NXP Mifare Classic : une star déchue

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
2
Mois de parution
novembre 2008
Domaines


Résumé

Frénésie, le mot n'est pas trop fort pour décrire l'engouement actuel envers le sans contact. Plus question désormais de se torturer l'esprit pour comprendre le pictogramme décrivant la façon d'insérer une carte à puce dans un lecteur ; il suffit de passer sa carte à proximité de celui-ci et le tour est joué. La star de toutes ces cartes sans contact, la figure de proue du domaine, c’est la NXP Mifare Classic (une icône vendue à plus d’un milliard d'exemplaires). Dans cet article, nous présentons comment elle fut lapidée au printemps 2008, lorsque plusieurs équipes de recherche ont mis au grand jour des failles de sécurité aussi sérieuses qu’impardonnables. La star déchue entraîne dans sa débâcle des millions de systèmes de contrôle d'accès, de billetterie et de porte-monnaie électronique.


C'est en 1994 que Philips Semiconducteurs, devenu aujourd'hui NXP Semiconducteurs, propose « Mifare », une dénomination commerciale qui allait regrouper une large gamme de cartes à puce sans contact. Répondant tous au standard ISO14443, les produits de la gamme Mifare sont généralement considérés comme une technologie RFID (Radio Frequency Identification [5]), à laquelle MISC a consacré un dossier spécial dans son numéro 33.

La « Mifare Classic » est le produit phare de la gamme et présente la particularité d'utiliser un algorithme de chiffrement par flot, propriétaire et tenu secret, CRYPTO1, qui peut être implémenté à moindre coût en logique câblée. Le principe général de la carte Mifare Classic est simple : il s'agit d'une mémoire EEPROM dont l'accès en lecture et en écriture est protégé par un protocole d'authentification de type challenge/réponse reposant sur CRYPTO1. Cet algorithme n'étant pas public, le lecteur doit posséder un ASIC...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Qu’est-ce que le chiffrement ?

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
50
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Les protocoles de chiffrement de données, tels que SSL et son successeur TLS, sont au cœur des problématiques de la sécurisation des échanges sur les réseaux informatiques (dont Internet est le plus vaste représentant). Pour un développeur, comme pour un administrateur système, il est donc essentiel de bien comprendre à quoi ils servent, ce qu’ils font, et aussi quand s’en servir. Dans cet article, nous nous proposons de revenir sur toutes ces notions afin de s’assurer de leur bonne compréhension.

Sûreté mémoire : le temps des cerises

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

L’étude et la compréhension des buffer overflow datent de 1972, et leurs premiers usages documentés de 1988 [1]. Près de 50 ans plus tard, où en sommes-nous ? Il nous faut bien admettre que la situation est déprimante : Microsoft et Google reconnaissent chacun ([2], [3]) que près de 2/3 des attaques utilisent à un moment ou un autre une vulnérabilité mémoire. Le ver Morris, qui n’était au départ qu’une preuve de concept, avait quand même coûté la bagatelle de quelques millions de dollars à l’époque… Aujourd’hui, les coûts sont abyssaux : sur le plan financier bien sûr, mais aussi pour nos vies privées, voire nos vies tout court. Face à ce problème, de nombreuses approches sont possibles : analyse statique du code, instrumentation et vérification à l’exécution, langages « sûrs »… Je vous propose d’explorer dans cet article un vieux concept remis au goût du jour, les capabilities, et tout ce qu’elles pourraient nous permettre de faire.

Introduction au dossier : ARM - quels progrès pour la sécurité ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Une fois n’est pas coutume, le sujet de ce dossier concerne une thématique avec une actualité « grand public » on ne peut plus récente : la percée significative des processeurs ARM dans le monde des ordinateurs personnels au travers de son adoption par la marque à la pomme pour sa nouvelle génération d’ordinateurs portables et fixes. Au-delà des promesses, plus de puissance avec une consommation moindre (certains résultats spécifiques sont impressionnants, en témoigne « Accelerating TensorFlow Performance on Mac » sur le blog officiel de TensorFlow), ce qui nous intéresse ici ce sont les questions de sécurité. Depuis quelques années maintenant, la course entre les techniques d’exploitation modernes et les contre-mesures associées voit un nouvel acteur intervenir : les extensions de sécurité matérielles.