Mécanisme de contrôle d'authenticité des photographies numériques dans les réflexes Canon

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
6
Mois de parution
novembre 2012
Domaines


Résumé

Comment prouver qu'une photographie numérique n'a pas été modifiée avant publication ? En ajoutant des données d'authenticité à l'image, fonction disponible depuis plusieurs années chez Canon et Nikon. Dmitry Sklyarov de la société ElcomSoft a décrit en novembre 2010 [1] le principe général utilisé par les boîtiers de la marque rouge, mais sans livrer suffisamment de détails pour recréer ces données, appelées ici « Original Decision Data », ou ODD. Cet article se propose de décrire comment trouver les secrets de son appareil (sans fer à souder) et comment recalculer ces données. Le constructeur a depuis janvier 2011 supprimé cette fonctionnalité, sans doute en réaction à la présentation précédemment citée, et émis un avis produit [2]. Les pages suivantes se veulent didactiques et en prolongement de la présentation d'ElcomSoft et ne sauraient en aucun cas la remplacer. Elles décrivent des expérimentations faites début 2010, puis achevées en novembre 2010, grâce à la pièce manquante du puzzle...


1. Le format RAW/CR2 et l'usage du tag ODD

Les photographies numériques sont écrites sur la carte mémoire en format RAW (basé sur le format TIFF) ou au format Jpeg. Malgré les efforts de Dave Coffin avec Dcraw [3], Phil Harvey avec ExifTool [4] et de votre serviteur [5] pour le format CR2 de Canon, une partie des tags TIFF (ou Jpeg) ne sont pas documentés : vous ne maîtrisez pas complètement de quelle manière sont archivés les originaux de vos souvenirs de vacances. En l’occurrence, c'est le cas du tag « Original Decision Data », qui porte l'identifiant unique 0x0083 (131 en décimal). Lorsque cette option est activée, via le menu, l'appareil ajoute ce « sceau » à chaque image. L'authenticité des images peut ensuite être vérifiée grâce à un kit vendu par Canon [6]. Il est même possible de chiffrer les images sur les appareils haut de gamme uniquement, en insérant dans le boîtier une carte Secure Mobile dédiée, mais l'algorithme sous-jacent n'est pas...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Répondez aux problématiques de sécurité d’accès avec OpenSSH

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Notre infrastructure est désormais stable et sécurisée tant au niveau système que réseau. Nous allons pouvoir étudier de manière un peu approfondie un logiciel particulier : OpenSSH. Ce démon réseau nous permet de nous connecter en toute sécurité sur nos serveurs via le protocole SSH. Son développement a commencé il y a plus de 20 ans chez nos amis d’OpenBSD. La liste de ses fonctionnalités est d’une longueur impressionnante. Nous allons en parcourir ensemble quelques-unes qui, je l’espère, nous permettront d’améliorer tant notre sécurité que notre productivité quotidienne.

Les lolbas, des amis qui vous veulent du bien

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il existe des fichiers nativement présents sur Windows pouvant être détournés par un attaquant et ainsi être utilisés lors des différentes phases de compromission. Dans cet article, nous présenterons quelques cas d’utilisations de ces fichiers par des attaquants, ainsi que des solutions de prévention contre ces attaques.

Sécurité réseau dans un cluster Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

En introduisant le concept de micro-services, Kubernetes lance un nouveau défi aux solutions d’isolation et de filtrage réseau : comment gérer les droits d’accès réseau dans une infrastructure en constante mutation et dans laquelle une machine n’a plus un rôle prédéterminé ?

Définissez l'architecture de vos serveurs et installez-les

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous réfléchirons aux besoins de sécurité auxquels nos serveurs devront répondre. Il sera d’ailleurs plus question d’architecture que de serveur personnel. Pourquoi cela ? Car nos besoins vont à coup sûr évoluer dans le temps. L’approche la plus pérenne sera donc de mener une réflexion basée sur des services et non sur un serveur unique. Nous allons aussi nous attacher à assurer la résilience de nos services de base. Nos choix d’architecture auront pour objectif de pouvoir mieux détecter, contrer et éventuellement réparer les dommages causés par une attaque informatique. Nous pourrons par exemple restaurer nos services si un attaquant réussissait à prendre le contrôle du serveur. Notre plan de bataille commencera par la définition des grandes lignes de notre infrastructure, puis par la sélection de nos fournisseurs. Nous déploierons ensuite le serveur avec un premier palier de sécurisation système.

Migrez de iptables vers nftables

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il y a cinq ans, je lisais un premier article sur nftables [1] : l’outil semblait intéressant, mais il n’était pas disponible sur ma machine. En 2019, une distribution majeure, Debian, a basculé sur nftables avec sa version 10 (Buster) [2] : il est donc temps de voir comment migrer du vénérable pare-feu iptables vers son successeur.