Analyse de malware sans reverse engineering

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
3
Mois de parution
avril 2011
Domaines


Résumé

Lundi matin, au siège d'une grande multinationale. La cellule de réponse à incidents est sur le pied de guerre : les membres du comité de direction ont reçu un malware par courriel. À première vue, rien de bien nouveau ni de méchant : recevoir un virus par mail est d'une banalité à pleurer et les logiciels antivirus installés sur les postes des destinataires ont bien fait leur boulot en interdisant l'infection. Seulement voilà, Aurora [1], GhostNet [2] et autres opérations Night Dragon [3] sont passées par là et ont mis les nerfs du RSSI à rude épreuve. Qui sait si derrière cet IRC-Bot/W32.BL-G38 ne se cache pas une version modifiée d'un password stealer destinée à voler les mots de passe des dirigeants de l'entreprise ? Le banker ZeuS n'a t-il pas servi à de tels agissements [4] ? Pour en avoir le cœur net, une analyse du malware est nécessaire.


1. Introduction

Il n'y a pas si longtemps encore, avant de se lancer dans le reverse de malware, il était nécessaire de sacrifier ses nuits sur d'obscurs forums pour glaner les dernières informations sur les undocumented features de Windows ou le packer dernier cri sorti de l'underground russophone. Il fallait aussi parler assembleur aussi bien sinon mieux que sa langue maternelle. Enfin, les chances de réussite de celui qui ne maîtrisait pas IDA Pro ni OllyDBG étaient plus que limitées.

Heureusement, il existe des outils qui permettent de mener des analyses sommaires mais suffisamment complètes sans avoir à tomber dans ces travers.

Nous allons voir dans la suite de cet article deux catégories d'outils :

- les outils accessibles en ligne et dont l'usage ne demande qu'une connexion internet et un navigateur ;

- les outils à installer en local.

Ces deux catégories ne sont pas concurrentes mais complémentaires.

Les outils en ligne apportent un gain de...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Répondez aux problématiques de sécurité d’accès avec OpenSSH

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Notre infrastructure est désormais stable et sécurisée tant au niveau système que réseau. Nous allons pouvoir étudier de manière un peu approfondie un logiciel particulier : OpenSSH. Ce démon réseau nous permet de nous connecter en toute sécurité sur nos serveurs via le protocole SSH. Son développement a commencé il y a plus de 20 ans chez nos amis d’OpenBSD. La liste de ses fonctionnalités est d’une longueur impressionnante. Nous allons en parcourir ensemble quelques-unes qui, je l’espère, nous permettront d’améliorer tant notre sécurité que notre productivité quotidienne.

Les lolbas, des amis qui vous veulent du bien

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il existe des fichiers nativement présents sur Windows pouvant être détournés par un attaquant et ainsi être utilisés lors des différentes phases de compromission. Dans cet article, nous présenterons quelques cas d’utilisations de ces fichiers par des attaquants, ainsi que des solutions de prévention contre ces attaques.

Sécurité réseau dans un cluster Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

En introduisant le concept de micro-services, Kubernetes lance un nouveau défi aux solutions d’isolation et de filtrage réseau : comment gérer les droits d’accès réseau dans une infrastructure en constante mutation et dans laquelle une machine n’a plus un rôle prédéterminé ?

Définissez l'architecture de vos serveurs et installez-les

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous réfléchirons aux besoins de sécurité auxquels nos serveurs devront répondre. Il sera d’ailleurs plus question d’architecture que de serveur personnel. Pourquoi cela ? Car nos besoins vont à coup sûr évoluer dans le temps. L’approche la plus pérenne sera donc de mener une réflexion basée sur des services et non sur un serveur unique. Nous allons aussi nous attacher à assurer la résilience de nos services de base. Nos choix d’architecture auront pour objectif de pouvoir mieux détecter, contrer et éventuellement réparer les dommages causés par une attaque informatique. Nous pourrons par exemple restaurer nos services si un attaquant réussissait à prendre le contrôle du serveur. Notre plan de bataille commencera par la définition des grandes lignes de notre infrastructure, puis par la sélection de nos fournisseurs. Nous déploierons ensuite le serveur avec un premier palier de sécurisation système.

Migrez de iptables vers nftables

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il y a cinq ans, je lisais un premier article sur nftables [1] : l’outil semblait intéressant, mais il n’était pas disponible sur ma machine. En 2019, une distribution majeure, Debian, a basculé sur nftables avec sa version 10 (Buster) [2] : il est donc temps de voir comment migrer du vénérable pare-feu iptables vers son successeur.