Doper votre SIEM pour la réponse sur incident

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
23
Mois de parution
février 2021
Domaines


Résumé

Quand on doit s'occuper de protéger un réseau, on se voit proposer une pléthore de stratégies, allant de l'analyse locale (par machine) à l'analyse globale (orientée sur la donnée). La première est largement couverte par des outils comme les antivirus et les EDR, la seconde va nous permettre de mettre en évidence des menaces plus avancées.


Pour mettre en place une politique de détection globale, nous allons baser notre stratégie sur un SIEM (Security Information and Event Manager) afin de collecter et analyser les données provenant de l'ensemble de notre parc.

Ces données sont au cœur de notre stratégie ; c’est là-dessus que vont s'appuyer les règles de détection, pour tenter de mettre en exergue des comportements malveillants. Mais pour avoir des moteurs de détection efficaces, il nous est impératif d’obtenir des données pertinentes en adéquation avec ce que l'on veut détecter, et surtout d’être en mesure de filtrer le bruit.

Dans cet article, nous allons détailler notre stratégie de collecte de données dans le cadre de la mise en place d'un SIEM sur un réseau Windows, comprendre comment cibler et filtrer les données qui nous paraissent pertinentes dans le cadre d'une détection dynamique, ainsi que dans le contexte d’opérations de réponses sur incident.

Nous allons procéder...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Collecte d'artefacts en environnement Windows avec DFIR-ORC

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
23
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Dès le début de la réponse à incident se pose la question de la collecte de preuves afin de mener à bien les investigations numériques. Rapidement, les problématiques techniques d'échelle, d'hétérogénéité du parc ou de confidentialité font leur apparition. DFIR-ORC tente d'adresser ces sujets en permettant la capture forensique à un instant T d'une machine Windows.

Introduction au dossier : Les fondamentaux de l'analyse forensique

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
23
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

La sécurité informatique est morte : vive la cybersécurité !

Les pirates des années 90 ont laissé place aux cybercriminels et aux APT, les attaques contre la chaîne logistique numérique (Supply Chain Attack) font la Une des journaux grand public. Des rançongiciels paralysent des hôpitaux en pleine pandémie de la Covid-19, des cyberespions chinois, russes, iraniens ou nord-coréens – bizarrement rarement indiens, et pourtant… – pillent les laboratoires pharmaceutiques de leurs recettes de vaccin.

Antivirus, PowerShell et ORC pour le Live-Forensics

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
23
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Dans un parc informatique de plusieurs dizaines de milliers de postes, détecter, chercher et récupérer des artefacts à distance est un travail difficile. Les outils de live-forensics et EDR sont les solutions généralement retenues pour ces usages, néanmoins leur mise en œuvre peut s’avérer complexe sur des systèmes d’information modernes et des zones géographiques étendues. Cet article aborde les capacités de déploiement d’outils de live-forensics au travers des antivirus pour permettre la mise en œuvre des outils de référence, comme DFIR-ORC, lorsque c’est nécessaire.

DFIR et CTI, une complémentarité idéale

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
23
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Lorsqu’une entreprise constate que son système d’information a été compromis par une attaque d’envergure et persistante, sa préoccupation première consiste à vouloir déloger les attaquants du système, et le sécuriser afin que l’attaquant ne puisse plus revenir. Cependant, pour mener à bien cette noble mission, il est nécessaire à la fois de procéder à des actions de réponse à incident, de confinement (c’est dans l’air du temps), de remédiation, mais aussi de procéder à des investigations plus poussées sur les attaquants et leur mode opératoire. Cette dernière phase n’est pas systématiquement mise en œuvre lors d’une réponse à incident, soit par manque de maturité ou méconnaissance des responsables de la sécurité de l’entreprise, soit par manque de budget, tout simplement. Pourtant, cette connaissance approfondie de l’attaque et de ses auteurs permet de remédier à l’incident beaucoup plus efficacement et souvent d’anticiper de prochaines attaques.