APT 101

Magazine
Marque
MISC
Numéro
79
Mois de parution
mai 2015
Domaines


Résumé

Depuis quelque temps, pas une semaine ne semble passer sans qu’il n’y ait un article, un billet de blog, ou un white paper sur le sujet des APT, que ce soit pour décrire des campagnes d’attaque, des groupes d’attaquants, analyser des malwares dédiés à ces attaques, ou malheureusement faire du marketing à peu de frais. Cependant, force est de constater que même les professionnels de l’IT sont parfois victimes de méconnaissances ou d’idées reçues sur cette problématique. Le but de cet article est donc d’exposer brièvement les premières bases de connaissance d'une attaque APT, son mode opératoire, et de définir un peu plus les différences entre compromissions classiques et APT.


1. APT : définition

APT est un sigle provenant des États-Unis signifiant « Advanced Persistent Threat ». Ce sigle a été fortement médiatisé à partir de 2010 suite à la campagne d’attaque « Opération Aurora » [1] dont notamment Google avait été victime.

Avant cette médiatisation intensive, le sigle existait pourtant, créé et utilisé depuis 2006 par l’US Air Force aux États-Unis, afin de décrire « des types spécifiques d’adversaires, exploits, et cibles utilisées à des fins de collecte de données stratégiques ».

Cette définition mêle tous les acteurs de l’APT : les humains (adversaires), l’informatique (exploits), les infrastructures (cibles) et les données. Elle ne convient cependant pas à tous les experts du domaine, qui ont chacun adapté cette première définition à leur compréhension du domaine.

Pour commencer, certains experts pensent qu’une APT est avant tout une « histoire d’hommes » : l’APT est l’attaquant,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Résumé des attaques publiées sur les TPM

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Les TPM, bien que protégés face aux attaques physiques, et certifiés à un bon niveau de sécurité par les Critères Communs (EAL4+ au minimum), ont subi depuis une vingtaine d’années quelques attaques, montrant qu’ils ne sont pas la contre-mesure inviolable pour garantir l’intégrité logicielle des plateformes numériques. Cet article se propose de résumer les principales vulnérabilités remontées au fil du temps sur les TPM du marché.

Découverte de la puce Titan M a.k.a Citadel

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

La puce Titan M ou Citadel est une puce sécurisée sur laquelle repose en grande partie la sécurité des terminaux Android de Google, la gamme Pixel. Dans cet article, nous détaillerons le fonctionnement interne et les usages de ce composant pour lequel peu d’information publique est disponible à ce jour. Nous donnerons également plusieurs pistes pour aider le rétro-ingénieur à travailler sur ce projet.

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.