La SOP et ses contournements

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
4
Mois de parution
octobre 2011
Domaines


Résumé

La Same Origin Policy est la clé de voûte de la sécurité des navigateurs, sans laquelle l'Internet s'écroulerait rapidement. C'est ce qui empêche une page web malicieuse d'accéder au contenu d'autres pages, ou au contenu du disque dur de l'internaute. Et la plupart des attaques web ont pour objectif de la contourner afin d'accéder à des ressources normalement interdites.Dans cet article, nous verrons les mécanismes de la Same Origin Policy qui la rendent aussi indispensable, et comment les attaquants procèdent pour la contourner.


1. Introduction à la SOP

1.1. Historique et but

On entendit parler de la Same Origin Policy (ou politique de même origine, en français) pour la première fois en 1996. Netscape venait d'inventer le langage JavaScript qui a ouvert la possibilité aux serveurs web d'envoyer du code exécutable aux navigateurs. En l'absence de protection, ces derniers étaient vulnérables aux scripts malicieux qui pouvaient lire le contenu d'autres pages et même accéder à leurs cookies.

Pour pallier ce problème, Netscape Navigator 2.0 a introduit la Same Origin Policy (notée SOP dans toute la suite) dont le principe est qu'un script issu d'un site web ne peut communiquer qu'avec les pages livrées par le même site. Autrement dit, un script issu d'un domaine A ne peut lire ni modifier le contenu d'un document originaire du domaine B.

En quoi cela protège-t-il l'utilisateur ? Imaginons le cas d'un internaute qui visite son compte bancaire en ligne (http://bankaccount.com), et en...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Répondez aux problématiques de sécurité d’accès avec OpenSSH

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Notre infrastructure est désormais stable et sécurisée tant au niveau système que réseau. Nous allons pouvoir étudier de manière un peu approfondie un logiciel particulier : OpenSSH. Ce démon réseau nous permet de nous connecter en toute sécurité sur nos serveurs via le protocole SSH. Son développement a commencé il y a plus de 20 ans chez nos amis d’OpenBSD. La liste de ses fonctionnalités est d’une longueur impressionnante. Nous allons en parcourir ensemble quelques-unes qui, je l’espère, nous permettront d’améliorer tant notre sécurité que notre productivité quotidienne.

Les lolbas, des amis qui vous veulent du bien

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il existe des fichiers nativement présents sur Windows pouvant être détournés par un attaquant et ainsi être utilisés lors des différentes phases de compromission. Dans cet article, nous présenterons quelques cas d’utilisations de ces fichiers par des attaquants, ainsi que des solutions de prévention contre ces attaques.

Sécurité réseau dans un cluster Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

En introduisant le concept de micro-services, Kubernetes lance un nouveau défi aux solutions d’isolation et de filtrage réseau : comment gérer les droits d’accès réseau dans une infrastructure en constante mutation et dans laquelle une machine n’a plus un rôle prédéterminé ?

Définissez l'architecture de vos serveurs et installez-les

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous réfléchirons aux besoins de sécurité auxquels nos serveurs devront répondre. Il sera d’ailleurs plus question d’architecture que de serveur personnel. Pourquoi cela ? Car nos besoins vont à coup sûr évoluer dans le temps. L’approche la plus pérenne sera donc de mener une réflexion basée sur des services et non sur un serveur unique. Nous allons aussi nous attacher à assurer la résilience de nos services de base. Nos choix d’architecture auront pour objectif de pouvoir mieux détecter, contrer et éventuellement réparer les dommages causés par une attaque informatique. Nous pourrons par exemple restaurer nos services si un attaquant réussissait à prendre le contrôle du serveur. Notre plan de bataille commencera par la définition des grandes lignes de notre infrastructure, puis par la sélection de nos fournisseurs. Nous déploierons ensuite le serveur avec un premier palier de sécurisation système.