Découverte de la puce Titan M a.k.a Citadel

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines


Résumé

La puce Titan M ou Citadel est une puce sécurisée sur laquelle repose en grande partie la sécurité des terminaux Android de Google, la gamme Pixel. Dans cet article, nous détaillerons le fonctionnement interne et les usages de ce composant pour lequel peu d’information publique est disponible à ce jour. Nous donnerons également plusieurs pistes pour aider le rétro-ingénieur à travailler sur ce projet.


La puce Titan M (a.k.a Citadel) a été créée par Google et intégrée dans les smartphones de la gamme Pixel à compter du Pixel 3. D’après Google, cette puce améliore la sécurité de ses terminaux en réduisant leur surface d’attaque et en limitant l’impacte de vulnérabilités matérielles telles que Rowhammer ou Spectre.

Bien que la plupart des smartphones Android reposent aujourd’hui sur la ARM TrustZone pour garantir les fonctionnalités de sécurité critiques du système, Google a fait le choix, depuis le Pixel 2 avec une puce sécurisée de NXP, de s’abstraire de la TrustZone et d’utiliser une puce externe. En effet, plusieurs attaques ont démontré qu’il était possible d’extraire des secrets de la TrustZone, depuis une application Android non privilégiée via des fuites par canaux auxiliaires. On peut citer l’attaque TruSpy [1] qui permet d’extraire une clé AES de la TrustZone via une attaque sur le cache CPU.

Cette nouvelle puce utilise...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite
Références

[1] N. Zhang, K. Sun, D. Shands, W. Lou, Y. T. Hou, « TruSpy: Cache Side-Channel Information Leakage from the Secure World on ARM Devices », IACR Cryptology, 2016

[2] V. Bendeb, « Google Security Chip H1, A member of the Titan family », Open Source Firmware Conference, 2018, https://2018.osfc.io/uploads/talk/paper/7/gsc_copy.pdf

[ECSOURCES] https://chromium.googlesource.com/chromiumos/platform/ec/

[SUZYQ] https://chromium.googlesource.com/chromiumos/third_party/hdctools/+/HEAD/docs/ccd.md#suzyq-suzyqable

[PROTOBUF] https://developers.google.com/protocol-buffers

[NANOPB] https://github.com/nanopb/nanopb



Articles qui pourraient vous intéresser...

Résumé des attaques publiées sur les TPM

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Les TPM, bien que protégés face aux attaques physiques, et certifiés à un bon niveau de sécurité par les Critères Communs (EAL4+ au minimum), ont subi depuis une vingtaine d’années quelques attaques, montrant qu’ils ne sont pas la contre-mesure inviolable pour garantir l’intégrité logicielle des plateformes numériques. Cet article se propose de résumer les principales vulnérabilités remontées au fil du temps sur les TPM du marché.

Une nouvelle méthode d’imagerie tridimensionnelle pour la rétro-ingénierie des circuits intégrés

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

La rétro-ingénierie matérielle, et plus particulièrement la rétro-ingénierie du silicium, trouve très rapidement ses limites dans les attaques non invasives où la puce reste fonctionnelle et intègre. Pour pouvoir analyser en profondeur un circuit logique, il faut aujourd’hui forcément passer par une décapsulation et une déstratification, ce qui implique alors la destruction inévitable de la puce. Ces méthodes destructives étaient les seuls moyens d’accéder aux différentes couches d’une puce de silicium et donc de pouvoir reconstituer tout le circuit logique de celle-ci. Mais récemment, des chercheurs ont proposé une nouvelle méthode d’imagerie tridimensionnelle des circuits intégrés, d’abord pour un usage industriel, mais aussi inédit pour la rétro-ingénierie du silicium, qui permet l’analyse en profondeur, sans passer par les processus destructeurs habituels.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.