La rétroconception de puces électroniques, le bras armé des attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
7
Mois de parution
mai 2013
Domaines


Résumé

Les grandes conférences mondiales de « hacking » du moment comme Black-Hat, CHES ou encore le CCC (Chaos Computer Congress) en Europe [1] [2], présentent régulièrement des résultats et des travaux faisant appel à des méthodes de rétroconception de puces électroniques. Ces techniques sont utilisées pour mettre en évidence des failles de sécurité de dispositifs numériques présentant un caractère sensible en matière de confidentialité, intégrité et disponibilité de service. En effet, elles permettent de porter des attaques intrusives au plus bas niveau d’intégration de l’électronique, c’est-à-dire le « silicium », dans le but d’escamoter des protections physiques ou encore d’extraire des éléments secrets (codes, algorithmes, clés…).


Ces attaques sont d'autant plus redoutables que, à l'image d'un virus informatique (comme « StuxNet » par exemple), elles agissent au plus profond du système, tant du point de vue de ses couches matérielles que logicielles. Elles sont capables de déjouer toutes les contre-mesures éventuellement prises à des niveaux supérieurs et à l'image du « cheval de Troie », un système considéré inviolable peut s'écrouler en quelques secondes.

 

operation_retroconception

 

Fig. 1 : Opération Rétroconception

Toute opération de rétroconception repose sur des observations dont la granularité sera synonyme de pertinence et d’efficacité. La loi de Moore accompagne inexorablement l’évolution des méthodes et moyens mis en jeu dans le domaine de la rétro-conception microélectronique. Pour observer des structures élémentaires de plus en plus petites (technologies semi-conducteurs à lithographies inférieures à 20 nm), il faut disposer d’outils d’acquisition d’images de...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

En sécurité sous les drapeaux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

En sécurité sous les drapeaux... du compilateur, ces fameux -fstack-protector-strong et autres -D_FORTIFY_SOURCE=2 que l’on retrouve dans de plus en plus de logs de compilation. Cet article se propose de parcourir quelques-uns des drapeaux les plus célèbres, en observant les artefacts dans le code généré qui peuvent indiquer leur utilisation, tout en discutant de leur support par gcc et clang. Après tout, nombre d’entre eux sont utilisés par défaut sous Debian ou Fedora, ils méritent bien qu’on s’y intéresse un peu.

Introduction aux TPM (Trusted Platform Modules)

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Les TPM (Trusted Platform Modules), brique de base du Trusted Computing, ont été imaginés il y a une vingtaine d’années, et pourtant ils ne sont pas très utilisés malgré leurs réelles qualités. Comment expliquer cela ? Cet article tend à fournir de premiers éléments de réponse.

Motoriser une antenne directionnelle avec un ESP8266

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Cet article aurait pu s'intituler « pointez les choses dans le ciel avec un ESP8266 », car en réalité, l'application de ce qui va suivre à la réception de signaux venus de l'espace n'est qu'une utilisation parmi tant d'autres. Notre objectif ici sera de motoriser une antenne de façon à la pointer automatiquement en direction d'un émetteur mobile, et plus exactement, un satellite en orbite basse (< 2000 km). Le tout, bien entendu, en le suivant alors qu'il se déplace.

Identification automatique de signaux grâce à la fonction d’autocorrélation

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Vous connaissiez la chasse au trésor… Initiez-vous maintenant à la chasse au signal (signal hunting en anglais). La chasse au signal consiste à rechercher les signaux qui nous entourent dans l’espace invisible du spectre électromagnétique. Mais plus besoin de rester l’oreille collée sur un haut-parleur à tourner le bouton pour régler la fréquence. La SDR (Software Defined Radio) a révolutionné tout cela : une radio numérique et un PC est vous voilà armé pour découvrir ce monde que les professionnels dénomment le SIGINT (SIGnal INTelligence).

Avec le Spanning Tree Protocol, suis-je en sécurité dans mon réseau ?

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans le cadre des hors-séries sur les retours aux fondamentaux, cet article aura comme sujet le protocole STP (Spanning Tree Protocol). Inventé en 1985 par Radia Perlman, il permet principalement d’assurer une liaison réseau redondante et sans boucle. Ce protocole étant primordial au sein d’un réseau de moyenne à grande envergure, s’il n’est pas correctement configuré, cela pourra alors permettre à des attaquants de compromettre le réseau.