Retour sur les faiblesses de l’authentification Windows

Magazine
Marque
MISC
Numéro
103
Mois de parution
mai 2019
Domaines


Résumé
Nous faisions dans MISC n°68 un état des lieux des traces d’authentification laissées par les protocoles d’administration les plus répandus en environnement Windows. Celles-ci restent un « must », récupéré et réutilisé par les attaquants et les pentesters afin de rebondir et d’élever ses privilèges sur les réseaux. Faisons le point 5 ans après.

1. Introduction

1.1 La chasse aux « creds »

Lors de l’étude originale (voir MISC n°68), nous partions du constat que la chasse aux mots de passe, hash et autres Access Tokens était un pilier du test d’intrusion interne, menant bien souvent à la compromission en cascade de serveurs et postes de travail, jusqu’à la prise de contrôle du(des) domaine(s) présent(s).

Avec 5 ans de recul sur l’exercice, le premier constat issu du terrain est que ces techniques fonctionnent toujours aussi bien. Le mot de passe est encore bien souvent la pierre angulaire de la gestion des identités des réseaux d’entreprise et le durcissement des sessions Windows un vœu pieux.

Sans présenter à nouveau en détail tous leurs aspects techniques, nous pouvons présenter rapidement les éléments que nous chasserons :

  • les hashes NTLM, facilement rejouables sur le réseau grâce à la technique « Pass-The-Hash » ;
  • les hashes MS-Cache, à base de hashage MD4 successifs de l’identifiant et du...
Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Sûreté mémoire : le temps des cerises

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

L’étude et la compréhension des buffer overflow datent de 1972, et leurs premiers usages documentés de 1988 [1]. Près de 50 ans plus tard, où en sommes-nous ? Il nous faut bien admettre que la situation est déprimante : Microsoft et Google reconnaissent chacun ([2], [3]) que près de 2/3 des attaques utilisent à un moment ou un autre une vulnérabilité mémoire. Le ver Morris, qui n’était au départ qu’une preuve de concept, avait quand même coûté la bagatelle de quelques millions de dollars à l’époque… Aujourd’hui, les coûts sont abyssaux : sur le plan financier bien sûr, mais aussi pour nos vies privées, voire nos vies tout court. Face à ce problème, de nombreuses approches sont possibles : analyse statique du code, instrumentation et vérification à l’exécution, langages « sûrs »… Je vous propose d’explorer dans cet article un vieux concept remis au goût du jour, les capabilities, et tout ce qu’elles pourraient nous permettre de faire.

Zerologon pour les (mots de passe) nuls

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

ZeroLogon est LA vulnérabilité de septembre 2020 qui expose de nombreux domaines Windows à une compromission totale via un scénario d’exploitation réaliste et fiable. Mais ce qui donne à Zerologon ses lettres de noblesse c’est qu’elle repose essentiellement sur la mauvaise utilisation d’un algorithme cryptographique permettant de réaliser une attaque à clair choisi particulièrement astucieuse. Zoom sur la vulnérabilité la plus passionnante de la rentrée 2020 !

Sécurité avancée des services Serverless (FaaS)

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Les fonctions Serverless sont aujourd’hui une nouvelle tendance du cloud. Rapides et peu onéreuses, elles ne requièrent aucun entretien des infrastructures sous-jacentes par le client. Cependant, ce service entraîne un changement de modèle d’architecture, rendant les solutions de protection classiques inadaptées. Ce papier sensibilise aux nouvelles menaces du cloud et suggère différentes règles à suivre pour s’en prémunir.

Introduction au dossier : ARM - quels progrès pour la sécurité ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Une fois n’est pas coutume, le sujet de ce dossier concerne une thématique avec une actualité « grand public » on ne peut plus récente : la percée significative des processeurs ARM dans le monde des ordinateurs personnels au travers de son adoption par la marque à la pomme pour sa nouvelle génération d’ordinateurs portables et fixes. Au-delà des promesses, plus de puissance avec une consommation moindre (certains résultats spécifiques sont impressionnants, en témoigne « Accelerating TensorFlow Performance on Mac » sur le blog officiel de TensorFlow), ce qui nous intéresse ici ce sont les questions de sécurité. Depuis quelques années maintenant, la course entre les techniques d’exploitation modernes et les contre-mesures associées voit un nouvel acteur intervenir : les extensions de sécurité matérielles.