Carte à puce : un premier tour d’horizon

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
2
Mois de parution
novembre 2008
Domaines


Résumé

Le geste est devenu tellement coutumier que nous n'y prêtons même plus attention : nous nous présentons face à un distributeur de billets, introduisons notre carte bancaire dans le lecteur, tapons notre code PIN, et les billets nous tombent dans la main tandis que notre compte bancaire est automatiquement débité. La même carte nous permet d'ailleurs de régler la note d’un restaurant, d'effectuer un achat dans une grande surface, de prendre de l'essence, tandis qu'une autre d'apparence similaire nous permet de nous connecter à l'ordinateur de notre entreprise et qu'une troisième – quoique d'un format un peu différent – protège le cœur de notre téléphone portable. Ce petit objet qui ne pèse que quelques grammes a acquis une telle importance dans nos vies que sa perte s'apparente presque à une catastrophe. Et cette minuscule carte à puce, dont le prix de revient est aujourd'hui ridiculement bas, met pourtant en œuvre une technologie très évoluée, fruit de plusieurs décennies de développement et d'idées ingénieuses.


1. Un peu d’histoire

Beaucoup attribuent l'idée originale de la carte à puce au romancier René Barjavel. Dans son roman La Nuit des Temps, ce dernier imagine en effet pour le peuple de Gondawa une bague permettant – entre autres – de payer automatiquement ses achats. « Chaque fois qu'un Gonda désirait quelque chose de nouveau, des vêtements, un voyage, des objets, il payait avec sa clé. Il pliait le majeur, enfonçait sa clé dans un emplacement prévu à cet effet et son compte, à l'ordinateur central, était aussitôt diminué de la valeur de la marchandise ou du service demandés ». Roland Moreno, l'un des pères de la carte à puce, nie cependant avoir été influencé par Barjavel, mais il est amusant de constater que lui aussi avait initialement imaginé d'intégrer cette puce à une bague.

 

figure1

 

Figure 1

Sur un plan moins poétique, la genèse de la carte à puce remonte aux années 40-50, même si l'objet développé à l'époque...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Sauvegardez vos données, centralisez vos logs et supervisez votre sécurité

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Nos serveurs présentent désormais une surface d’attaque réseau maîtrisée et une sécurisation système d’un niveau cohérent avec notre modèle de menaces. De même, le service SSH tournant sur ces serveurs est configuré de manière optimisée. Nous pouvons donc être relativement sereins si nos adversaires sont d’un niveau intermédiaire. Et si malgré toutes ces protections, une attaque comme un rançongiciel réussissait ? Et bien dans ce cas-là, pour l’instant, notre infrastructure serait particulièrement vulnérable. Aucune sauvegarde externalisée. Pas de centralisation des traces. Une supervision sécurité inexistante. Remédions à cette situation afin d’élever le niveau de maturité de la sécurité de notre infrastructure.

Investigation numérique de l’image disque d’un environnement Windows

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Une investigation numérique requiert de nombreuses étapes. Celles-ci varient en fonction des données disponibles. Une des plus importantes est l’analyse de la mémoire vive (voir MISC N°111 [1]). L’analyse de la mémoire de masse, constituée des événements propres au système d’exploitation apporte de nouveaux éléments. Une fois celles-ci terminées, la corrélation des deux nous permettra de confirmer d’éventuelles hypothèses.

Sécurisez votre réseau

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Maintenant que notre serveur principal est déployé et que nous y avons appliqué un premier niveau de sécurisation système, occupons-nous de sa sécurisation réseau. Nous allons détailler en quoi les attaques réseau sont primordiales dans notre modèle de menace. Comme nous le verrons, l’accès distant est le risque principal qui guette nos serveurs. Nous allons mettre en œuvre une sécurité en profondeur et les mesures de protection réseau en seront une de ses dimensions importantes.