TLS, état des lieux côté serveur

Magazine
Marque
MISC
Numéro
72
|
Mois de parution
mars 2014
|
Domaines


Résumé
Configurer TLS côté serveur est difficile. 19% des sites en HTTPS proposent toujours SSLv2. 28% vont négocier une session avec DES_CBC_SHA et ses clés de 56 bits si le client le demande. Il y a un peu plus d'un an, la majorité des experts en SSL/TLS recommandaient RC4 à AES. Quelques mois plus tard, c'était l'inverse. Une partie de la communauté cryptographique supporte Perfect Forward Secrecy, alors qu'une autre le refuse pour cause de lenteur. Il existe même des doutes sur le niveau réel de sécurité fourni par AES-256, par rapport à la version 128 bits. Ajoutons à cela une bonne dose de perte de confiance dans les standards existants, en particulier depuis que l'on sait Dual_EC_DRBG backdoored, et nous voici avec une parfaite recette de confusion et d'incohérence. Les désaccords sur la meilleure façon de configurer HTTPS sont nombreux. Et si le débat est utile aux experts, il est presque impossible pour un non-initié de naviguer dans la nébuleuse TLS, et d'en extraire une configuration de référence.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Sondes de détection : performances, évaluations et biais

Magazine
Marque
MISC
Numéro
106
|
Mois de parution
novembre 2019
|
Domaines
Résumé

En avril 2019, l’ANSSI a qualifié les premières sondes pour assurer la supervision de sécurité de réseaux. Les opérateurs d’importance vitale (OIV), les opérateurs de services essentiels (OSE) et, d’une manière générale, les organismes opérant des fonctions sensibles disposent ainsi de produits français de confiance : Cybels Sensor de Thales et Trackwatch Full Edition de Gatewatcher.La méthodologie d’évaluation des sondes n’est, hélas, pas publique. Les ingénieurs sécurité et réseau devant intégrer ces sondes ne disposent donc pas de guides pour effectuer la recette de leur efficacité en production. Cet article propose un retour d’expérience sur l’évaluation des sondes, notamment sous l’angle de la performance. Cet aspect est, en effet, particulièrement significatif puisque le taux de détection d’une sonde diminue si elle est submergée, quand bien même elle serait équipée des meilleurs signatures et moteurs d’analyse.

Richelieu : solution du challenge de la DGSE

Magazine
Marque
MISC
Numéro
106
|
Mois de parution
novembre 2019
|
Domaines
Résumé

En mai 2019, la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) a organisé pour la première fois un challenge de sécurité informatique ouvert au public, qu’elle a baptisé Challenge Richelieu. Je vous invite à écouter la bande originale du Bureau des Légendes en fond sonore. Imprégnez-vous de cette atmosphère pleine de tension où les secrets sont rois, puis regardons ensemble ce que nous réservait ce challenge.

Aléa et cryptanalyse de générateurs

Magazine
Marque
MISC
Numéro
106
|
Mois de parution
novembre 2019
|
Domaines
Résumé

La plupart des applications en cryptographie moderne nécessitent à un moment ou un autre une source d’aléa [1]. Que ce soit pour chiffrer, générer des nonces, des clés ou même des sels cryptographiques. Mais comment générer de l’aléa sur nos ordinateurs qui sont des machines déterministes ?Dans cet article, nous allons nous intéresser à la place de l’aléa dans les algorithmes de chiffrements modernes. Puis nous verrons trois CTF ou le but est de cryptanalyser des générateurs de nombres aléatoires ; cela nous permettra d’en comprendre le fonctionnement et de voir quelques attaques sur des générateurs de nombres aléatoires.

Contournement de l'API Google Play Billing

Magazine
Marque
MISC
Numéro
106
|
Mois de parution
novembre 2019
|
Domaines
Résumé

D'après le blog [INVESP], le montant global des paiements dits « in-app » représentait environ 37 milliards de dollars (USD) en 2017 pour les applications mobiles (Android et Apple). Ce montant représente quasiment la moitié des revenus générés par les applications mobiles (48,2%), dépassant les revenus générés par les régies publicitaires (14%), ainsi que l'achat d'applications (37,8%). Il est donc important que la sécurité de ces paiements soit correctement implémentée afin d'éviter un manque à gagner pour les développeurs des applications. Dans le cadre de cet article, nous avons passé en revue 50 applications Android afin d'étudier le fonctionnement de l'API Google Play Billing et d'identifier les vulnérabilités liées à une mauvaise implémentation. Nous détaillerons en exemple des applications vulnérables.

Introduction au dossier : éprouver la sécurité des applications mobiles

Magazine
Marque
MISC
Numéro
106
|
Mois de parution
novembre 2019
|
Domaines
Résumé

Il serait difficile de vous convaincre qu’aujourd’hui les applications mobiles ne représentent qu’une part minime de nos usages « numériques », et qu’il n’y a aucun risque de sécurité associé. La réalité est en effet bien différente, et dans le domaine des statistiques de la démesure, le volume de smartphones vendus a de quoi impressionner : plus d’un milliard par an depuis 2015.

