L’Internet des objets et le droit

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
15
|
Mois de parution
juin 2017
|
Domaines


Résumé

S’accorder sur une définition de l’Internet des objets est un préalable indispensable, car de celle-ci découlera l’identification des questions de droit qui doivent lui être appliquées. Nous discutons donc dans un premier chapitre quelques définitions de l’Internet des Objets (IdO), puis recensons, à la lumière de l’actualité récente (incidents) et des débats en cours tant aux niveaux nationaux que des institutions internationales (UE notamment) les principaux points de droit que soulève la mise en œuvre de l’IdO. Les définitions de l’Internet des objets montrent toute l’étendue de la gamme à la fois des technologies anciennes et nouvelles qu’il peut mobiliser, que des usages, des contextes d’application et des acteurs impliqués. Il n’est donc guère envisageable de préciser les contours d’un droit unique de l’Internet des objets. La troisième partie de l’article se focalise sur les enjeux liés à la donnée et à la protection de la vie privée.


La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Exploitations de collisions MD5

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
21
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Vous trouvez un système indexant des fichiers via MD5. À quel point est-il vulnérable ? Depuis l'attaque [1] en 2008 qui a généré un faux certificat SSL, la fonction d'empreinte MD5 est considérée comme inutilisable par les experts, car vulnérable en pratique. Cela dit, elle est encore souvent utilisée, et parfois à bon escient. Par exemple en juillet 2019, on apprenait que le système de censure de WeChat [2] était basé sur une liste noire indexée avec MD5. Cet article a pour but de clarifier les attaques par collisions contre MD5.

Le principe de confiance minimale appliqué au Cloud Computing

Magazine
Marque
MISC
Numéro
110
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Avoir la capacité d’identifier des utilisateurs au-delà du système d’information et d’exposer des applications sans la nécessité de passer par un lien réseau de confiance sont deux éléments nécessaires d’une approche Zero-Trust, mais ce ne sont pas forcément des éléments suffisants. Ces applications reposent sur d’autres composants d’infrastructure (comme les serveurs et systèmes de stockage virtualisés) et il est possible d’appliquer une approche de confiance minimale dans ces éléments afin de renforcer la sécurité de ces applications.L’utilisation du Cloud Computing est un bon exemple, car son modèle de responsabilités partagées nécessite une forme de confiance mutuelle entre le fournisseur et l’utilisateur, nous allons donc voir dans cet article comment appliquer un principe de confiance minimale des couches logicielles aux couches matérielles.

Sockets, paquets, captures réseau : quelques outils pour les manipuler

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
21
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Qu’il s’agisse d’aller changer un bit dans l’en-tête IP d’un paquet, de faire des statistiques sur une capture réseau, de faire un MITM ou d’aller mettre en écoute un port pour faire un reverse shell pas cher, il convient de s’outiller correctement. Cet article vous présente un tour d’horizon de quelques outils et astuces indispensables pour qui voudrait maîtriser un peu plus ce qui se passe au niveau réseau.

Sécurité de l'implémentation standard de VXLAN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
110
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Cet article de sensibilisation met en avant une faiblesse de la RFC 7348 permettant de réaliser une attaque du type « homme du milieu ». Il décrit d'abord le fonctionnement de VXLAN, explique ensuite le mécanisme exploité et les dangers associés, puis propose des recommandations ainsi qu'une alternative.

Contrôles de suivi de la conformité RGPD et d’atteinte d’objectifs définis dans la politique de protection de la vie privée

Magazine
Marque
MISC
Numéro
110
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Afin de mettre en application les exigences de contrôle de conformité (article 24 du RGPD), les directions générales, qu’elles aient désigné ou non un Délégué à Protection des Données (DPD), doivent mettre en œuvre des contrôles concernant les répartitions de responsabilités entre les acteurs impliqués par le traitement et l’application de règles opposables, l’effectivité des droits des personnes concernées, la sécurité des traitements et la mise à disposition des éléments de preuve pour démontrer la conformité des traitements de données à caractère personnel.

Par le même auteur

Le piratage de logiciels dans le monde

Magazine
Marque
MISC
Numéro
101
|
Mois de parution
janvier 2019
|
Domaines
Résumé

Depuis plus de quarante ans, le piratage de logiciels demeure un phénomène planétaire, que rien ne semble véritablement pouvoir enrayer. Cet article s’intéresse à l’évolution du piratage de logiciels dans le monde, plus particulièrement au cours de la dernière décennie (2007-2017). Pour alimenter notre étude, nous nous appuyons sur les séries statistiques produites par la BSA et sur un ensemble de rapports et d’études publiés tout au long de la période. Dans un premier chapitre, nous rappelons les principaux enjeux du piratage (économiques, juridiques). Puis nous mettons en évidence quelques caractéristiques de l’évolution du piratage dans le monde, telles qu’elles émergent des séries statistiques de la BSA. Enfin, dans la troisième partie de l’article, nous formulons quelques constats et hypothèses sur les déterminants du piratage et les caractéristiques de son évolution. Des résultats significatifs sont-ils obtenus par les acteurs de la lutte contre le piratage ? Le développement de l’arsenal juridique et le durcissement des sanctions prononcées contre les contrefacteurs sont-ils vraiment de nature à impacter l’évolution du phénomène ?

