Électronique et domotique libre : interfaces pour la programmation et l'identification

Magazine
Marque
Open Silicium
Numéro
8
Mois de parution
septembre 2013
Domaines


Résumé

Le module que nous avons créé dans l'article précédent nous fourni une base pour le développement avec le micro-contrôleur LPC1224, mais son utilisation nécessite de disposer d'une interface de programmation externe, ce qui est parfois casse pied et nécessite plein de fils, câbles, alimentation, bref un beau bordel sur la table. Nous ajouterons aussi un élément spécifique aux modules pour le projet DomoTab, à savoir une eeprom qui servira à l'identification du module sur le système et pourra stocker des données utilisateur le reste du temps. Chaque élément pourra être mis sur une feuille séparée pour permettre le partage avec d'autres schémas.


1. Programmation facile

Pour faciliter l'utilisation de notre module de développement nous allons intégrer un convertisseur “USB-to-UART” qui nous apportera à la fois simplicité de connexion avec le PC de développement et source d'énergie. Notre micro-contrôleur se programme avec une simple liaison série, j'ai donc sélectionné le composant FTDI le plus simple possible parmi ceux proposant une interface série : le FT230X. C'est la solution avec l'empreinte la plus petite et le coût le plus bas que j'ai trouvé (2.20€ à l'unité chez Farnell) et elle ne nécessite aucune programmation pour être fonctionnelle.

Une fois le composant FT230X ajouté à notre bibliothèque (attention, l'ordre des pattes n'est pas le même pour les deux types de boîtier, nous utiliserons le boîtier “SSOP”, qui est un peu plus gros, mais plus simple à souder), nous pouvons l'ajouter à notre nouvelle feuille.

 

domofig1

 

Figure 1 : Interface de programmation...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

De la preuve formelle en Verilog, librement

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Dans cet article, on se propose de découvrir une autre méthode de validation d’un composant écrit en Verilog. L’idée est de décrire les propriétés du composant et de laisser l’ordinateur chercher les stimuli qui feront échouer des propriétés. Ça n’est plus le développeur qui écrit les tests, mais la machine. Cette méthode a récemment été rendue possible avec des logiciels libres grâce à la suite d’outils Yosys (synthèse Verilog), Yosys-SMTBMC (solveur) ainsi que SymbiYosys qui les chapeaute.

Mesurer l’éclairement avec Arduino

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Papa de trois enfants en bas âge, j’ai souvent la tête dans les jouets. Mes enfants, comme beaucoup, s’amusent parfois à faire semblant d’acheter. Et si je leur fabriquais une sorte de « caisse/dînette » ! Ce serait tellement mieux s’ils pouvaient scanner des articles et que « ça marche », pour ensuite payer le total par carte !

Raspberry Pi Pico, Arduino killer ?

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

« Raspberry Pi ou Arduino ? », voici la question typique que se posent nombre de débutants avant de comprendre rapidement que comparer un ordinateur monocarte (SBC) et une carte microcontrôleur n'a aucun sens. Il s'agit de deux mondes distincts reposant sur des philosophies et des contingences totalement différentes. Mais en ce début d'année 2021, la réponse à cette mauvaise question est devenue délicate, car voici venir la carte Pico : une plateforme équipée d'un microcontrôleur RP2040 double-cœur ARM Cortex M0+... par Raspberry Pi ! En d'autres termes, la question est donc maintenant aussi « Raspberry Pi ou Raspberry Pi ? ».

Une nouvelle méthode d’imagerie tridimensionnelle pour la rétro-ingénierie des circuits intégrés

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

La rétro-ingénierie matérielle, et plus particulièrement la rétro-ingénierie du silicium, trouve très rapidement ses limites dans les attaques non invasives où la puce reste fonctionnelle et intègre. Pour pouvoir analyser en profondeur un circuit logique, il faut aujourd’hui forcément passer par une décapsulation et une déstratification, ce qui implique alors la destruction inévitable de la puce. Ces méthodes destructives étaient les seuls moyens d’accéder aux différentes couches d’une puce de silicium et donc de pouvoir reconstituer tout le circuit logique de celle-ci. Mais récemment, des chercheurs ont proposé une nouvelle méthode d’imagerie tridimensionnelle des circuits intégrés, d’abord pour un usage industriel, mais aussi inédit pour la rétro-ingénierie du silicium, qui permet l’analyse en profondeur, sans passer par les processus destructeurs habituels.