De l’Open data à la ville intelligente

Magazine
Marque
MISC
Numéro
91
Mois de parution
mai 2017
Domaines


Résumé

La démocratisation des concepts d’Open data, de Big data et de Smart cities a permis quelques belles réalisations urbaines, qui ont, en théorie, pour but de rendre les communautés plus agréables à vivre. Voyons comment l’Open data et la Smart City se combinent.


On en entend de plus en plus parler : les Smart Cities auraient pour vocation d’améliorer la qualité de vie des citoyens, en leur fournissant des services mieux adaptés, mieux calibrés, grâce aux nouvelles technologies. Avant d’analyser plus en amont ce concept, il faut revenir à sa base, à savoir : l’Open data.

1. De l’Open data à la Smart City

C’est en décembre 2007 que la notion d’Open Data fait son apparition dans le débat public grâce à Lawrence Lessig et Tim O’Reilly, dans le cadre des présidentielles Américaines de 2008 [1]. Le principe est simple : on a des données issues du public, elles doivent être accessibles au public, pour qu’il s’en empare et améliore, notamment, la démocratie et la gouvernance.

Petit à petit, les administrations et les grandes entreprises publiques et privées ont publié des données. On citera pour l’exemple l’Assemblée nationale, le Sénat, mais aussi, de façon très partielle, la SNCF, Météo...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

À la découverte de l’open data : petit manuel de survie dans le milieu de la donnée

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

La remise au Premier ministre du rapport Bothorel sur la politique publique de la donnée, des algorithmes et des codes sources permet de procéder à un état des lieux de l’open data en France. De quoi parle-t-on quand on parle d’open data ? Quels sont les critères et les formats ? Comment une structure peut-elle se lancer dans l’open data ?

Où en est-on du Pearl Harbor numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Emblème du marketing par la peur pour les uns, cygne noir pour les autres, cette appellation désigne l’éventualité d’une attaque informatique éclair contre un pays et qui serait paralysante pour son économie. Le terme fait couler de l’encre depuis au moins 20 ans [1] et nourrit moult fantasmes. Mais sont-ce des fantasmes ? D’aucuns diraient que si en 20 ans il ne s’est rien passé, c’est probablement qu’il y a eu un alarmisme exagéré.

Les taxonomies se cachent pour ne pas mourir

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

« Attention, nouveau virus ! » Nombreux sont les articles à nous alerter régulièrement, par cette métonymie, sur l’émergence d’un nouveau malware. Pourtant, le terme de virus a-t-il encore un sens aujourd’hui ? Wannacry était-il un ver, ou un ransomware ? NotPetya, un wiper, ou bien un ver ? Et plus encore, au-delà de l’utilisation de termes et expressions se pose la question de la nécessaire catégorisation des incidents de cybersécurité ; pourquoi, comment, à quelles fins ? Essai (critique) de réponse.

StopCovid et consorts : décryptage et enjeux des applications de santé

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Avec l’épidémie de COVID-19 qui continue à sévir à l’échelle mondiale, on a vu fleurir dans tous les pays des applications mobiles permettant de tracer les éventuels porteurs de la maladie. Mais, en dehors de cette utilisation très spécifique, il existe des catégories d’outils. Explications sur ces aides médicales d’un nouveau genre, qui commencent à faire partie de notre quotidien.

Encore StopCovid, ou stop ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Comment fonctionne StopCovid ? Quels sont les problèmes ? À quels risques s’expose-t-on ? Dans cet article, nous tentons d’éclaircir ces questions et de nourrir quelques réflexions sur l’usage du numérique.