Do Not Track, une tentative de protection de nos vies digitales : contexte, histoire, enjeux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
8
Mois de parution
octobre 2013
Spécialités


Résumé

Dans ce modèle où chaque utilisateur d'internet est un consommateur potentiel, il est essentiel de connaître les moindres préférences de l’internaute et de lui proposer des offres de produits ou de services ciblées. Le Do Not Track vient donc perturber cet équilibre. Le Do Not Track est une fonctionnalité embarquée dans votre navigateur qui indique sans ambigüité au site visité que vous ne souhaitez pas qu'il se souvienne de votre visite. Qu’il vous ignore. Une promenade qui ne laisserait, en somme, aucune trace en forêt. Un souhait qui semble assez naturel pour les citoyens en quête de protection de vie privée, et qui pourrait être très simple à réaliser techniquement. Mais un site pourra-t-il renoncer à vous traquer ? Un navigateur pourrait-il avoir un intérêt de vous rendre invisible ?


1. Promenons-nous dans les bois

Quiconque se promenant en forêt a conscience de laisser nombre d'indices derrière lui. Des traces de pas, des brindilles cassées, des herbes couchées, des miettes de sandwich... Il est également fort probable qu'une fourmi aventureuse se sera glissée dans un sac, que du pollen se soit accroché sur les vêtements et qu'une feuille sèche soit piquée dans nos cheveux. Tout ceci paraîtra bien naturel, même aux plus urbains d'entre nous. Il en va de même lorsque nous nous promenons sur le Web. Les vecteurs de trace sont un peu différents, puisque nous disposons dans ce cas d'un équipement (ordinateur, tablette, téléphone portable) caractérisé par une adresse IP, une adresse MAC, qui comporte des applications dédiées pour des services ciblés (mon appli Twitter, mon Facebook, mon application SNCF), ou encore un navigateur qui permet de visiter des pages web... Cet équipement et les applications qui lui sont associées, composent une...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Tour d’horizon de la sécurité de la 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

Le présent dossier est consacré à un tour d’horizon de la sécurité de la cinquième génération de téléphonie mobile, la fameuse 5G. Au-delà des promesses usuelles avec l’arrivée d’un nouveau réseau, plus de débit, moins de latence, plus de service, on notera également l’avalanche de buzzwords et de polémiques qui a entouré sa promotion. On pourrait aussi se pencher sur les questions politiques et économiques sous-jacentes au déploiement de cette technologie, mais MISC n’a pas encore de corner géopolitique (il faut, pour cela, savoir lire entre les lignes).

Sécurité des infrastructures 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

Les réseaux 5G allient encore plus de technologies différentes que les réseaux 4G, ce qui entraîne une complexité de réseau rarement égalée, et donc une sécurité bien difficile à assurer pour les opérateurs comme pour les clients. Malgré les améliorations de sécurité sur le service mobile 5G, il reste de nombreuses manières d’attaquer (et de défendre) les infrastructures 5G de l’opérateur.

Retours d’un hackathon 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

Encore insouciant de la crise qui allait frapper le monde fin 2019, un hackathon de 24h a eu lieu à l’université d’Oulu [1] en Finlande afin d’anticiper les attaques sur les futures installations 5G de manière pratique. Nous verrons dans cet article comment il a été possible d’avoir la main sur la quasi-totalité d’un réseau 5G privé comme celui du campus d’Oulu à partir d’une carte USIM et d’un téléphone 5G. Puis, nous verrons d’autres perspectives en termes de tests d’intrusion avec les outils publics actuels.

mod_md : quand Apache se met à parler couramment Let's Encrypt

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

L’autorité de certification (AC) Let’s Encrypt a ouvert son service au public le 12 avril 2016. La part du trafic web chiffré ne cessa alors d'augmenter pour représenter actuellement près de 90% du trafic total. Sur le plan technique, Let’s Encrypt a pu réaliser un tel exploit notamment grâce à ACME, son protocole normalisé par l’IETF d’obtention automatisée de certificats. De nombreux clients ACME en ligne de commandes ont été développé et ont répondu à beaucoup de cas d’usage. Plus récemment, une étape supplémentaire a été franchie avec l’intégration de l’obtention de certificats Let’s Encrypt directement au sein de composants d'infrastructures comme HAProxy, Traefik ou les serveurs web Caddy et Apache et son module mod_md. C’est de ce dernier dont nous allons parler ensemble aujourd’hui.