Malcom – the MALware COMmunication analyzer

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
12
|
Mois de parution
octobre 2015
|
Domaines


Résumé

L’analyse de trafic réseau est une des techniques les plus populaires d’analyse dynamique de malwares. Dans le cadre de la réponse à incident, elle permet rapidement d’identifier les points de commande et contrôle (C2) et de produire des marqueurs ou indicateurs de compromission (« Indicators of Compromise », ou IOC) pertinents pour identifier des hôtes infectés. Les marqueurs réseau sont aussi un très bon point de pivot pour étendre sa connaissance sur l’adversaire : infrastructure, autres malwares, etc. Cependant, les outils classiques d’analyse réseau ne permettent pas de partager ses trouvailles avec d’autres chercheurs, obligeant la communauté « blue team » à partir de zéro lors de l’analyse. Nous allons voir comment Malcom essaye de répondre à ces besoins de partage et en quoi il diffère des outils d'analyse réseau classiques.


La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Utilisation de services en ligne légitimes par les malwares

Magazine
Marque
MISC
Numéro
107
|
Mois de parution
janvier 2020
|
Domaines
Résumé

Les fraudes sur Internet, qu’elles suivent une motivation financière ou autre, nécessitent généralement de l’ingénierie sociale, ou l’utilisation de malwares. Ces derniers sont plus ou moins furtifs au niveau de leur comportement sur le poste de travail infecté, mais aussi lors de leurs communications sur le réseau avec leur contrôleur, ou serveur de « command and control » (C2). Voulant rendre leur trafic moins détectable, certains cybercriminels ont misé sur l’utilisation de plateformes et services légitimes en ligne. Bien que cette méthode ne soit pas nouvelle en soi, elle tend à être de plus en plus utilisée depuis quelques années.

Programmation UEFI

Magazine
Marque
MISC
Numéro
107
|
Mois de parution
janvier 2020
|
Domaines
Résumé

La deuxième étape de la compréhension du système UEFI va s’articuler autour de l’implémentation en C avec l’optique de fabriquer sa propre brique UEFI. Le développement va permettre d’illustrer le processus de la chaîne de boot avec pour objectif de mieux appréhender les différentes problématiques de sécurité.

Maîtriser la sécurité de son accès Internet avec OpenWRT

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
117
|
Mois de parution
janvier 2020
|
Domaines
Résumé

Nous allons voir dans cet article comment installer le système GNU/Linux embarqué de type OpenWRT. OpenWRT est un système GNU/Linux pour les matériels embarqués et pour les matériels de types routeurs et box. Il constitue donc la part essentielle pour se libérer des GAFA. C’est un système léger, rapide et performant pour administrer et contrôler son accès Internet. Ce système est optimisé pour la gestion des ressources et supporte de nombreux routeurs.

Investigation numérique sous macOS / HFS+

Magazine
Marque
MISC
Numéro
107
|
Mois de parution
janvier 2020
|
Domaines
Résumé

La démocratisation de l’écosystème Apple s'est réalisée à tous les niveaux (informatique de gestion, téléphone portable, wearables...) et cela n'a pas été sans éveiller l'intérêt des développeurs de logiciels malveillants. Les équipes de réponse à incident ont donc dû s'adapter afin de pouvoir apporter leur expertise dans les meilleures conditions.

Le coût de la rétro-ingénierie du silicium

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
32
|
Mois de parution
janvier 2020
|
Domaines
Résumé

La rétro-ingénierie matérielle est une pratique qui a longtemps été réservée aux états et aux industriels, et ce, en grande partie à cause des coûts engendrés. Cependant aujourd'hui, chaque personne ayant un bagage technique suffisant peut pratiquer cet art sans avoir à dépenser des sommes astronomiques, on peut alors précisément se poser la question du coût matériel pour différentes configurations. Je vais vous présenter différents ensembles de matériels selon leurs coûts, que nous ferons correspondre à différents niveaux d'expertise en laboratoire. Cet article s'adresse donc autant aux amateurs néophytes, désireux d'acquérir la capacité de pratiquer la rétro-ingénierie matérielle, qu'aux universités voulant lancer un laboratoire dans ce domaine. Nous n'aborderons ici qu'un seul type d'attaque, celle par analyse de puces de silicium. Pour les autres types d'attaques, vous aurez généralement une seule méthode disponible et donc un seul type de matériel ou de machine, ce qui rend la chose trop spécifique pour être abordé ici.

Par le même auteur

Analyse d’un malware en Node.JS

Magazine
Marque
MISC
Numéro
92
|
Mois de parution
juillet 2017
|
Domaines
Résumé
En plus des classiques fichiers exécutables Windows (.exe ou .dll), les malwares se présentent sous d'autres formats divers. VBScript (Houdini), fichiers Office (droppers de Dridex ou divers types de ransomware), Python (convertis en PE avec py2exe), Java (histoire d’assurer l’interopérabilité entre systèmes), ELF, JScript (droppers Locky)… Ici, nous allons nous intéresser de près à un exemple de malware écrit en… Node.JS [1].

Quand la Threat Intel rencontre le DFIR – 2ème partie

Magazine
Marque
MISC
Numéro
86
|
Mois de parution
juillet 2016
|
Domaines
Résumé
Dans la première partie de cet article (MISC n°85) nous avons présenté la Threat Intelligence, ses concepts, ses outils. Dans cette seconde et dernière partie, nous passons à la pratique. Nous allons voir comment la Threat Intelligence opérationnelle peut aider et comment elle s'insère dans les activités de réponse aux incidents et d'investigation numérique (DFIR).

Quand la Threat Intel rencontre le DFIR – 1ère partie

Magazine
Marque
MISC
Numéro
85
|
Mois de parution
mai 2016
|
Domaines
Résumé
Qu’on se prenne pour James Bond ou pour un shaman, ce que notre industrie appelle la Threat Intelligence fait place à beaucoup de fantasmes que les vendors nourrissent joyeusement à chaque fois qu’un nouveau rapport est publié. Mais, concrètement, à quoi ça sert de « faire de la threat intelligence » ? Quelle est la différence par rapport au renseignement classique ? Quels sont les avantages concrets que le renseignement sur les menaces apporte lors de la gestion d’un incident de sécurité ? C’est ce que cet article cherche à expliquer, du point de vue de deux DFIRers.

Malcom – the MALware COMmunication analyzer

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
12
|
Mois de parution
octobre 2015
|
Domaines
Résumé

L’analyse de trafic réseau est une des techniques les plus populaires d’analyse dynamique de malwares. Dans le cadre de la réponse à incident, elle permet rapidement d’identifier les points de commande et contrôle (C2) et de produire des marqueurs ou indicateurs de compromission (« Indicators of Compromise », ou IOC) pertinents pour identifier des hôtes infectés. Les marqueurs réseau sont aussi un très bon point de pivot pour étendre sa connaissance sur l’adversaire : infrastructure, autres malwares, etc. Cependant, les outils classiques d’analyse réseau ne permettent pas de partager ses trouvailles avec d’autres chercheurs, obligeant la communauté « blue team » à partir de zéro lors de l’analyse. Nous allons voir comment Malcom essaye de répondre à ces besoins de partage et en quoi il diffère des outils d'analyse réseau classiques.

L’OPSEC appliquée

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
8
|
Mois de parution
octobre 2013
|
Domaines
Résumé

« Even minutiae should have a place in our collection, for things of a seemingly trifling nature, when enjoined with others of a more serious cast, may lead to valuable conclusion. » — George Washington