La cryptographie dans RDP : RSA, anecdotes et erreur d'implémentation

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
6
Mois de parution
novembre 2012
Domaines


Résumé

Le protocole RDP est aujourd'hui utilisé quotidiennement dans les entreprises et reste un des incontournables pour la prise en main à distance. D'un point de vue cryptographique, des faiblesses de conception ont été relevées il y a maintenant plusieurs années mais restent toujours d'actualité sur certains systèmes, notamment Windows XP et les premières versions de Windows 2003 Server. Cet article propose de revenir sur ces vulnérabilités en étudiant deux implémentations différentes, celle de Microsoft et celle de Xrdp. En conséquence directe de nos analyses, nous présenterons un exemple pratique de la factorisation d'un modulus RSA 512 bits.


1. Contexte

Les spécifications du protocole RDP [1] sont officielles depuis environ 5 ans. Malgré une simplicité supposée standard, les spécifications sont composées d'environ une trentaine de PDF de 50 pages en moyenne et le protocole comprend en réalité de nombreuses extensions : impressions, transports d’objets DirectX, codec remoteFx, canaux USB, ... Tout autant de points d'entrée que pourraient exploiter un attaquant en cas de présence d'une faille critique.

Cependant, dans cet article, nous nous focaliserons essentiellement sur les premières phases du protocole, c'est-à-dire lors de l'établissement de la connexion et de la phase de négociation des clés de chiffrement pour la suite des échanges. Les vulnérabilités décrites par la suite sont connues depuis de nombreuses années mais permettront d'illustrer concrètement une méthodologie pratique de factorisation de grands nombres (plus de 150 chiffres décimaux) et de mettre en avant quelques pièges...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Découverte de la puce Titan M a.k.a Citadel

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

La puce Titan M ou Citadel est une puce sécurisée sur laquelle repose en grande partie la sécurité des terminaux Android de Google, la gamme Pixel. Dans cet article, nous détaillerons le fonctionnement interne et les usages de ce composant pour lequel peu d’information publique est disponible à ce jour. Nous donnerons également plusieurs pistes pour aider le rétro-ingénieur à travailler sur ce projet.

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.