Anti-RE 101

Magazine
Marque
MISC
Numéro
92
Mois de parution
juillet 2017
Domaines


Résumé
Certains programmes sont très pudiques. Ils n'aiment pas trop qu'on s'intéresse à leurs parties intimes, et ils le font savoir. Packers, anti-debug, anti-tampering et autres anti-vm sont autant de ceintures de chasteté modernes pour nos binaires.


Mais contre quoi veut-on se protéger ? Les craintes sont multiples, et dépendent fortement de la nature du binaire. Quand on est un malware, on va essayer d'être le plus furtif possible, se protéger contre le désassemblage, adapter son comportement suivant l'environnement d'exécution (anti-vm). Quand on est un système de licence, on va potentiellement chercher à détecter toute modification du code (anti-tampering). Un programme industriel reposant sur une technologie confidentielle va, lui, certainement appliquer un obfuscateur de code et chercher à empêcher l'utilisation d'un débogueur (anti-debug), etc.

Une propriété largement partagée par ces anti- est leur proportion à être très ciblés contre un outil, et à devenir obsolètes dès que l’astuce est connue. Dans la suite, on listera plusieurs techniques, généralement assez connues, chacune étant adaptée à une famille d'outils. Et pour illustrer le problème de ces techniques, on montrera comment les...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.

Où en est-on du Pearl Harbor numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Emblème du marketing par la peur pour les uns, cygne noir pour les autres, cette appellation désigne l’éventualité d’une attaque informatique éclair contre un pays et qui serait paralysante pour son économie. Le terme fait couler de l’encre depuis au moins 20 ans [1] et nourrit moult fantasmes. Mais sont-ce des fantasmes ? D’aucuns diraient que si en 20 ans il ne s’est rien passé, c’est probablement qu’il y a eu un alarmisme exagéré.