Les articles de GNU/Linux Magazine N°161

Mais que faire avec tout cela ? Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais le marché de l'informatique personnel (ce terme a-t-il encore vraiment un sens aujourd'hui où l'informatique est devenue par définition personnelle) se scinde. Nous avons d'un côté des machines surpuissantes et de l'autre des tablettes, smartphones et netbooks certes puissants, mais sans commune mesure face à la première catégorie.
Le logiciel serveur probablement plus installé au monde s'appelle OpenSSH [1], on trouve cette implémentation libre du protocole SSH [2] dans la totalité des UNIX libres et propriétaires, voire la totalité des systèmes d'exploitation. Lorsqu'on administre un parc de plusieurs dizaines, centaines, milliers de machines en utilisant cette suite de logiciels, les méthodes classiques d'authentification peuvent s'avérer fastidieuses, voire dangereuses, nous allons voir dans cet article comment utiliser de façon élégante une nouvelle fonctionnalité du serveur OpenSSH 6.2 qui adresse de façon impeccable cette problématique : AuthorizedKeysCommand.
Git a bouleversé l'univers des gestionnaires de versions en permettant un fonctionnement décentralisé, susceptible de se passer de serveur. En sera-t-il de même pour Simple Defects dans le monde des gestionnaires de tickets ?
Après un an à avoir décortiqué et présenté les mécanismes de fonctionnement interne d'Android 4.0 (Ice Cream Sandwich), force est de constater que le système a continué d'évoluer. Il est désormais temps de voir comment mettre à jour notre précieux, via un principe de mise à jour appelé OTA ou « Over The Air ».
Nous revenons aujourd'hui aux fondamentaux de cette rubrique avec l'analyse d'un code C ayant permis à monsieur Jari Arkko de gagner l'IOCCC [1] en 2000 dans la catégorie « Best Of Show ».Il s'agit donc d'un code source de moins de 1536 caractères non blancs qui réalise pourtant ce que des logiciels hors de prix peinent à imiter.
Google et Apple se partagent 90% du marché des systèmes d'exploitation sur smartphones et tablettes. De nombreuses alternatives (Symbian, MeeGo, webOS, etc.) ont été tentées sans rencontrer de succès auprès du public (ou des constructeurs). Firefox OS est un petit nouveau avec une spécificité jamais vue auparavant : toutes les applications sont écrites en html5 !
Dans Linux Pratique 78, j'ai décrit différents outils, console ou graphique, permettant de donner la parole à votre ordinateur. Voyons ici comment réaliser la synthèse vocale dans vos propres programmes en C à l'aide d'eSpeak et SVOx Pico-TTS...
Vous vous souvenez, ému, de vos premiers programmes en Pascal durant votre DEUG A (je parle d'un temps que les moins de 20 ans…). Vous les avez peut-être faits avec Turbo Pascal (sur un bon vieux 286) ou encore sur des terminaux X (Dec Pascal par exemple). Vous aviez complètement oublié ce langage prévu au départ pour l'enseignement de la programmation rigoureuse. Vous le pensiez même obsolète... mais c’était sans compter des projets comme Free Pascal Compiler, ou encore Lazarus...
Les coding standards ou standards de code sont une façon de normaliser le style d'écriture de vos codes sources. Cette bonne pratique, trop souvent négligée, est pourtant un moyen d'augmenter la productivité d'une équipe de développeurs, du moins si chacun y met du sien.
Les deux articles précédents de cette série ont décrit ce que sont les patrons variables, ainsi que les techniques usuelles à utiliser lorsque l'on doit les manipuler. Nous allons voir ici un exemple concret d'utilisation, qui pourrait être utilisé dans une programmation très bas niveau malgré les abstractions mises en œuvre.