Et pour quelques Bitcoins de plus

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
4
Mois de parution
octobre 2011
Domaines


Résumé

Le projet Bitcoin [1] est décrit par ses détracteurs comme la plus grande menace de tous les temps pesant sur Internet. Pourtant, il ne s'agit ni du dernier malware chinois (ou russe ou américain ou ...), ni d'un groupe d'hacktivistes anonymes ou humoristiques, ni du Kill Switch américain (ou russe ou chinois ou ...).Son inventeur le décrit comme un moyen de paiement électronique de pair à pair autorisant les paiements sans recours à une institution financière, sans frais et garantissant l'anonymat des acheteurs et vendeurs. Ses partisans les plus ardents voient même en lui l'arme absolue contre l'inflation quand des économistes crient à l'arnaque. Les sénateurs américains Charles Schumer et Joe Manchin ont même déposé un projet de loi visant à interdire l'utilisation de Bitcoin. Wikileaks a annoncé en juin 2011 accepter les donations en BTC.


Quelle que soit l'opinion qu'on en ait, toujours est-il que le sujet fait beaucoup parler depuis avril 2011, comme le montre le schéma ci-dessous :

 

btc-trends

 

 

 

Fig. 1 - Tendances Google autour du mot-clé « bitcoin »

Qu'en est-il vraiment ?

1 Bitcoin... Bitcoin... Vous avez dit « Bitcoin » ?

Bitcoin est une monnaie électronique créée et gérée par ses utilisateurs en mode décentralisé.

Inspiré d'études menées en 1999, le projet Bitcoin est pleinement opérationnel depuis 2009. Il a été adopté par de nombreux sites de commerce en ligne et il est ainsi possible d'acheter des biens et services aussi divers et variés que des services en ligne (VPN, VoIP, hébergement de sites, partage de fichiers, etc.) ou des biens matériels (alimentation Bio, aliments pour chiens et chats, vêtements, meubles, etc.). Pour utiliser Bitcoin comme monnaie, il suffit de l'adopter et d'utiliser le logiciel, fourni sous licence libre, par le...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.

Où en est-on du Pearl Harbor numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Emblème du marketing par la peur pour les uns, cygne noir pour les autres, cette appellation désigne l’éventualité d’une attaque informatique éclair contre un pays et qui serait paralysante pour son économie. Le terme fait couler de l’encre depuis au moins 20 ans [1] et nourrit moult fantasmes. Mais sont-ce des fantasmes ? D’aucuns diraient que si en 20 ans il ne s’est rien passé, c’est probablement qu’il y a eu un alarmisme exagéré.