Minage indésirable

Magazine
Marque
MISC
Numéro
96
Mois de parution
mars 2018
Domaines


Résumé
L’engouement croissant pour la technologie blockchain se traduit par une explosion du cours des différentes crypto-monnaies, qui séduisent aussi bien les curieux que les professionnels de la spéculation financière. Ainsi, acquérir du bitcoin ou autre altcoin n’a jamais été aussi attractif. En parallèle, l’activité de minage s’est elle aussi développée, et il est devenu très compliqué d’acquérir suffisamment de matériel pour pouvoir s’y adonner de façon rentable. C’est pourquoi des personnes peu scrupuleuses ont mis au point des logiciels de minage indésirables, utilisant les ressources matérielles d’utilisateurs non avertis dans le but de générer des crypto-monnaies pour leurs concepteurs.


1. Rappels sur la blockchain et le minage

1.1 Blockchain

Dans sa définition formelle, la blockchain est un registre distribué et décentralisé qui permet de stocker et d’échanger des informations de manière sécurisée, fiable et non modifiable.  Les actions au sein du réseau, appelées transactions, sont regroupées dans des blocs. Un en-tête est ajouté à chaque bloc, contenant un certain nombre d’informations importantes (comme la date et l’heure de création, son identifiant, etc.), mais surtout une empreinte cryptographique du bloc précédent. Cette empreinte est obtenue grâce à une fonction de hachage, et permet ainsi de lier les blocs entre eux de façon immuable. En effet, changer un bloc au milieu de la chaîne entraînerait la modification de son empreinte, et le bloc suivant ne le reconnaîtrait plus.

Dans le schéma ci-dessous, la blockchain originale est représentée en noir. Pour des raisons de lisibilité, seuls les hash des blocs précédents sont...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Applications des TPM

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Les TPM, inventés il y a une vingtaine d’années, ont pénétré progressivement les plateformes numériques. Malgré ce long historique, les TPM ont encore aujourd’hui du mal à s’imposer. Pourtant, leurs applications potentielles sécuritaires sont très intéressantes : Authenticated Boot, Remote Attestation, Scellement, amélioration de la sécurité de la cryptographie logicielle. Cet article détaille ces principales applications et liste quelques produits connus qui utilisent les TPM.

Dora au pays du kernel debugging

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Après plusieurs années dans le monde de la sécurité informatique il est récurrent d'être confronté aux remarques telles que : « Wow tu bosses sur le kernel Windows, c'est trop cool, mais vachement compliqué quand même ! ». Que nenni, en réalité la documentation est conséquente et le point le plus difficile et rédhibitoire est bien souvent la mise en place d'un Labo permettant d'analyser celui-ci. En bref, cet article vous permettra de vous faire passer pour un super haxxor de ses morts qui dt des KPCR à tour de bras et vous permettra peut-être au passage de demander une augmentation.

En sécurité sous les drapeaux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

En sécurité sous les drapeaux... du compilateur, ces fameux -fstack-protector-strong et autres -D_FORTIFY_SOURCE=2 que l’on retrouve dans de plus en plus de logs de compilation. Cet article se propose de parcourir quelques-uns des drapeaux les plus célèbres, en observant les artefacts dans le code généré qui peuvent indiquer leur utilisation, tout en discutant de leur support par gcc et clang. Après tout, nombre d’entre eux sont utilisés par défaut sous Debian ou Fedora, ils méritent bien qu’on s’y intéresse un peu.

Introduction aux TPM (Trusted Platform Modules)

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Les TPM (Trusted Platform Modules), brique de base du Trusted Computing, ont été imaginés il y a une vingtaine d’années, et pourtant ils ne sont pas très utilisés malgré leurs réelles qualités. Comment expliquer cela ? Cet article tend à fournir de premiers éléments de réponse.