Malcom – the MALware COMmunication analyzer

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
12
Mois de parution
octobre 2015
Domaines


Résumé

L’analyse de trafic réseau est une des techniques les plus populaires d’analyse dynamique de malwares. Dans le cadre de la réponse à incident, elle permet rapidement d’identifier les points de commande et contrôle (C2) et de produire des marqueurs ou indicateurs de compromission (« Indicators of Compromise », ou IOC) pertinents pour identifier des hôtes infectés. Les marqueurs réseau sont aussi un très bon point de pivot pour étendre sa connaissance sur l’adversaire : infrastructure, autres malwares, etc. Cependant, les outils classiques d’analyse réseau ne permettent pas de partager ses trouvailles avec d’autres chercheurs, obligeant la communauté « blue team » à partir de zéro lors de l’analyse. Nous allons voir comment Malcom essaye de répondre à ces besoins de partage et en quoi il diffère des outils d'analyse réseau classiques.


1. Malcom in the middle

Malcom est un outil qui se trouve au croisement de deux mondes : l’analyse réseau classique et le « Threat Intelligence ». Malcom est né d’un besoin très opérationnel : croiser les indicateurs réseaux intéressants issus d’une analyse dynamique du malware avec la malveillance connue sur Internet. Le processus manuel de croisement ressemble vaguement à ça :

1. On rencontre un échantillon de malware (exploit-kit, remontée utilisateur, partage sur un forum) ;

2. On lance le malware dans une sandbox ou une VM ;

3. On lance son outil d’analyse trafic réseau préféré :

  • Wireshark (vue très bas-niveau) ;
  • Burp (vue très (trop?) haut niveau) ;
  • tcpdump (pour les warriors !) ;

4. On filtre et extrait les marqueurs réseaux des résultats. La méthode varie grandement en fonction de l’outil utilisé pour la capture.

Ces étapes peuvent être simplifiées à l’aide d’un logiciel de sandbox, comme Cuckoo Sandbox,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

En sécurité sous les drapeaux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

En sécurité sous les drapeaux... du compilateur, ces fameux -fstack-protector-strong et autres -D_FORTIFY_SOURCE=2 que l’on retrouve dans de plus en plus de logs de compilation. Cet article se propose de parcourir quelques-uns des drapeaux les plus célèbres, en observant les artefacts dans le code généré qui peuvent indiquer leur utilisation, tout en discutant de leur support par gcc et clang. Après tout, nombre d’entre eux sont utilisés par défaut sous Debian ou Fedora, ils méritent bien qu’on s’y intéresse un peu.

Introduction aux TPM (Trusted Platform Modules)

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Les TPM (Trusted Platform Modules), brique de base du Trusted Computing, ont été imaginés il y a une vingtaine d’années, et pourtant ils ne sont pas très utilisés malgré leurs réelles qualités. Comment expliquer cela ? Cet article tend à fournir de premiers éléments de réponse.

Identification automatique de signaux grâce à la fonction d’autocorrélation

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Vous connaissiez la chasse au trésor… Initiez-vous maintenant à la chasse au signal (signal hunting en anglais). La chasse au signal consiste à rechercher les signaux qui nous entourent dans l’espace invisible du spectre électromagnétique. Mais plus besoin de rester l’oreille collée sur un haut-parleur à tourner le bouton pour régler la fréquence. La SDR (Software Defined Radio) a révolutionné tout cela : une radio numérique et un PC est vous voilà armé pour découvrir ce monde que les professionnels dénomment le SIGINT (SIGnal INTelligence).

Avec le Spanning Tree Protocol, suis-je en sécurité dans mon réseau ?

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans le cadre des hors-séries sur les retours aux fondamentaux, cet article aura comme sujet le protocole STP (Spanning Tree Protocol). Inventé en 1985 par Radia Perlman, il permet principalement d’assurer une liaison réseau redondante et sans boucle. Ce protocole étant primordial au sein d’un réseau de moyenne à grande envergure, s’il n’est pas correctement configuré, cela pourra alors permettre à des attaquants de compromettre le réseau.