Metasm : boîte à outils pour le reverse engineering

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
3
Mois de parution
avril 2011
Domaines


Résumé

Metasm est un logiciel open source destiné à la manipulation de fichiers exécutables binaires. Très flexible, il couvre un large panel d'actions, permettant aussi bien la compilation de fichiers source que le désassemblage de binaires, en passant par le débogage de processus et l'analyse de shellcode. À l'aide de plusieurs cas d'utilisation simples, nous dressons ici un panorama des possibilités offertes ; cette introduction sera l'occasion de revoir et comprendre les fondements du framework et pourquoi pas, vous donner envie d'aller plus loin.


1. Installation de Metasm

Metasm [metasm] est constitué uniquement d'un ensemble de fichiers Ruby, autrement dit des fichiers texte. Ceux-ci sont disponibles via le système de gestion de version mercurial, et hébergés sur googlecode. Un miroir est disponible sur github [github]. Il est donc nécessaire d'installer préalablement soit mercurial [mercurial], soit git [git].

Vous aurez également besoin d'un interpréteur Ruby [ruby]. L'utilisation du all-in-one installer est recommandée sous Windows.

# installation initiale via mercurial
 
# update via mercurial
cd metasm
hg pull -u
 
ou bien
 
# installation initiale via git
 
# update via git
cd metasm
git pull

Une fois le code de metasm récupéré, il convient de faire en sorte que l'interpréteur Ruby puisse le trouver. Pour cela, si vous êtes en environnement Linux ou BSD, il faut...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Spectre, 3 ans après

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Spectre, et son pendant Meltdown, est une faille qui repose sur l’architecture moderne de nos processeurs. Dans cet article, nous verrons l’impact que cette vulnérabilité a eu sur le développement d’applications web.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.