Des bonnes pratiques de programmation de la cryptographie contre les attaques par canaux auxiliaires

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
6
Mois de parution
novembre 2012
Domaines


Résumé

Il n’est pas nécessaire aujourd’hui de présenter ce qu'est un microcontrôleur. On en trouve désormais à profusion dans tous les produits de notre quotidien, que ce soit le programmateur de sa machine à laver, sa carte de paiement ou son téléphone portable, etc. Cependant, entre ces différentes utilisations, le niveau de sécurité requis diffère. On parle de produit (élément) de sécurité dans le cas notamment des cartes à puce de paiement et de santé, des passeports électroniques.


Le développement des microprocesseurs sécurisés a longtemps été tiré vers le haut par le monde de la carte à puce. Depuis leur création dans les années 70, ces circuits ont connu bien des améliorations technologiques. Désormais, ils semblent promis à l’avenir à de multiples évolutions afin de remplir de plus en plus leur rôle de coffre-fort au sein des systèmes et circuits électroniques et non pas uniquement sous forme de carte à puce.

Les puces sécurisées ont pour objectif de garantir la confidentialité des clés cryptographiques (et d'autres secrets) qu’ils contiennent malgré le grand nombre de menaces visant à mettre en défaut leur rôle de coffre-fort inviolable. En pratique, afin de s’assurer de la résistance d’un produit, chaque fabricant doit soumettre son composant à des laboratoires d’évaluation. Les experts en sécurité embarquée de ces centres vont alors examiner en détail l’architecture du produit et particulièrement ses...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Spectre, 3 ans après

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Spectre, et son pendant Meltdown, est une faille qui repose sur l’architecture moderne de nos processeurs. Dans cet article, nous verrons l’impact que cette vulnérabilité a eu sur le développement d’applications web.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.