développées avec le SDK tourneront partout tant qu’une VM Dalvik sera disponible (ARM, MIPS, x86...).

- le NDK (Native Development Kit) permet de développer en C/C++ et d’écrire du code natif plus performant que ce qu’il est possible de faire dans le monde Java/Dalvik. Cependant, le binaire produit ne ciblera qu’une seule architecture et il faudra autant de packages que d'architectures, présentes (ARM v5, ARM v7 avec ou sans NEON, x86...) et futures.

Écrire du code...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous