Facilitez la remontée de vulnérabilités sur vos sites web

Magazine
Marque
Contenu Premium
Domaines


Résumé

Ces dernières années, les programmes de bug bounty et la recherche de vulnérabilités libre ont augmenté notablement le nombre de failles trouvées sur les services en ligne. Une fois la vulnérabilité trouvée, le chercheur en sécurité essaie en général de contacter l'équipe sécurité du service en ligne pour lui signaler le problème. Et là, cela peut devenir un véritable casse-tête, car rien n'était jusqu'à maintenant normalisé et documenté. Voyons comment la proposition du fichier security.txt a amélioré la situation et ce qu'il faut mettre en place de votre côté pour bien traiter ces remontées.


1. État des lieux de la remontée de vulnérabilités

1.1 Exploitation d'une vulnérabilité VS divulgation responsable

Au cours de ces dernières années, de nombreux programmes de bug bounty (voir la note qui suit) ont été mis en place directement par les entreprises ou au travers de plateformes dédiées à cet usage. Ces programmes s'inscrivent dans la tendance plus large de la recherche de vulnérabilités sur les services en ligne qui grandit d'année en année.

Une fois la vulnérabilité découverte, le chercheur en sécurité a deux options :

  • En tirer profit de manière nocive pour le service en ligne : il garde pour lui la vulnérabilité et conçoit un code l'exploitant. Il peut utiliser ce code pour son profit et il peut essayer de le vendre à un service d'achats d'exploits qui le revendra à qui veut bien l'acheter : agences gouvernementales, sociétés privées, voire pire. Nous sommes ici typiquement sur le marché gris de la vente d'armes...
Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

La sécurité des communications 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Les réseaux 5G commencent à être déployés dans le monde entier, présentés comme le Graal de la technologie cellulaire. Les évolutions proposées par la 5G concernant la sécurité des communications des abonnés sont réelles ; cependant, la technologie actuellement déployée par les opérateurs ne propose bien souvent aucune de ces améliorations. Regardons de plus près ce qui rendra les communications 5G plus sûres à l’avenir.

Introduction au dossier : Tour d’horizon de la sécurité de la 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Le présent dossier est consacré à un tour d’horizon de la sécurité de la cinquième génération de téléphonie mobile, la fameuse 5G. Au-delà des promesses usuelles avec l’arrivée d’un nouveau réseau, plus de débit, moins de latence, plus de service, on notera également l’avalanche de buzzwords et de polémiques qui a entouré sa promotion. On pourrait aussi se pencher sur les questions politiques et économiques sous-jacentes au déploiement de cette technologie, mais MISC n’a pas encore de corner géopolitique (il faut, pour cela, savoir lire entre les lignes).

Sécurité des infrastructures 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Les réseaux 5G allient encore plus de technologies différentes que les réseaux 4G, ce qui entraîne une complexité de réseau rarement égalée, et donc une sécurité bien difficile à assurer pour les opérateurs comme pour les clients. Malgré les améliorations de sécurité sur le service mobile 5G, il reste de nombreuses manières d’attaquer (et de défendre) les infrastructures 5G de l’opérateur.

Retours d’un hackathon 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Encore insouciant de la crise qui allait frapper le monde fin 2019, un hackathon de 24h a eu lieu à l’université d’Oulu [1] en Finlande afin d’anticiper les attaques sur les futures installations 5G de manière pratique. Nous verrons dans cet article comment il a été possible d’avoir la main sur la quasi-totalité d’un réseau 5G privé comme celui du campus d’Oulu à partir d’une carte USIM et d’un téléphone 5G. Puis, nous verrons d’autres perspectives en termes de tests d’intrusion avec les outils publics actuels.