Retour d'expérience sur le déploiement d'un SOC : vulnerability management

Magazine
Marque
MISC
Numéro
73
Mois de parution
mai 2014
Domaines


Résumé
Côté offensif, l’exploitation d’une vulnérabilité peut parfois être considérée comme de l’art au même titre que certaines démonstrations mathématiques et la rubrique « exploit corner » de ce magazine en est l’illustration. La gestion des vulnérabilités côté défensif n’a malheureusement pas le même écho auprès du public. Le but de cet article est de partager ce qui a été appris suite à la mise en place d’un processus de gestion des vulnérabilités à l’échelle d’une société du CAC40, tant sur la technique que sur l’organisation.

Les APT (Advanced Persistant Threats), attaques en profondeur et dans la durée, ont remis en cause le dogme de la défense périmétrique avec son florilège de pare-feux et ses zones démilitarisées. En effet, les protections installées entre Internet et les serveurs sont dépassées quand un simple fichier bureautique porteur d'un malware est ouvert sur un poste de travail qui peut, lui, accéder directement aux serveurs. Contrôler les vulnérabilités sur la DMZ ne suffit plus et il faut mener une démarche à plus grande échelle auprès de tous les services, ce qui est fait à travers le SOC (Security Operation Center).

1. Pour commencer

1.1 La politique

Comment la gestion des vulnérabilités s’organise-t-elle ? Tout commence par une politique de gestion des vulnérabilités au niveau groupe qui définit le périmètre d’applicabilité, les critères de prises en charge, notamment la criticité et les délais maximums de traitement.

Cette politique doit s'appuyer sur une...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Investigation numérique de l’image disque d’un environnement Windows

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Une investigation numérique requiert de nombreuses étapes. Celles-ci varient en fonction des données disponibles. Une des plus importantes est l’analyse de la mémoire vive (voir MISC N°111 [1]). L’analyse de la mémoire de masse, constituée des événements propres au système d’exploitation apporte de nouveaux éléments. Une fois celles-ci terminées, la corrélation des deux nous permettra de confirmer d’éventuelles hypothèses.

Sécurisez votre réseau

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Maintenant que notre serveur principal est déployé et que nous y avons appliqué un premier niveau de sécurisation système, occupons-nous de sa sécurisation réseau. Nous allons détailler en quoi les attaques réseau sont primordiales dans notre modèle de menace. Comme nous le verrons, l’accès distant est le risque principal qui guette nos serveurs. Nous allons mettre en œuvre une sécurité en profondeur et les mesures de protection réseau en seront une de ses dimensions importantes.

CVE-2020-3433 : élévation de privilèges sur le client VPN Cisco AnyConnect

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Cet article explique comment trois vulnérabilités supplémentaires ont été découvertes dans le client VPN Cisco AnyConnect pour Windows. Elles ont été trouvées suite au développement d’un exploit pour la CVE-2020-3153 (une élévation de privilèges, étudiée dans MISC n°111). Après un rappel du fonctionnement de ce logiciel, nous étudierons chacune de ces nouvelles vulnérabilités.