Le VPN du pauvre...

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
228
Mois de parution
juillet 2019


Résumé

Le VPN est un trigramme utilisé à outrance dans le petit milieu de l'informatique pour résoudre des problématiques liées à la confidentialité. Mais il n'est nul besoin d'acheter à prix d'or une machine nord-américaine pour assurer sa confidentialité. En utilisant intelligemment les outils que nous offre notre système préféré, nous allons pouvoir nous créer un VPN à très bas coût...


 

Le système Linux nous offre toujours plus d'outils, de moyens pour créer des usages avancés, simplement. Nous allons voir qu'avec peu de lignes de Bash, des logiciels open source, et quelques connaissances du système d'exploitation, nous pouvons développer une solution possédant un haut niveau de confidentialité, tout en restant transparente pour l'utilisateur final. Le but de cet article est de combiner un ensemble de logiciels libres afin de réaliser une solution complète de VPN. Un VPN est basé essentiellement sur un tunnel de communication sécurisé, atteignable depuis une interface réseau système, le tout configurable de façon simple. Dans la suite, nous allons tenter de créer une interface réseau faisant office d’interface d’entrée pour notre tunnel, lequel s’appuiera sur Tor pour la partie communication sécurisée, cloisonnée en utilisant les namespaces réseau, le tout gouverné par la puissance du Bash !

1. Tor

Tor est un protocole,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous