APT 101

Magazine
Marque
MISC
Numéro
79
Mois de parution
mai 2015
Domaines


Résumé
Depuis quelque temps, pas une semaine ne semble passer sans qu’il n’y ait un article, un billet de blog, ou un white paper sur le sujet des APT, que ce soit pour décrire des campagnes d’attaque, des groupes d’attaquants, analyser des malwares dédiés à ces attaques, ou malheureusement faire du marketing à peu de frais. Cependant, force est de constater que même les professionnels de l’IT sont parfois victimes de méconnaissances ou d’idées reçues sur cette problématique. Le but de cet article est donc d’exposer brièvement les premières bases de connaissance d'une attaque APT, son mode opératoire, et de définir un peu plus les différences entre compromissions classiques et APT.

1. APT : définition

APT est un sigle provenant des États-Unis signifiant « Advanced Persistent Threat ». Ce sigle a été fortement médiatisé à partir de 2010 suite à la campagne d’attaque « Opération Aurora » [1] dont notamment Google avait été victime.

Avant cette médiatisation intensive, le sigle existait pourtant, créé et utilisé depuis 2006 par l’US Air Force aux États-Unis, afin de décrire « des types spécifiques d’adversaires, exploits, et cibles utilisées à des fins de collecte de données stratégiques ».

Cette définition mêle tous les acteurs de l’APT : les humains (adversaires), l’informatique (exploits), les infrastructures (cibles) et les données. Elle ne convient cependant pas à tous les experts du domaine, qui ont chacun adapté cette première définition à leur compréhension du domaine.

Pour commencer, certains experts pensent qu’une APT est avant tout une « histoire d’hommes » : l’APT est l’attaquant, pas l’attaque....

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Répondez aux problématiques de sécurité d’accès avec OpenSSH

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Notre infrastructure est désormais stable et sécurisée tant au niveau système que réseau. Nous allons pouvoir étudier de manière un peu approfondie un logiciel particulier : OpenSSH. Ce démon réseau nous permet de nous connecter en toute sécurité sur nos serveurs via le protocole SSH. Son développement a commencé il y a plus de 20 ans chez nos amis d’OpenBSD. La liste de ses fonctionnalités est d’une longueur impressionnante. Nous allons en parcourir ensemble quelques-unes qui, je l’espère, nous permettront d’améliorer tant notre sécurité que notre productivité quotidienne.

Les lolbas, des amis qui vous veulent du bien

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il existe des fichiers nativement présents sur Windows pouvant être détournés par un attaquant et ainsi être utilisés lors des différentes phases de compromission. Dans cet article, nous présenterons quelques cas d’utilisations de ces fichiers par des attaquants, ainsi que des solutions de prévention contre ces attaques.

Sécurité réseau dans un cluster Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

En introduisant le concept de micro-services, Kubernetes lance un nouveau défi aux solutions d’isolation et de filtrage réseau : comment gérer les droits d’accès réseau dans une infrastructure en constante mutation et dans laquelle une machine n’a plus un rôle prédéterminé ?

Définissez l'architecture de vos serveurs et installez-les

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous réfléchirons aux besoins de sécurité auxquels nos serveurs devront répondre. Il sera d’ailleurs plus question d’architecture que de serveur personnel. Pourquoi cela ? Car nos besoins vont à coup sûr évoluer dans le temps. L’approche la plus pérenne sera donc de mener une réflexion basée sur des services et non sur un serveur unique. Nous allons aussi nous attacher à assurer la résilience de nos services de base. Nos choix d’architecture auront pour objectif de pouvoir mieux détecter, contrer et éventuellement réparer les dommages causés par une attaque informatique. Nous pourrons par exemple restaurer nos services si un attaquant réussissait à prendre le contrôle du serveur. Notre plan de bataille commencera par la définition des grandes lignes de notre infrastructure, puis par la sélection de nos fournisseurs. Nous déploierons ensuite le serveur avec un premier palier de sécurisation système.

Migrez de iptables vers nftables

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il y a cinq ans, je lisais un premier article sur nftables [1] : l’outil semblait intéressant, mais il n’était pas disponible sur ma machine. En 2019, une distribution majeure, Debian, a basculé sur nftables avec sa version 10 (Buster) [2] : il est donc temps de voir comment migrer du vénérable pare-feu iptables vers son successeur.