Les messageries sécurisées : enjeux sociétaux

Magazine
Marque
MISC
Numéro
91
Mois de parution
mai 2017
Domaines


Résumé

La messagerie sécurisée permet de maintenir le caractère privé, confidentiel, secret des correspondances. On parle aussi de messagerie chiffrée [1]. La distinction sécurisée/privée peut être décrite ainsi : un message sécurisé est celui que seul reçoit le destinataire indiqué ; le message chiffré celui qui ne peut être lu que par le destinataire désigné [2]. La messagerie sécurisée est parfois présentée comme un outil essentiel pour les activistes, les citoyens qui s’opposent à des régimes totalitaires, comme un instrument d’opposition politique. Échapper à une surveillance étatique jugée intrusive [3], attentatoire aux libertés des individus, n’est toutefois pas la seule finalité des messageries sécurisées. Elles ont plus généralement pour objet de protéger les échanges (e-mail, chat, etc.) contre toutes sortes de regards indiscrets, de tiers non autorisés, et plus généralement de protéger la vie privée et les activités professionnelles. Tout un chacun peut en effet avoir des données à protéger des regards indiscrets : données personnelles, de santé, fiscales ; données classifiées, pour les armées ; données contractuelles pour les entreprises, etc. La sécurisation des échanges répond à ces impératifs particuliers. Les révélations d’Edward Snowden relatives aux pratiques des États en matière de cybersurveillance sont, sans nul doute, en grande partie responsables de nouvelles attentes, qu’une offre relativement pléthorique et en perpétuelle évolution tente de satisfaire.


1. Des enjeux politiques

1.1. Quelques remarques liminaires

L’offre en matière d’applications de messagerie sécurisée est pléthorique. Une étude comparative de l’EFF (Electronic Frontier Foundation, organisation internationale dont la mission est la défense des libertés civiles dans le monde numérique) en recense près de 40 [4] au rang desquelles : AIM, BlackBerry Messenger, BlackBerry Protected, ChatSecure+ Orbot, Ebuddy XMS, Facebook chat, FaceTime, Google Hangouts/Chat « off the record », Hushmail, iMessage, iPGMail, Jitsi+Ostel, Kik Messenger, Mailvelope, Mxit, Off-the-Record (OTR) Messaging for Windows (Pidgin), PGP for Mac (GPGTools), PGP for Windows Gpg4win, QQ, RetroShare, Signal/Redphone, Silent Phone, Silent Text, Skype, Snapchat, StartMail, SureSpot, Telegram, TextSecure, Threema, Viber, Virtru, WhatsApp, Wickr.

Mais on peut bien sûr ajouter quantité d’autres applications à cette liste : Protonmail [5], Meebo, Imo.IM…

Les applications...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite
Références

[1] En anglais : encrypted messaging app., secure messaging, secure and encrypted messaging

[2] Tay Kratzer, « Sending secure and encrypted messages with GroupWise 6.5 », 1 mai 2003, https://support.novell.com/techcenter/articles/ana20030502.html

[3] Micah Lee, « Chatting in secret while we’re all being watched », 14 juillet 2015, https://theintercept.com/2015/07/14/communicating-secret-watched/

[4] https://www.eff.org/node/82654

[5] https://protonmail.com/fr/

[6] Michel Samama, « La télématique bancaire, un enjeu stratégique pour les banques », 21 février 1992, http://www.lesechos.fr/21/02/1992/LesEchos/16082-131-ECH_la-telematique-bancaire--un-enjeu-strategique-pour-les-banques.htm

[7] Mohit Kumar, « DARPA wants to build ultra secure messaging app for US military », 23 avril 2016, http://thehackernews.com/2016/04/secure-messenger.html - Giulio Prisco, « DARPA, NATO looking at military applications of blockchain technology », 23 mai 2016, https://bitcoinmagazine.com/articles/darpa-nato-looking-at-military-applications-of-blockchain-technology-1464018766

[8] http://www.esigetel.fr/symphony-plateforme-communication-ultra-securisee-david-gurle-ingenieur-esigetel

[9] Yves Eudes, « Ricochet, une messagerie sécurisée qui cache aussi les métadonnées », 19 janvier 2016,  http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/01/19/ricochet-une-messagerie-securisee-qui-cache-aussi-les-metadonnees_4849970_4408996.html

[10] https://defcom.com/fr/deftalk-project

[11] Lily Hay Newman, « Hack Brief : hackers breach the ultra-secure messaging app Telegram in Iran », août 2016, https://www.wired.com/2016/08/hack-brief-hackers-breach-ultra-secure-messaging-app-telegram-iran/

[12] Kurt Wagner, « Is your messaging app encrypted ? », 21 décembre 2015, http://www.recode.net/2015/12/21/11621610/is-your-messaging-app-encrypted

[13] Mariella Moon, « Egypt has blocked encrypted messaging app Signal », 20 décembre 2016, https://www.engadget.com/2016/12/20/egypt-blocks-signal/

[14] « Brésil : la justice bloque WhatsApp sur tout le territoire », 19 juillet 2016,  http://www.lepoint.fr/monde/bresil-la-justice-bloque-whatsapp-sur-tout-le-territoire-19-07-2016-2055578_24.php

