Construire une architecture d’hébergement 3 tiers sécurisée

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
4
Mois de parution
octobre 2011
Domaines


Résumé

La vie économique étant étroitement liée à Internet, les échanges de données qui y transitent chaque jour sont la cible potentielle d’attaque venant de virus ou de personnes mal intentionnées. Riche en informations, Internet est également riche en vulnérabilités. De plus, depuis plusieurs années, Internet fait l’objet d’une nouvelle délinquance toujours à l’affût de nouvelles failles sur les sites internet.Ainsi, à travers cet article, nous allons vous présenter un modèle d’architecture appelé « architecture 3 tiers ». Ce type d’architecture assure un certain cloisonnement entre les applications et apporte ainsi une meilleure sécurité, à condition de respecter certaines règles relatives à la configuration des services. Et ce sont les mises en œuvre de ces configurations que nous allons vous présenter ici.


1. Architecture

Grâce à cette belle invention qu’est la « virtualisation », il est aujourd’hui très facile de réaliser un modèle d’architecture 3 tiers sans pour autant avoir la nécessité d’acquérir plusieurs serveurs physiques. Le modèle d’architecture que nous présentons dans cet article est réalisé à partir d’un seul serveur physique équipé d’une seule carte réseau, et sur lequel nous installons un système d’exploitation Linux Debian Squeeze et le logiciel de virtualisation XEN version 4.0.

L’architecture est composée de 3 serveurs virtuels :

- Un serveur de base de données

Ce serveur installé sous Linux Debian Squeeze héberge les bases de données MySQL. Nous installons un noyau GRSECURITY afin de le protéger contre de potentielles attaques de type débordements de tampons, bugs de formats, etc. Dans le but d’éviter des attaques en provenance d’Internet, nous installons le serveur base de données dans un réseau...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.

Où en est-on du Pearl Harbor numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Emblème du marketing par la peur pour les uns, cygne noir pour les autres, cette appellation désigne l’éventualité d’une attaque informatique éclair contre un pays et qui serait paralysante pour son économie. Le terme fait couler de l’encre depuis au moins 20 ans [1] et nourrit moult fantasmes. Mais sont-ce des fantasmes ? D’aucuns diraient que si en 20 ans il ne s’est rien passé, c’est probablement qu’il y a eu un alarmisme exagéré.

Spectre, 3 ans après

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Spectre, et son pendant Meltdown, est une faille qui repose sur l’architecture moderne de nos processeurs. Dans cet article, nous verrons l’impact que cette vulnérabilité a eu sur le développement d’applications web.