Comment pourrir sa Debian

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
227
Mois de parution
juin 2019
Spécialité(s)


Résumé
La distribution GNU/Linux Debian a acquis une réputation de rigueur et de stabilité qui en fait le système le plus utilisé dans le monde. Au moins pour le Monde Libre. Les statistiques sont assez difficiles à réaliser. Surtout que certains comptent parfois des sous-Debian abâtardies, comme pour Microsoft qui renomme sa version de Debian en Ubuntu [1]. Après tout, si j’ai pourri ma Debian et que je continue de la comptabiliser comme une Debian, on peut compter aussi les Ubuntu et autres. La Vraie Version Unique de Debian est Debian Stable avec uniquement le dépôt free. Un dicton affirme que « On ne réinstalle pas une Debian, on la répare ». Certes, mais à condition de ne pas la pourrir. L’élément le plus fragile de la Debian reste l’équipement situé entre le clavier et la chaise.


J’ai commencé à utiliser Debian au siècle dernier. Depuis ces décennies que je l’utilise, le constat est net : la version stable est stable. Mais, c’était l’époque où elle sortait « quand elle sera prête ! ». C’est à l’opposé des distributions commerciales, qui doivent sortir une nouvelle version attrayante avant la sortie du bilan trimestriel, pour satisfaire les actionnaires. La Debian, c’est pour les utilisateurs !

L’utilisation de la version stable garantit que les logiciels ne seront pas modifiés. Les bugs sont corrigés, les failles de sécurité comblées. Le comportement peut être altéré par la correction d’une faille de sécurité. Mais pour installer un serveur, c’est parfait. Après son installation, les mises à jour sont faites au moins une fois par jour et aucun souci pendant quelques années.

Pour la station de travail, certains utilisateurs aimeraient bien disposer des toutes dernières versions...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous