La sécurité des SAN (2ème partie) : impacts de la convergence LAN/SAN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
76
Mois de parution
novembre 2014
Domaines


Résumé
La convergence LAN/SAN s'introduit lentement, mais sûrement dans les réseaux des entreprises, même si cela se fait sous des formes différentes de celles prévues. Avec ces technologies viennent évidemment de nouvelles failles, mais également une plus grande exposition qui, via une mutualisation de fait des réseaux, ne permet plus de considérer le réseau de stockage avec la même légèreté qu'un SAN Fibre Channel isolé au fond du Datacenter. Dans la foulée de la première partie [1], focalisée sur les SAN Fibre Channel classiques, cet article aborde les différentes technologies de convergence LAN/SAN sur le marché, puis, après quelques explications sur leur fonctionnement présente les risques et contre-mesures spécifiques à chacun.

1. Quel impact de la convergence LAN/SAN ?

La convergence LAN/SAN peut prendre de nombreuses formes :

- Transporter les flux de stockage sur Ethernet : FcoE, voire AoE (ATA Over Ethernet) ;

- Transporter les flux de stockage sur IP : iSCSI ;

- Basculer vers un NAS, en travaillant en mode fichiers et non plus en mode blocs : NFS, CIFS/SMB…

Note : le lecteur qui voudra approfondir les mécanismes et différences entre eux pourra se référer à quelques articles en ligne sur le sujet [2].

La figure 1 permet de repositionner les différents protocoles les uns par rapport aux autres.

1-Positionnement_protocoles

Fig. 1 : Positionnement des protocoles sur le réseau.

Toutes ces technologies, aussi différentes soient-elles, partagent un point commun : l'utilisation du réseau LAN Ethernet, et pour certaines également IP. Ces technologies peuvent donc déjà profiter des mécanismes de sécurité des LAN Ethernet : VLAN, ACL, 802.1x, voire IP pour les protocoles basés sur IP : ARP Inspection, IP Source Guard…

Certaines...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Return oriented programming 101

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Le Returned Oriented Programming (ou ROP) est une technique permettant d'exploiter des programmes disposant de la protection NX (No eXecute) ou DEP (Data Execution Prevention). L'objectif de cet article est de vous présenter les bases du ROP, ainsi que l’exploitation pas-à-pas d’un programme d’entraînement via l'utilisation de la bibliothèque python pwntools [1]. Dans un souci de simplicité, la démonstration sera réalisée sur un programme s'exécutant sur un système Linux 64 bits. Bien entendu, cette démonstration reste applicable sur d'autres architectures (ARM, MIPS, etc.).

Introduction au dossier : Sécurité système & logiciel - Exploitation & contre-mesures

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

La thématique de ce hors-série, comme vous avez d’ores et déjà pu le remarquer, est dédiée à la sécurité système et logiciel. Derrière cette terminologie qui couvre un large spectre de ce que peut être la sécurité, l’idée est de continuer les hors-séries qui traitent des fondamentaux de sous-domaines de la sécurité informatique.

Introduction aux TPM (Trusted Platform Modules)

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Les TPM (Trusted Platform Modules), brique de base du Trusted Computing, ont été imaginés il y a une vingtaine d’années, et pourtant ils ne sont pas très utilisés malgré leurs réelles qualités. Comment expliquer cela ? Cet article tend à fournir de premiers éléments de réponse.

Dora au pays du kernel debugging

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Après plusieurs années dans le monde de la sécurité informatique il est récurrent d'être confronté aux remarques telles que : « Wow tu bosses sur le kernel Windows, c'est trop cool, mais vachement compliqué quand même ! ». Que nenni, en réalité la documentation est conséquente et le point le plus difficile et rédhibitoire est bien souvent la mise en place d'un Labo permettant d'analyser celui-ci. En bref, cet article vous permettra de vous faire passer pour un super haxxor de ses morts qui dt des KPCR à tour de bras et vous permettra peut-être au passage de demander une augmentation.