Mozilla InvestiGator : quand vos serveurs se prennent pour Sherlock Holmes

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
11
Mois de parution
juin 2015
Spécialités


Résumé

Avec suffisamment de serveurs à surveiller, l'investigateur expérimenté se retrouve souvent à chercher l'aiguille dans la botte de foin. Pour peu que l'infrastructure soit hétérogène, la recherche peut prendre plusieurs heures et souvent ne pas couvrir l’intégralité du domaine. Si vous êtes familier de ce problème et que PSSH ne fait plus l'affaire, la suite devrait vous intéresser. Une note toutefois : les personnages et situations qui suivent sont purement fictifs et ne représentent pas forcément la routine des investigations réalisées par l'auteur dans le cadre de son activité.


 

MIG-logo-CC

 

1. Le commit à deux mains gauches

Jean-Kevin a un bon lundi matin. Il fait beau sur San Francisco et il est de bonne humeur. Il gare son vélo devant le bâtiment du ferry de l'Embarcadero et commande un café organique du Guatemala chez Blue Bottle Coffee. Douze minutes de goutte-à-goutte et huit dollars plus tard, Jean-Kevin ressort, prend son vélo et se dirige au bureau. La matinée est calme, ce qui est rare dans son open space. Il en profite donc pour terminer la réécriture de l'API de gestion des instances SPOT sur AWS, celles utilisées pour convertir les vidéos de chats en GIF animés.

Midi arrive, Jean-Kevin n'a pas bu son café à huit dollars, trop amer. Il se concentre sur la routine de nettoyage des instances avant destruction. Il a presque terminé, tous ses tests passent, il décide donc de pousser ses changements dans la branche du projet sur GitHub et d'aller déjeuner. Jean-Kevin tape la même commande qu'il a tapée mille fois...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Tour d’horizon de la sécurité de la 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

Le présent dossier est consacré à un tour d’horizon de la sécurité de la cinquième génération de téléphonie mobile, la fameuse 5G. Au-delà des promesses usuelles avec l’arrivée d’un nouveau réseau, plus de débit, moins de latence, plus de service, on notera également l’avalanche de buzzwords et de polémiques qui a entouré sa promotion. On pourrait aussi se pencher sur les questions politiques et économiques sous-jacentes au déploiement de cette technologie, mais MISC n’a pas encore de corner géopolitique (il faut, pour cela, savoir lire entre les lignes).

Sécurité des infrastructures 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

Les réseaux 5G allient encore plus de technologies différentes que les réseaux 4G, ce qui entraîne une complexité de réseau rarement égalée, et donc une sécurité bien difficile à assurer pour les opérateurs comme pour les clients. Malgré les améliorations de sécurité sur le service mobile 5G, il reste de nombreuses manières d’attaquer (et de défendre) les infrastructures 5G de l’opérateur.

Retours d’un hackathon 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

Encore insouciant de la crise qui allait frapper le monde fin 2019, un hackathon de 24h a eu lieu à l’université d’Oulu [1] en Finlande afin d’anticiper les attaques sur les futures installations 5G de manière pratique. Nous verrons dans cet article comment il a été possible d’avoir la main sur la quasi-totalité d’un réseau 5G privé comme celui du campus d’Oulu à partir d’une carte USIM et d’un téléphone 5G. Puis, nous verrons d’autres perspectives en termes de tests d’intrusion avec les outils publics actuels.

mod_md : quand Apache se met à parler couramment Let's Encrypt

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

L’autorité de certification (AC) Let’s Encrypt a ouvert son service au public le 12 avril 2016. La part du trafic web chiffré ne cessa alors d'augmenter pour représenter actuellement près de 90% du trafic total. Sur le plan technique, Let’s Encrypt a pu réaliser un tel exploit notamment grâce à ACME, son protocole normalisé par l’IETF d’obtention automatisée de certificats. De nombreux clients ACME en ligne de commandes ont été développé et ont répondu à beaucoup de cas d’usage. Plus récemment, une étape supplémentaire a été franchie avec l’intégration de l’obtention de certificats Let’s Encrypt directement au sein de composants d'infrastructures comme HAProxy, Traefik ou les serveurs web Caddy et Apache et son module mod_md. C’est de ce dernier dont nous allons parler ensemble aujourd’hui.