Quand la Threat Intel rencontre le DFIR – 2ème partie

Magazine
Marque
MISC
Numéro
86
|
Mois de parution
juillet 2016
|
Domaines


Résumé
Dans la première partie de cet article (MISC n°85) nous avons présenté la Threat Intelligence, ses concepts, ses outils. Dans cette seconde et dernière partie, nous passons à la pratique. Nous allons voir comment la Threat Intelligence opérationnelle peut aider et comment elle s'insère dans les activités de réponse aux incidents et d'investigation numérique (DFIR).

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Extraction des secrets de lsass à distance

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Le mouvement latéral est une composante essentielle des tests d’intrusion. Cette phase peut être fastidieuse si les cibles sont correctement protégées. L’outil « lsassy » répond à ce besoin en permettant d’extraire à distance les secrets présents sur des machines.

Mécanismes de défense en profondeur de Safari sur iOS

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Les navigateurs sont depuis plusieurs années une cible de choix pour obtenir une exécution de code arbitraire initiale dans la chaîne de compromission d’un équipement « client », que ce soit une station de travail classique ou un smartphone. La prolifération des vulnérabilités et techniques d’exploitation encourage les éditeurs à mettre en place de la défense en profondeur afin de supprimer des classes entières de vulnérabilités ou rendre leur exploitation particulièrement complexe.

Introduction au dossier : Sécurité des navigateurs web : où en sommes-nous ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Il y a maintenant 5 ans, MISC dédiait un dossier complet à la sécurité des navigateurs web [1]. Il y était traité de sandboxing sous Firefox, de JIT, de cloisonnement JavaScript, d’exploitation du navigateur Chrome sous Android. Une grande partie de ce qui a été écrit à l’époque est encore en partie valide et je vous invite à y jeter un œil si vous ne connaissez pas déjà ce dossier.

Un œil technique sur les sanctions de la CNIL

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Près de trois quarts des sanctions prononcées par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) ont parmi leurs causes des vulnérabilités techniques de sécurité. À partir de ce constat, et au prisme de notre expérience à la fois en cybersécurité technique et en protection des données à caractère personnel, nous avons analysé les sanctions de la CNIL publiées sur le site https://www.legifrance.gouv.fr/. Nous avons notamment établi une correspondance avec les catégories de vulnérabilités techniques identifiées dans la nomenclature du top 10 de l'OWASP 2017 (Open Web Application Security Project). Nous avons également étudié les fuites de données majeures survenues en Europe et dans le monde. Il en ressort que les vulnérabilités les plus communes sont liées à l’authentification, au contrôle d’accès et à la protection des données au repos et en transit.

Par le même auteur

Analyse d’un malware en Node.JS

Magazine
Marque
MISC
Numéro
92
|
Mois de parution
juillet 2017
|
Domaines
Résumé
En plus des classiques fichiers exécutables Windows (.exe ou .dll), les malwares se présentent sous d'autres formats divers. VBScript (Houdini), fichiers Office (droppers de Dridex ou divers types de ransomware), Python (convertis en PE avec py2exe), Java (histoire d’assurer l’interopérabilité entre systèmes), ELF, JScript (droppers Locky)… Ici, nous allons nous intéresser de près à un exemple de malware écrit en… Node.JS [1].

Quand la Threat Intel rencontre le DFIR – 2ème partie

Magazine
Marque
MISC
Numéro
86
|
Mois de parution
juillet 2016
|
Domaines
Résumé
Dans la première partie de cet article (MISC n°85) nous avons présenté la Threat Intelligence, ses concepts, ses outils. Dans cette seconde et dernière partie, nous passons à la pratique. Nous allons voir comment la Threat Intelligence opérationnelle peut aider et comment elle s'insère dans les activités de réponse aux incidents et d'investigation numérique (DFIR).

Quand la Threat Intel rencontre le DFIR – 1ère partie

Magazine
Marque
MISC
Numéro
85
|
Mois de parution
mai 2016
|
Domaines
Résumé
Qu’on se prenne pour James Bond ou pour un shaman, ce que notre industrie appelle la Threat Intelligence fait place à beaucoup de fantasmes que les vendors nourrissent joyeusement à chaque fois qu’un nouveau rapport est publié. Mais, concrètement, à quoi ça sert de « faire de la threat intelligence » ? Quelle est la différence par rapport au renseignement classique ? Quels sont les avantages concrets que le renseignement sur les menaces apporte lors de la gestion d’un incident de sécurité ? C’est ce que cet article cherche à expliquer, du point de vue de deux DFIRers.

Malcom – the MALware COMmunication analyzer

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
12
|
Mois de parution
octobre 2015
|
Domaines
Résumé

L’analyse de trafic réseau est une des techniques les plus populaires d’analyse dynamique de malwares. Dans le cadre de la réponse à incident, elle permet rapidement d’identifier les points de commande et contrôle (C2) et de produire des marqueurs ou indicateurs de compromission (« Indicators of Compromise », ou IOC) pertinents pour identifier des hôtes infectés. Les marqueurs réseau sont aussi un très bon point de pivot pour étendre sa connaissance sur l’adversaire : infrastructure, autres malwares, etc. Cependant, les outils classiques d’analyse réseau ne permettent pas de partager ses trouvailles avec d’autres chercheurs, obligeant la communauté « blue team » à partir de zéro lors de l’analyse. Nous allons voir comment Malcom essaye de répondre à ces besoins de partage et en quoi il diffère des outils d'analyse réseau classiques.

Threat Intelligence is a box of cookies

Magazine
Marque
MISC
Numéro
75
|
Mois de parution
septembre 2014
|
Domaines
Résumé
Le monde de la sécurité informatique est périodiquement assailli par des buzzwords marketing, de nouveaux challenges techniques et des trolls rétrogrades. Dans cette jungle bruyante, difficile souvent de faire le distinguo entre gesticulation commerciale et scepticisme systématique. Les activités de Threat Intelligence n'échappent pas à la règle, la plupart des personnes en parlant (ou en vendant) ne sachant pourtant pas ou peu de quoi il retourne. Cet article se propose de démystifier cette activité, avant tout humaine, en vous présentant ses enjeux, sans fard ni artifice (ni feeds ou Big Data).