Du bon usage de la cryptographie : OpenSSL et PolarSSL pour vous servir

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
5
Mois de parution
avril 2012
Domaines


Résumé

L'allergie aux mathématiques est un phénomène assez courant chez la plupart d'entre nous. Concevoir ou casser un algorithme cryptographique sans de très solides bases théoriques paraît impensable à certains. Et pourtant, l'orchestration des mécanismes nécessaires à l'obtention d'une solution robuste est potentiellement à la portée de tous ceux qui n'ont pas un doctorat en théorie des nombres ! Cet article aidera le lecteur à se poser les bonnes questions et à faire le bon choix parmi le trop grand nombre d'algorithmes et de bibliothèques, le tout illustré à travers différents cas concrets avec OpenSSL et PolarSSL. Faites chauffer xterm, vim et gcc !


1. Objectifs de sécurité

La cryptographie ne résout pas tous les problèmes de sécurité mais elle aide dans bien des cas à les limiter quand on utilise de la bonne cryptographie. La question légitime qui se pose alors est « Qu’est ce qu’un bon algorithme de cryptographie ? ». On aurait tendance à répondre « un algorithme pas encore cassé... ».

La cryptographie a pour but d’assurer la confidentialité et l’intégrité des données :

  • La confidentialité garantit que les personnes ne disposant pas du secret ne puissent pas découvrir le contenu réel du message.
  • L’intégrité garantit l’identité numérique d’une personne, qu’un message n’a pas été modifié ou alors qu’il provient bien d’une personne numérique donnée.

Dans le cas de la preuve d’intégrité d’un message, on parle de signature ou d’authenticité, et dans le cas de la preuve d’identité d’une personne, on parle d’authentification.

1.1...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction aux TPM (Trusted Platform Modules)

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Les TPM (Trusted Platform Modules), brique de base du Trusted Computing, ont été imaginés il y a une vingtaine d’années, et pourtant ils ne sont pas très utilisés malgré leurs réelles qualités. Comment expliquer cela ? Cet article tend à fournir de premiers éléments de réponse.

Identification automatique de signaux grâce à la fonction d’autocorrélation

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Vous connaissiez la chasse au trésor… Initiez-vous maintenant à la chasse au signal (signal hunting en anglais). La chasse au signal consiste à rechercher les signaux qui nous entourent dans l’espace invisible du spectre électromagnétique. Mais plus besoin de rester l’oreille collée sur un haut-parleur à tourner le bouton pour régler la fréquence. La SDR (Software Defined Radio) a révolutionné tout cela : une radio numérique et un PC est vous voilà armé pour découvrir ce monde que les professionnels dénomment le SIGINT (SIGnal INTelligence).

Avec le Spanning Tree Protocol, suis-je en sécurité dans mon réseau ?

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans le cadre des hors-séries sur les retours aux fondamentaux, cet article aura comme sujet le protocole STP (Spanning Tree Protocol). Inventé en 1985 par Radia Perlman, il permet principalement d’assurer une liaison réseau redondante et sans boucle. Ce protocole étant primordial au sein d’un réseau de moyenne à grande envergure, s’il n’est pas correctement configuré, cela pourra alors permettre à des attaquants de compromettre le réseau.

Return oriented programming 101

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Le Returned Oriented Programming (ou ROP) est une technique permettant d'exploiter des programmes disposant de la protection NX (No eXecute) ou DEP (Data Execution Prevention). L'objectif de cet article est de vous présenter les bases du ROP, ainsi que l’exploitation pas-à-pas d’un programme d’entraînement via l'utilisation de la bibliothèque python pwntools [1]. Dans un souci de simplicité, la démonstration sera réalisée sur un programme s'exécutant sur un système Linux 64 bits. Bien entendu, cette démonstration reste applicable sur d'autres architectures (ARM, MIPS, etc.).

Use-After-Free dans le noyau Linux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Pièce logicielle qui a accompagné les deux dernières décennies, le noyau Linux est un système relativement complet qui dispose d’un allocateur de mémoire dynamique. Comme tous les logiciels classiques, le noyau est ainsi régulièrement sujet à des vulnérabilités de type Use-After-Free via cet allocateur.