La sécurité des objets connectés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
88
|
Mois de parution
novembre 2016
|
Domaines


Résumé

Le progrès dans le monde des systèmes embarqués a favorisé l'apparition d'objets dits « intelligents » (de l'anglais Smart Object) ou encore « connectés ». Ces derniers intègrent, dans un contexte de faible consommation énergétique, un microcontrôleur permettant de piloter un capteur et/ou un actionneur alliés à une capacité de communication. Les objets intelligents offrent à leurs usagers l'exploitation de scénarios intéressants induisant principalement deux classes d'interactions : d'une part, capturer et remonter vers le réseau la valeur courante d'une information spécifique à leur environnement immédiat (objet en tant que capteur) et, d'autre part, recevoir du réseau une commande dont l'exécution peut avoir un effet de bord sur leur environnement direct (objet en tant qu'actuateur). Un smartphone, un téléviseur ou un réfrigérateur connecté, une montre intelligente, des systèmes de détection de présence ou de chutes... constituent des exemples concrets d'objets connectés faisant partie de notre quotidien. L'Internet des Objets (IoT) permet de conceptualiser ce nouvel environnement reposant sur les réseaux traditionnels, auxquels sont connectés les objets en tant que composantes particulières du monde réel ayant des contraintes fortes en matière de ressources (mémoire, capacité de traitement, énergie) et disposant de méthodes multiples de communication sans fil. Selon IPSO (IP for Smart Objects), l'adoption massive du protocole IP par les objets devrait à terme conduire à une connectivité directe avec l'Internet, en ouvrant la voie à sa troisième grande évolution (Web 3.0). Ces objets peuvent être découverts, contrôlés et gérés depuis Internet. Cette articulation, qui représente un point fort de l'IoT, le fait aussi hériter de toute la problématique de la sécurité déjà présente dans l'Internet. Cette dernière se repose même avec une acuité renouvelée dans ce nouvel environnement, du fait de ses caractéristiques particulières. Il est important d'analyser la façon avec laquelle les exigences classiques de sécurité (CIA, AAA...) ainsi que celles liées au respect de la vie privée peuvent être déclinées dans ce nouvel environnement.


La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

L’empoisonnement de cache DNS : toujours d’actualité ?

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
21
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Le Domain Name System (DNS) est l’un des protocoles réseau centraux au bon fonctionnement de l’Internet moderne. Ce protocole permet la résolution de noms « symboliques » – les noms de domaine – en des ressources, notamment des adresses IP. Malgré son omniprésence dans notre quotidien, sa sécurisation a été incrémentale et laborieuse. Cet article traite d’une attaque aussi vieille que le DNS, l’empoisonnement de cache, contre laquelle les dernières avancées, comme DNS-over-HTTPS, pourraient permettre de se protéger enfin complètement. Ou le pourront-elles ?

Zero Trust : anti-SOC, tu perds ton sang froid ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
110
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Les security operation centers, au sens large, sont aujourd’hui au cœur des systèmes d’information des entreprises. En revanche, beaucoup adoptent encore et toujours une approche traditionnelle de la sécurité du SI. Comment le paradigme Zero Trust va-t-il impacter nos supervisions ? Repensons un peu à toutes ces années de service pour voir ce que Zero Trust peut apporter au SOC, et réciproquement comment ces derniers peuvent accompagner la transition.

Anti-leurrage et anti-brouillage de GPS par réseau d’antennes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
110
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

La localisation, la navigation et le transfert de temps (PNT) par constellation de satellites, et notamment le Système de Positionnement Global (GPS), sont devenus omniprésents dans notre quotidien. Le brouillage – volontaire ou non – et le leurrage de ces signaux très faibles sont désormais accessibles à tout le monde, mais les subir n’est pas une fatalité : nous allons aborder les méthodes pour se protéger de tels désagréments afin de retrouver les services d’origine en annulant ces interférants par une approche multi-antennes.

