La SOP et ses contournements

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
4
Mois de parution
octobre 2011
Domaines


Résumé

La Same Origin Policy est la clé de voûte de la sécurité des navigateurs, sans laquelle l'Internet s'écroulerait rapidement. C'est ce qui empêche une page web malicieuse d'accéder au contenu d'autres pages, ou au contenu du disque dur de l'internaute. Et la plupart des attaques web ont pour objectif de la contourner afin d'accéder à des ressources normalement interdites.Dans cet article, nous verrons les mécanismes de la Same Origin Policy qui la rendent aussi indispensable, et comment les attaquants procèdent pour la contourner.


1. Introduction à la SOP

1.1. Historique et but

On entendit parler de la Same Origin Policy (ou politique de même origine, en français) pour la première fois en 1996. Netscape venait d'inventer le langage JavaScript qui a ouvert la possibilité aux serveurs web d'envoyer du code exécutable aux navigateurs. En l'absence de protection, ces derniers étaient vulnérables aux scripts malicieux qui pouvaient lire le contenu d'autres pages et même accéder à leurs cookies.

Pour pallier ce problème, Netscape Navigator 2.0 a introduit la Same Origin Policy (notée SOP dans toute la suite) dont le principe est qu'un script issu d'un site web ne peut communiquer qu'avec les pages livrées par le même site. Autrement dit, un script issu d'un domaine A ne peut lire ni modifier le contenu d'un document originaire du domaine B.

En quoi cela protège-t-il l'utilisateur ? Imaginons le cas d'un internaute qui visite son compte bancaire en ligne (http://bankaccount.com), et en...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.

Où en est-on du Pearl Harbor numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Emblème du marketing par la peur pour les uns, cygne noir pour les autres, cette appellation désigne l’éventualité d’une attaque informatique éclair contre un pays et qui serait paralysante pour son économie. Le terme fait couler de l’encre depuis au moins 20 ans [1] et nourrit moult fantasmes. Mais sont-ce des fantasmes ? D’aucuns diraient que si en 20 ans il ne s’est rien passé, c’est probablement qu’il y a eu un alarmisme exagéré.

Spectre, 3 ans après

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Spectre, et son pendant Meltdown, est une faille qui repose sur l’architecture moderne de nos processeurs. Dans cet article, nous verrons l’impact que cette vulnérabilité a eu sur le développement d’applications web.