HTTP, le protocole qui répond plus vite que son ombre

MISC n° 088 | novembre 2016 | Cédric Foll
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Les plus anciens d’entre nous avaient l’habitude de commencer leurs tests d’intrusions par des nmap avec trois lignes d’options. L’étape de scan de ports prenait des heures pour vérifier la présence de services accessibles sur les 65536 ports possibles en UDP et TCP. Les yeux s'éclairent à la découverte de toutes les lignes affichant « open » et l’amusement commençait pour vérifier s’il n’existait pas une vulnérabilité recensée sur le service, une erreur de configuration ou des identifiants faibles.

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder à cet article