MassDuino 328D : bien plus qu'un clone d'ATmega328 et pourtant si frustrant

Magazine
Marque
Contenu Premium
Domaines


Résumé

Parfois, on achète des bricoles sur eBay et on ne fait pas attention aux détails tant le prix est étonnamment faible. C'est ainsi qu'on peut avoir quelques surprises à la livraison et, tantôt, ces surprises peuvent être bonnes... Voilà comment, en pensant acheter des clones d'Arduino Nano à bas coût, je me suis finalement retrouvé avec des clones d'ATmega328 à bas coût ! Les cartes étaient en effet équipées d'un microcontrôleur MassDuino MD-328D, vendues par INHAOS Technology et ne se contentant pas d'être simplement compatibles avec les AVR d'Atmel/Microchip...


Je savais que les copies ou clones de circuits intégrés populaires sont monnaie courante dans certains endroits du monde. Parfois, ces circuits sont totalement légitimes, car les droits intellectuels ont expiré depuis bien longtemps (comme ceux sur le microcontrôleur 8051) et parfois il s'agit de contrefaçons pures et simples. Si vous souhaitez produire un microcontrôleur ou n'importe quel circuit intégré compatible avec un modèle existant, vous avez plus ou moins deux approches possibles : développer un nouveau circuit qui se comportera exactement comme l'original, ou étudier le modèle et le reproduire exactement à l'identique. Dans un cas c'est un circuit compatible et dans l'autre c'est une contrefaçon.

En faisant les choses légalement et proprement, le travail de développement du circuit est un investissement important en temps et en ressources, mais vous êtes maître de la création et de son fonctionnement. Ceci vous permet alors d'apporter des...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Libérez votre CPU, utilisez l’accès direct mémoire : le DMA

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

L’article « Pilotez de manière optimale vos afficheurs LED » de Hackable Magazine no34 illustre la manière dont on doit envisager la programmation embarquée : ne pas faire maladroitement en software ce que le hardware prend en charge. Depuis bientôt 10 ans, les microcontrôleurs 32 bits proposent en standard un ou plusieurs contrôleurs DMA qui transfèrent des données entre mémoire et périphériques sans mobiliser le CPU, n’attendons donc pas pour les mettre au travail.

Contrôle de ventilation PC par Arduino

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Les configurations PC actuelles reposent autour de processeurs (CPU comme GPU) qui sont certes très puissants en termes de calcul, mais également très consommateurs en énergie. Or la quasi-totalité de cette énergie électrique sera finalement transformée en chaleur que la machine doit dissiper, souvent activement. Rien d'étonnant donc de voir dans ces ordinateurs des systèmes de refroidissement normalisés qui pourront être utilisés par ailleurs, à condition d'être judicieusement contrôlés...

Une carte pilote de LED RGB hackée en kit de développement FPGA à bas coût

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous allons vous proposer un Hack au sens noble du terme, qui consiste à détourner un produit de son usage prévu initialement pour en faire autre chose. Le produit en question est une carte de contrôle de panneaux de LED disponible pour 15 $ sur le site chinois de vente en ligne AliExpress. Il s’avère que la Colorlight 5A-75B est constituée d’un FPGA ECP5. Voilà qui peut faire un excellent kit de développement ECP5 à très bas coût.

Le module du moment : Décodeur DTMF

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

DTMF, pour dual-tone multi-frequency est un encodage où chaque symbole d'un alphabet de 16 correspond à un couple de deux fréquences audibles, parmi une collection de 8, utilisées de concert. Initialement créé pour la téléphonie fixe, ce système permet historiquement d'encoder les pressions sur les touches d'un téléphone (« 0 » à « 9 », « A » à « D », plus « * » et « # ») et de transmettre le signal correspondant sous forme de sons.