La sécurité des SAN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
75
Mois de parution
septembre 2014
Domaines


Résumé
Les SAN, ces réseaux mystérieux qui hébergent les données les plus confidentielles des entreprises... Méconnus par la majorité et considérés comme extrêmement sûrs… Ils ne le sont dans les faits pas tant que cela. Plus souvent protégés par l'isolation physique et la méconnaissance, ces réseaux se retrouvent de plus en plus exposés via la forte consolidation qui s'est effectuée ces dernières années au niveau des infrastructures, sans compter la convergence LAN/SAN. Après quelques explications sur le fonctionnement des SAN, cet article aborde les attaques possibles puis présente les différents axes de sécurisation.

1. Un SAN c’est quoi ?

1.1 Définition

Le SAN (Storage Area Network) c'est d'abord un réseau et une couche de protocoles pour transporter des trames SCSI (protocole d'accès disque en mode bloc à l'instar d'IDE ou SATA) entre des serveurs et des baies de disques.

Les SAN sont apparus avec les besoins de consolidation du stockage et constituent actuellement un élément incontournable de la majorité des data centers. Les alternatives sont le DAS (Directly Attached Storage) et le NAS (Network Attached Storage).

Les SAN classiques s'appuient sur FC (Fibre Channel), dont la hiérarchie des protocoles est assez proche du modèle OSI, et qui est défini par le comité T11 de l'INCITS [1]. Ces différents protocoles sont spécifiés dans les normes FC-BB-x (x étant le numéro de révision).

Les SAN peuvent toutefois également s'appuyer sur Ethernet ou encore IP. La figure 1 permet de comparer simplement les différents modèles d'accès au stockage.

1.2 Zoom sur SCSI

SCSI (Small Computer...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Définissez l'architecture de vos serveurs et installez-les

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous réfléchirons aux besoins de sécurité auxquels nos serveurs devront répondre. Il sera d’ailleurs plus question d’architecture que de serveur personnel. Pourquoi cela ? Car nos besoins vont à coup sûr évoluer dans le temps. L’approche la plus pérenne sera donc de mener une réflexion basée sur des services et non sur un serveur unique. Nous allons aussi nous attacher à assurer la résilience de nos services de base. Nos choix d’architecture auront pour objectif de pouvoir mieux détecter, contrer et éventuellement réparer les dommages causés par une attaque informatique. Nous pourrons par exemple restaurer nos services si un attaquant réussissait à prendre le contrôle du serveur. Notre plan de bataille commencera par la définition des grandes lignes de notre infrastructure, puis par la sélection de nos fournisseurs. Nous déploierons ensuite le serveur avec un premier palier de sécurisation système.

Cas pratique sur la sécurisation d'un cluster Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Cet article présente trois exemples de problèmes de sécurité rencontrés sur des clusters Kubernetes, causés par un manque de maîtrise des applications déployées sur un cluster par ses administrateurs ou par les développeurs des applications s’y exécutant. Nous donnons ensuite des pistes afin de mieux maîtriser et sécuriser ces applications.

Migrez de iptables vers nftables

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il y a cinq ans, je lisais un premier article sur nftables [1] : l’outil semblait intéressant, mais il n’était pas disponible sur ma machine. En 2019, une distribution majeure, Debian, a basculé sur nftables avec sa version 10 (Buster) [2] : il est donc temps de voir comment migrer du vénérable pare-feu iptables vers son successeur.

Investigation numérique de l’image disque d’un environnement Windows

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Une investigation numérique requiert de nombreuses étapes. Celles-ci varient en fonction des données disponibles. Une des plus importantes est l’analyse de la mémoire vive (voir MISC N°111 [1]). L’analyse de la mémoire de masse, constituée des événements propres au système d’exploitation apporte de nouveaux éléments. Une fois celles-ci terminées, la corrélation des deux nous permettra de confirmer d’éventuelles hypothèses.