Définir « l'incident de sécurité »

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
10
Mois de parution
octobre 2014
Domaines


Résumé

ISO 27035, page 7, paragraphes 4 et 5. Merci, bonne journée. Qu'il serait pratique de pouvoir s'arrêter à la définition de l'ISO de « l'incident de sécurité ». L'auteur n'aurait pas à se fatiguer davantage à écrire et, cher (chère) lecteur (trice), avec les idées enfin claires, nous pourrions passer à ce pour quoi nous tenons réellement ce recueil entre nos mains : les articles techniques. Pourtant, la question mérite sans doute d'être posée, car le gestionnaire de la sécurité vit dans la peur de cet incident de sécurité et ce même incident est ce qui justifie l'existence d'investigateurs, d'équipes de CERT, CSIRT et autres « analystes forensic ». C'est, pour utiliser les termes à la mode, l'élément précurseur de tout APT qui se respecte et définir convenablement un incident de sécurité est ce qui permet de lancer proprement la démarche de réponse sur incident.


Mais comment définit-on ce qu'est un incident ? En fonction de ce qu'est un événement ? En fonction de ses effets sur un SI ? Une définition immuable dans le temps et dans l'espace est-elle envisageable ?

Poser le problème permet d'entrevoir des pistes de réflexion face à une question moins simple qu'il n'y paraît. On s'efforcera de répondre en trois parties :

- Pourquoi une approche figée de la définition de l'incident de sécurité atteint-elle ses limites dans l'état actuel de la sécurité ?

- Quel type de démarche permet une approche flexible, plus à même de fournir des éléments « exploitables » pour ceux en charge de l'investigation ?

- En quoi une définition flexible de l'incident de sécurité nous donne des pistes pour améliorer globalement la sécurité des organisations ?

1. Une approche « sortie des livres » finit aujourd'hui par atteindre ses limites

Commençons par poser quelques questions, comme ça, juste pour voir :

-...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.

Où en est-on du Pearl Harbor numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Emblème du marketing par la peur pour les uns, cygne noir pour les autres, cette appellation désigne l’éventualité d’une attaque informatique éclair contre un pays et qui serait paralysante pour son économie. Le terme fait couler de l’encre depuis au moins 20 ans [1] et nourrit moult fantasmes. Mais sont-ce des fantasmes ? D’aucuns diraient que si en 20 ans il ne s’est rien passé, c’est probablement qu’il y a eu un alarmisme exagéré.