[15] David Kravets, « UK Prime Minister wants backdoors into messaging apps or he’ll ban them », 12 janvier 2015, http://arstechnica.com/tech-policy/2015/01/uk-prime-minister-wants-backdoors-into-messaging-apps-or-hell-ban-them/

[16] Zane Huffman, « Wiper, the Secure Messaging App, banned from China, after adding Bitcoin support », 15 mars 2015, http://www.coinbuzz.com/2015/03/15/wiper-the-secure-messaging-app-banned-from-china-after-adding-bitcoin-support/

[17] https://www.eff.org/node/82654

[18] Mariella Moon, « Egypt has blocked encrypted messaging app Signal », 20 décembre 2016, https://www.engadget.com/2016/12/20/egypt-blocks-signal/

[19] David Fifield, et alt., « Blocking-resistant communication through domain fronting », 2015, https://www.bamsoftware.com/papers/fronting/

[20] Laura Rosbrow-Telem, « India Supreme Court rejects petition trying to ban encrypted messaging apps like WhatsApp », 29 juin 2016, http://www.geektime.com/2016/06/29/india-supreme-court-rejects-petition-trying-to-ban-encrypted-messaging-apps-like-whatsapp/

[21] David Brin, « The Transparent Society : Will Technology Force Us to Choose Between Privacy and Freedom ? » Reading, MA: Addison-Wesley, 1998

[22] James Colraine, « Encrypted Messaging apps in the age of terrorism and Snowden : savior or safe heaven ? », Mémoire de Master, avril 2016, Georgetown University, Washington, 97 pages

[23] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000173519

[24] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=9CE3F00FCED3A40B9948E880A201A130.tpdila12v_1?cidTexte=JORFTEXT000028338825&categorieLien=id

[25] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030931899&dateTexte=&categorieLien=id

[26] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033202746&categorieLien=id

[27] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033202746&categorieLien=id

[28] https://www.cnil.fr/fr/donnees-de-sante-messagerie-electronique-et-fax

[29] https://www.cnil.fr/fr/declaration/au-037-traitements-des-donnees-de-sante-par-messagerie-securisee

[30] https://www.legifrance.gouv.fr/affichCnil.do?oldAction=rechExpCnil&id=CNILTEXT000029239823&fastReqId=2124610618&fastPos=1

[31] https://www.eff.org/node/82654

[32] Dan Albright, « 4 security threats WhatsApp users need to know about », 25 février 2015, http://www.makeuseof.com/tag/4-security-threats-whatsapp-users-need-know/

[33] Dann Albright, « 4 security threats WhatsApp users need to know about », 25 février 2015, http://www.makeuseof.com/tag/4-security-threats-whatsapp-users-need-know/

[34] Dann Albright, « Telegram provides a secure & fast-growing alternative to WhatsApp », 17 novembre 2014, http://www.makeuseof.com/tag/telegram-provides-secure-fast-growing-alternative-whatsapp/

[35] Mohit Kumar, « Is Telegram Really Secure ? - 4 major privacy issues raised by researcher », 19 novembre 2015, http://thehackernews.com/2015/11/telegram-security-privacy.html

[36] Mentions légales de WhatsApp, https://www.whatsapp.com/legal/#terms-of-service

[37] Secure Messaging User Agreement, https://www.everbridge.com/securemessaging-terms/



Articles qui pourraient vous intéresser...

Le Numérique Responsable dans la pratique à travers les axes Green for IT et IT for Green

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Dans Linux Pratique N°119 de mai 2020 [1], lors d’une interview, Frédéric Bordage, expert indépendant en numérique responsable et porte-parole du site GreenIT.fr aborde à un niveau macro le Numérique Responsable. Cet article a pour objectif d’aller plus loin dans cette réflexion. Les axes comme le Green for IT et le IT for Green seront abordés plus spécifiquement, le tout à travers une approche pratique en présentant des situations d’usages ainsi que des exemples concrets et pragmatiques. Les potentialités de mise en œuvre seront présentées dans le cadre d’un environnement professionnel, car c’est à ce niveau que les gisements d’optimisation et d’économie seront les plus importants.

La téléportation, de la fiction au SDN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

L’art de se téléporter n’est plus réservé au cinéma ! Suite au développement de nouveaux paradigmes tels que le SDN, facilitant le déploiement de firewalls, la sécurité du plan de données a considérablement augmenté. Mais est-il possible d’éviter ces points de passage pour exfiltrer des données entre deux extrémités d’un réseau ? Au lieu de chercher un trou dans le mur, ne serait-il pas plus simple de trouver un moyen de le contourner ? C’est là l’ambition des techniques de téléportation. Nous explorerons les différentes techniques exploitant ce concept, puis nous reproduirons l’une de celles-ci sur un contrôleur SDN, ONOS.

À la découverte de l’open data : petit manuel de survie dans le milieu de la donnée

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

La remise au Premier ministre du rapport Bothorel sur la politique publique de la donnée, des algorithmes et des codes sources permet de procéder à un état des lieux de l’open data en France. De quoi parle-t-on quand on parle d’open data ? Quels sont les critères et les formats ? Comment une structure peut-elle se lancer dans l’open data ?