GNU/Linux Magazine Hors-série N°
Numéro
47

Voyage au centre de l'embarqué

Temporalité
Mars/Avril 2010
Image v3
Voyage au centre de l'embarqué
Article mis en avant

Résumé
De tous les systèmes d'exploitation libres pour mobile, Android est aujourd'hui celui dont la part de marché croît le plus vite. De fait, il devient intéressant de proposer des exemples d'applications qu'il est possible de développer sur cette plate-forme. C'est ce que nous nous proposons de faire dans cet article.

Dans ce numéro...


Dans la première partie de cette étude, le lecteur a pu appréhender certains concepts basiques du développement sous Android. Dans la réalisation de notre application, nous en étions restés à l'affichage d'une carte Google centrée sur la position géographique de l'utilisateur. Cette seconde partie arrive en complément de la précédente et porte sur l'interrogation d'un service web et le positionnement d'éléments sur la carte.
Le développement d'applications pour smartphones ou, plus largement, pour téléphones mobiles, est généralement une affaire de SDK spécialisés et de langages compilés comme C ou C++. Depuis quelque temps cependant, nos « mobiles » sont devenus suffisamment puissants pour supporter un interpréteur. La création d'applications s'en trouve grandement simplifiée.
Le choix d'une distribution Linux embarquée n'est pas une tâche aisée. L'utilisateur a le choix entre la « réduction » d'une distribution classique, l'acquisition d'un produit commercial ou la construction d'une distribution from scratch. Une autre solution est envisageable, en l'occurrence, l'utilisation d'un outil de développement dédié. Il en existe plusieurs, citons LTIB, OpenEmbedded, PTXdist, Openwrt ou Buildroot. La facilité de prise en main, la puissance et la complexité sont très variables suivant les produits.
Dans l'article d'introduction à Buildroot, nous avons présenté les principaux concepts de cet outil. Cependant, il est très fréquent que l'utilisateur doive adapter l'environnement de développement à son matériel, souvent spécifique.
La carte ACME Fox Classic est l'une des premières générations de cartes à base de processeurs ETRAX d'Axis Communication. Il s'agit en réalité d'un SoC ou, comme on l'appelle chez Axis, d'un MCM (Multi Chip Module). Cette carte est maintenant considérée comme obsolète, non en raison de ses capacités mais du fait qu'ACME Systems produit maintenant des modules bien plus puissants. Preuve de la validité toujours actuelle de la carte Fox Classic, voici un petit guide pour y installer OpenWrt.
Sans nous en rendre compte, nous utilisons actuellement tous de nombreux systèmes embarqués. En effet, de nos jours, ces systèmes électroniques sont présents dans de nombreux domaines d’application tels que les systèmes multimédias, la domotique, la voiture, l’avionique...
Nous proposons d'aborder le developpement sur microcontrôleur selon un aspect « environnement exécutif » fourni par TinyOS. La plate-forme minimaliste – le microcontrôleur MSP430F149 avec 2 KB de RAM – est exploitée au mieux grâce à cet environnement de développement. Nous démontrons la mise en oeuvre de cette plate-forme, munie d'une carte SD, pour le stockage de masse non volatil de données acquises périodiquement sur support formaté accessible depuis la majorité des ordinateurs personnels (FAT).
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait ». Mark Twain. Cet article n'a pas pour but d'être une description complète de ce qu'est le VHDL, mais simplement une initiation, sous forme d'exemple. Il s'adresse aux personnes qui, comme moi, ont décidé (pour une fois) de découvrir un langage avant de se renseigner sur ses difficultés inhérentes. Parce qu'il est parfois essentiel d'avancer sans préjugés. Il utilise la syntaxe de VHDL'87, qui suffit à la très grande majorité des cas. Le prochain article (de Yann Guidon) abordera quant à lui certaines techniques introduites par VHDL'93.

Magazines précédents

Les derniers contenus premiums