La surface d’attaque : son utilité, ses limites, ses nouveaux défis

Magazine
Marque
MISC
Numéro
98
|
Mois de parution
juillet 2018
|
Domaines
Résumé

La surface d’attaque est une notion essentielle en cybersécurité. Nous proposons dans cet article un rappel des divers éléments de sa définition (partie 1), puis formulons quelques hypothèses relatives à l’objectif de réduction de la surface d’attaque, qui se heurte à plusieurs difficultés (partie 2). Enfin, dans une visée plus prospective, nous interrogeons-nous sur les effets potentiels de l’intelligence artificielle sur la définition de la surface d’attaque (partie 3).

Les CERT, acteurs de la cybersécurité internationale

Magazine
Marque
MISC
Numéro
95
|
Mois de parution
janvier 2018
|
Domaines
Résumé

Le premier CERT est né du constat d’un besoin de coordination entre les acteurs chargés de réagir aux cyber-incidents. Le FIRST, traduisant la nécessité d’élargir cette coordination à l’international, fut créé en 1990 afin d’offrir à la communauté de CERT naissante les moyens d’échange, de partage, susceptibles de conférer plus d’efficacité à leurs missions. Aujourd’hui, CERT de la première heure et organisations récemment créées, trouvent dans les outils de coordination internationale des espaces de rencontre, des moyens d’échange de données et offrent aussi aux nouveaux entrants des ressources (expérience, parfois financements). Depuis le début des années 90, le paysage des CERT a considérablement évolué. Se sont multipliées notamment les initiatives de coordination internationale dont l’observation permet de s’interroger sur les modalités conditionnant des relations efficaces, et de constater des freins à leur expansion.

Reverse Engineering : ce que le droit autorise et interdit

Magazine
Marque
MISC
Numéro
92
|
Mois de parution
juillet 2017
|
Domaines
Résumé

La pratique du reverse engineering est à la fois attrayante, utile, nécessaire, elle contribue en divers domaines au progrès, à la connaissance, à l’industrie. Elle suscite également des polémiques : le reverse engineering est-il une atteinte aux droits des auteurs ou des inventeurs ?S’opposent ainsi autour de la légalité du reverse engineering de logiciels, d’un côté ceux qui le mettent en œuvre, de l’autre ceux qui comme les auteurs, développeurs, éditeurs, veulent défendre des droits qu’ils peuvent estimer bafoués par cette méthode. Tout n’est pas autorisé, tout n’est pas interdit non plus. Le droit a posé ses règles, en France, mais comme nous le verrons également en Europe ou aux États-Unis, pour ne prendre que quelques exemples, qui veillent à garantir les droits des auteurs, développeurs et distributeurs de logiciels, tout en maintenant des droits aux utilisateurs.

Villes intelligentes et questions de droit

Magazine
Marque
MISC
Numéro
92
|
Mois de parution
juillet 2017
|
Domaines
Résumé

Les villes intelligentes mobilisent les technologies de pointe pour créer des cités high-tech assurant une qualité de cadre de vie optimale. Elles se caractérisent par l’intégration de systèmes, par le déploiement de quantités impressionnantes de capteurs et de calculateurs, pour mesurer, évaluer, optimiser le fonctionnement des transports, de la sécurité, de l’éducation, de la consommation énergétique, ou encore de l’administration, de la santé. L’informatisation de la société et des secteurs-clés n’est certes pas nouvelle. Mais l’intégration des systèmes tout d’abord, puis la concentration de ces technologies dans des espaces encore relativement réduits, créent des conditions particulières qui soulèvent déjà nombre de questions d’ordre juridique : comment vivront les citoyens dans ces environnements dont les technologies sont appelées à réguler non seulement les systèmes, services et applications, mais également, de fait, leur quotidien ? Quel sort sera réservé aux données, notamment personnelles ? Qu’adviendra-t-il des libertés individuelles dans des milieux bardés de capteurs, de caméras, qui permettent de suivre les individus en tous lieux et tous instants ? Mais encore, qui gèrera, qui gouvernera, décidera ou possèdera : comment s’organisera le partenariat public-privé ?

L’Internet des objets et le droit

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
15
|
Mois de parution
juin 2017
|
Domaines
Résumé

S’accorder sur une définition de l’Internet des objets est un préalable indispensable, car de celle-ci découlera l’identification des questions de droit qui doivent lui être appliquées. Nous discutons donc dans un premier chapitre quelques définitions de l’Internet des Objets (IdO), puis recensons, à la lumière de l’actualité récente (incidents) et des débats en cours tant aux niveaux nationaux que des institutions internationales (UE notamment) les principaux points de droit que soulève la mise en œuvre de l’IdO. Les définitions de l’Internet des objets montrent toute l’étendue de la gamme à la fois des technologies anciennes et nouvelles qu’il peut mobiliser, que des usages, des contextes d’application et des acteurs impliqués. Il n’est donc guère envisageable de préciser les contours d’un droit unique de l’Internet des objets. La troisième partie de l’article se focalise sur les enjeux liés à la donnée et à la protection de la vie privée.