Découverte et scan de réseaux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
21
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Ce réseau est trop vaste à surveiller, l’administrateur ne s’y retrouvait plus entre toutes ces plages d’adresses, ces serveurs, imprimantes et autres webcams éparpillés dans tous les coins des locaux ; sans parler du Cloud situé on ne sait où. Et s’il avait quelques outils et méthodes sous la main pour avoir une cartographie à peu près complète de son réseau et des différents services disponibles ? Essayons de l’aider dans sa tâche en complétant sa panoplie.

Exploitations de collisions MD5

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
21
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Vous trouvez un système indexant des fichiers via MD5. À quel point est-il vulnérable ? Depuis l'attaque [1] en 2008 qui a généré un faux certificat SSL, la fonction d'empreinte MD5 est considérée comme inutilisable par les experts, car vulnérable en pratique. Cela dit, elle est encore souvent utilisée, et parfois à bon escient. Par exemple en juillet 2019, on apprenait que le système de censure de WeChat [2] était basé sur une liste noire indexée avec MD5. Cet article a pour but de clarifier les attaques par collisions contre MD5.

Introduction au dossier : Zero Trust : avenir de la sécurité ou chimère marketing ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
110
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Derrière ce titre modéré, il aurait été trop facile d’être provocateur, se cache une référence que nos lecteurs historiques auront relevée. Il y a plus de dix ans maintenant, au SSTIC 2008, Cédric Blancher donnait une conférence dont le titre était : « Dépérimétrisation : Futur de la sécurité ou pis aller passager ? ». Les constats de l’époque, qui ne doivent pas être loin pour de nombreuses entreprises encore aujourd’hui, sont que les paradigmes de sécurité des réseaux informatiques ont des limites importantes : difficulté à mettre en place du contrôle d’accès ainsi qu’une segmentation et un filtrage réseau efficace.

Par le même auteur

La sécurité des objets connectés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
88
|
Mois de parution
novembre 2016
|
Domaines
Résumé

Le progrès dans le monde des systèmes embarqués a favorisé l'apparition d'objets dits « intelligents » (de l'anglais Smart Object) ou encore « connectés ». Ces derniers intègrent, dans un contexte de faible consommation énergétique, un microcontrôleur permettant de piloter un capteur et/ou un actionneur alliés à une capacité de communication. Les objets intelligents offrent à leurs usagers l'exploitation de scénarios intéressants induisant principalement deux classes d'interactions : d'une part, capturer et remonter vers le réseau la valeur courante d'une information spécifique à leur environnement immédiat (objet en tant que capteur) et, d'autre part, recevoir du réseau une commande dont l'exécution peut avoir un effet de bord sur leur environnement direct (objet en tant qu'actuateur). Un smartphone, un téléviseur ou un réfrigérateur connecté, une montre intelligente, des systèmes de détection de présence ou de chutes... constituent des exemples concrets d'objets connectés faisant partie de notre quotidien. L'Internet des Objets (IoT) permet de conceptualiser ce nouvel environnement reposant sur les réseaux traditionnels, auxquels sont connectés les objets en tant que composantes particulières du monde réel ayant des contraintes fortes en matière de ressources (mémoire, capacité de traitement, énergie) et disposant de méthodes multiples de communication sans fil. Selon IPSO (IP for Smart Objects), l'adoption massive du protocole IP par les objets devrait à terme conduire à une connectivité directe avec l'Internet, en ouvrant la voie à sa troisième grande évolution (Web 3.0). Ces objets peuvent être découverts, contrôlés et gérés depuis Internet. Cette articulation, qui représente un point fort de l'IoT, le fait aussi hériter de toute la problématique de la sécurité déjà présente dans l'Internet. Cette dernière se repose même avec une acuité renouvelée dans ce nouvel environnement, du fait de ses caractéristiques particulières. Il est important d'analyser la façon avec laquelle les exigences classiques de sécurité (CIA, AAA...) ainsi que celles liées au respect de la vie privée peuvent être déclinées dans ce nouvel environnement.