Docker, DevOps & sécurité : enfin réconciliés !

Magazine
Marque
MISC
Numéro
95
Mois de parution
janvier 2018
Domaines


Résumé

Nul besoin aujourd’hui de démontrer les nombreux avantages de Docker pour accélérer la mise à disposition de services numériques. Mais sécurité et agilité sont assez rarement conciliables : soit on veut faire plus rapide, mais moins sécurisé, soit on met plus de sécurité dans les process et donc on les ralentit. Comment peut-on réconcilier le DevOps avec l’aspect sécuritaire grâce à un environnement automatisé avec les conteneurs ?


Très souvent, les équipes abordent la sécurité des systèmes d’information de micro services avec des conteneurs uniquement lors du passage en production. Pourtant elles doivent s’assurer que les applications sont protégées contre les failles connues dès le début des tests. La production c’est d’abord un process ininterrompu en cycles faits de développements, de tests, de publications, et d’adaptations pour livrer une application sécurisée et opérationnelle. Pour intégrer toutes ces étapes sans trop perturber les process, la sécurité doit elle aussi être automatisée. La prise en compte des éléments de sécurité doit être intégrée dès le début, tout au long de chaque cycle de vie des applications sur une architecture choisie pour supporter les conteneurs et en même temps dans chacun de ses composants.

1. SecDevOps : sécurité intégrée !

L’avantage indéniable des infrastructures cloud et des conteneurs est de pouvoir fournir très...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.

Monter son lab virtuel avec Kali Linux et VulnHub sous VirtualBox

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
50
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous allons mettre en place un virtual lab, un environnement de travail virtuel. Cet environnement vous permettra de créer, exécuter et détruire à volonté des VM vulnérables. Tout ceci sera fait dans un réseau virtuel, que nous allons créer, afin que ces machines vulnérables ne soient pas exposées sur Internet ni même sur votre réseau LAN, et éviter qu’un pirate puisse les retourner contre vous. Votre machine d’attaque sera également une machine virtuelle, sous Kali Linux, afin de ne pas utiliser votre machine de tous les jours pour vous connecter aux machines vulnérables, pour les mêmes raisons de sécurité. Kali Linux sera dans le réseau virtuel protégé pour pouvoir communiquer avec les VM vulnérables, et aura une carte réseau supplémentaire pour pouvoir accéder à Internet, être mise à jour, etc.

Qu’est-ce que le chiffrement ?

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
50
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Les protocoles de chiffrement de données, tels que SSL et son successeur TLS, sont au cœur des problématiques de la sécurisation des échanges sur les réseaux informatiques (dont Internet est le plus vaste représentant). Pour un développeur, comme pour un administrateur système, il est donc essentiel de bien comprendre à quoi ils servent, ce qu’ils font, et aussi quand s’en servir. Dans cet article, nous nous proposons de revenir sur toutes ces notions afin de s’assurer de leur bonne compréhension.

Les difficultés du désassemblage sur ARM

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Cet article aborde les problèmes spécifiques à l’architecture ARM qui se posent lorsqu’on désassemble un exécutable, c’est-à-dire lorsqu’on l’analyse statiquement pour en produire une représentation en langage assembleur. En effet, les particularités de l’architecture ARM peuvent rendre le désassemblage – déjà habituellement compliqué – particulièrement ardu.