GUI versus CLI

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
173
Mois de parution
juillet 2014
Spécialité(s)


Résumé
Il est bien connu que les utilisateurs de Linux apprécient souvent utiliser la ligne de commandes, presque toujours effrayante pour l'utilisateur de Windows. Partageant depuis longtemps cette préférence, j'ai eu récemment l'occasion d'en comprendre les raisons, mais aussi leurs implications.

Le partisan de la ligne de commandes (CLI : Command Line Interface) se distingue de celui de l'interface graphique (GUI : Graphic User Interface) en bien des circonstances, mais l'une des plus caractéristiques est l'approche mise en œuvre pour découvrir par soi-même comment effectuer une tâche nouvelle. L'adepte de la GUI recherche toujours d'abord un programme graphique, qui le prend par la main en lui présentant dans de jolies fenêtres les différentes possibilités qui lui permettent d'atteindre son objectif. L'utilisateur fait connaissance avec le logiciel en parcourant onglets et menus, jusqu'à ce qu'il estime avoir une connaissance suffisante du produit pour se lancer dans la réalisation de sa tâche. À l'opposé, le partisan de la CLI recherche un programme en ligne de commandes, prend le temps de parcourir l'aide, la page de manuel, la documentation en ligne, selon ce qui lui semble le plus pratique, le plus rapide et le plus complet.

Le partisan de la CLI,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Surveillez un dossier de sources pour exécuter une commande automatiquement

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
206
Mois de parution
juillet 2017
Spécialité(s)
Résumé
Lorsque l'on développe avec certains outils, un site web avec Jekyll par exemple, on vous propose une option qui se révèle bien pratique, souvent appelée --watch. Lorsqu'elle est activée, l'outil surveille le dossier contenant votre code source pour le recompiler dès qu'une modification intervient. Mais lorsque le processus de compilation fait intervenir plus d'un outil, ou si celui qui a votre préférence ne vous offre justement pas cette option, il paraît difficile de continuer à fonctionner comme cela. La solution : inotifywait !

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous