OpenSSH, un protocole ouvert au chiffrement mais fermé aux attaques !

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
3
Mois de parution
avril 2011
Domaines


Résumé

Avant 1995, les connexions distantes et les échanges de fichiers entre deux machines s'effectuaient forcément en clair à l'aide des programmes telnet et ftp. Cela signifie que toute personne en état d'écouter le réseau entre ces deux machines était capable de compromettre la confidentialité des informations transmises. Ce problème, toujours existant aujourd'hui, est d'autant plus grave lors de la phase de login, puisque ce sont les mots de passe qui peuvent ainsi être connus par un attaquant écoutant le réseau. Pour répondre à cette menace, un nouveau protocole de connexion distante et d'échange de fichiers sécurisé fut développé en 1995 et appelé SSH pour Secure Shell. SSH permet de chiffrer l'intégralité des communications, empêchant ainsi une personne écoutant passivement le réseau d'obtenir des informations sur les échanges.


Cette première version de SSH était un logiciel propriétaire, vendu par une société : http://www.ssh.com. SSH a évolué par la suite en une version 2. On parle alors de SSHv1 et SSHv2. La version 1 est aujourd'hui considérée comme obsolète, et SSH signifie généralement aujourd'hui SSHv2. Un ensemble de RFC définissent la manière dont SSHv2 doit être implémenté : RFC 4250, 4251, 4252, 4253, 4254, 4255, 4256, 4335, 4344, 4345 et amendé par les RFC 4419, 4432, 4462, 4716 et 5656 (ces RFC sont disponibles à l'adresse : http://tools.ietf.org/html/rfcXXXX, où XXXX est remplacé par le numéro de RFC). 

L'équipe développant OpenBSD (http://www.openbsd.org) a entièrement réécrit un programme se conformant aux normes SSH. Le code source est disponible sous une licence libre (licence type BSD). Le site web d'OpenSSH est : http://www.openssh.com/. OpenSSH est un ensemble de logiciels comprenant un serveur SSH, un client SSH et plusieurs outils annexes permettant...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.

Où en est-on du Pearl Harbor numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Emblème du marketing par la peur pour les uns, cygne noir pour les autres, cette appellation désigne l’éventualité d’une attaque informatique éclair contre un pays et qui serait paralysante pour son économie. Le terme fait couler de l’encre depuis au moins 20 ans [1] et nourrit moult fantasmes. Mais sont-ce des fantasmes ? D’aucuns diraient que si en 20 ans il ne s’est rien passé, c’est probablement qu’il y a eu un alarmisme exagéré.