C : ajoutez vos propres spécificateurs de formats à printf

Magazine
Marque
Contenu Premium
Domaines


Résumé

Les fonctions printf() sont parmi les premières utilisées lorsqu'on découvre le C et sans doute celles qu'on retrouve systématiquement dans tout code du plus simple au plus massif et complexe. C'est aussi la solution la plus basique de mise au point d'un programme en le rendant le plus verbeux possible. En fonction du projet sur lequel vous travaillez cependant, il arrive que ces fonctions ne disposent pas de la forme d'affichage qui vous conviendrait le mieux. Mais avec la glibc, ce n'est pas un problème : il suffit d'ajouter vous-même ce qui manque...


Pour rappel, les spécificateurs de format sont ces caractères précédés d'un % que l'on peut placer dans le premier argument d'une fonction comme printf. Ils permettent de formater correctement le contenu des variables que vous souhaitez afficher, envoyer dans un fichier, transformer en chaîne, etc., d'où le nom « printf » pour print formatted. Voici un simple exemple sans doute superflu :

int i = 74;
printf("Valeur: %d\n", i);

qui affichera “Valeur: 74” à l'écran.

Il est ainsi possible de formater tous types de variables, int (%d), long (%li), float (%f), size_t (%zu), etc. Pour un usage courant, les spécificateurs de formats standards conviendront parfaitement, mais il arrive qu'on ait besoin d'un affichage plus spécifique comme, par exemple, lorsqu'on agit sur des bits. La solution par défaut dans ce cas consiste généralement à utiliser %h ou %H pour un affichage hexadécimal, qu'on formatera souvent plus avant en ajoutant un préfixe, une taille et...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Simulation d’un ordinateur mécanique en scriptant sous FreeCAD

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

L’évolution du traitement du signal est une histoire fascinante largement déroulée par David Mindell dans ses divers ouvrages [1] et citations [2]. Partant de l’ordinateur mécanique avec ses rouages, poulies, bielles et crémaillères, le passage à l’électrique au début du 20ème siècle, puis à l’électronique intégrée avec l’avènement du transistor et des circuits intégrés (VLSI) nous ont fait oublier les stades initiaux qui ont amené à notre statut actuel d’ordinateurs infiniment puissants, précis et compacts. Alors que cette histoire semble s’accompagner du passage de l’analogique au numérique – de la manipulation de grandeurs continues en grandeurs discrètes avec son gain en stabilité et reproductibilité – il n’en est en fait rien : un boulier fournit déjà les bases du calcul discrétisé mécanique, tandis que [3] introduit les concepts du calcul mécanique avec les traitements numériques avant de passer aux traitements analogiques.

Conservez l’historique de vos commandes pour chaque projet, le retour

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
241
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Pouvoir conserver un historique dédié pour chaque projet, voici l’idée géniale énoncée par Tristan Colombo dans un précédent article de GLMF [1]. Cet article reprend ce concept génial (je l’ai déjà dit?) et l’étoffe en simplifiant son installation et en ajoutant quelques fonctionnalités (comme l’autodétection de projets versionnés pour proposer à l’utilisateur d’activer un historique dédié, si ce n’est pas le cas).