L’intégration du « Privacy by Design » et de la SSI dans la gestion de projets en mode V ou Agile

Magazine
Marque
MISC
Numéro
106
|
Mois de parution
novembre 2019
|
Domaines
Résumé

L’analyse de l’actualité ne cesse de nous alerter sur la très faible prise en compte de la sécurité native dans un grand nombre de projets et plus particulièrement sur la sous-estimation de l’intégration des exigences de protection de la vie privée.Les articles 25 du RGPD « Protection des données dès la conception et protection des données par défaut » et 32 « Sécurité du traitement », formalisent l’obligation pour le responsable du traitement de prendre en compte les exigences juridiques et techniques pendant toutes les phases des projets de la conception jusqu’à la fin de vie du système cible.Nous nous attacherons à identifier les principaux acteurs concernés et leurs modes de concertation dans les gestions de projets en V ou Agile.Nous chercherons à souligner les points d’attention et d’amélioration dans les deux méthodes.

Par le même auteur

Mozilla InvestiGator : quand vos serveurs se prennent pour Sherlock Holmes

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
11
|
Mois de parution
juin 2015
|
Domaines
Résumé

Avec suffisamment de serveurs à surveiller, l'investigateur expérimenté se retrouve souvent à chercher l'aiguille dans la botte de foin. Pour peu que l'infrastructure soit hétérogène, la recherche peut prendre plusieurs heures et souvent ne pas couvrir l’intégralité du domaine. Si vous êtes familier de ce problème et que PSSH ne fait plus l'affaire, la suite devrait vous intéresser. Une note toutefois : les personnages et situations qui suivent sont purement fictifs et ne représentent pas forcément la routine des investigations réalisées par l'auteur dans le cadre de son activité.

TLS, état des lieux côté serveur

Magazine
Marque
MISC
Numéro
72
|
Mois de parution
mars 2014
|
Domaines
Résumé
Configurer TLS côté serveur est difficile. 19% des sites en HTTPS proposent toujours SSLv2. 28% vont négocier une session avec DES_CBC_SHA et ses clés de 56 bits si le client le demande. Il y a un peu plus d'un an, la majorité des experts en SSL/TLS recommandaient RC4 à AES. Quelques mois plus tard, c'était l'inverse. Une partie de la communauté cryptographique supporte Perfect Forward Secrecy, alors qu'une autre le refuse pour cause de lenteur. Il existe même des doutes sur le niveau réel de sécurité fourni par AES-256, par rapport à la version 128 bits. Ajoutons à cela une bonne dose de perte de confiance dans les standards existants, en particulier depuis que l'on sait Dual_EC_DRBG backdoored, et nous voici avec une parfaite recette de confusion et d'incohérence. Les désaccords sur la meilleure façon de configurer HTTPS sont nombreux. Et si le débat est utile aux experts, il est presque impossible pour un non-initié de naviguer dans la nébuleuse TLS, et d'en extraire une configuration de référence.

Postscreen, l'exterminateur de zombies

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
147
|
Mois de parution
mars 2012
|
Domaines
Résumé
Il y a plus d'un an de cela, je vous présentais dans ces pages un formidable répulsif à Sus scrofa domesticus, j'ai nommé DSPAM. Au même moment, notre rédacteur en chef préféré m'avouait sa passion déraisonnable et certainement bien personnelle pour ce formidable résidu de cuisine qu'est le pâté de jambon, communément appelé Spam de mon côté de l'Atlantique. Fort de ma machine à tokens dopée aux amphétamines (toujours DSPAM), je m'empressais de pondérer les propos du malheureux finnois d'une statistique bien négative, et éventuellement repoussais lesdits échanges aux confins de mon dossier spam (sans pour autant bannir complètement l'intéressé, dont la conversation est toujours des plus constructive et bienvenue). Heureux de ma vie tranquille, lisant plaisamment mes courriels sans l'once d'une distraction viagriarienne « enlarge your peniche » pendant presque un an, je relâchais donc ma garde. Mais le spammer est malin, et sous prétexte de bricoler des bidules électroniques, le voilà qui libérait toute une armée de zombies spammers prêts à délivrer leurs contenus dégoûtants dans les entrailles de l'Internet.

Développement web en Perl avec Mojolicious

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
138
|
Mois de parution
mai 2011
|
Résumé
Cela fait maintenant quelques années que Perl, en tant que langage de développement web, se fait discret. Beaucoup de développeurs l'utilisent toujours, mais la (relativement récente) vague Python/Ruby s'est ajoutée à PHP pour occuper l'essentiel du Web. En tant que sysadmin, j'ai une tendance naturelle au conservatisme : si ça marche, ne touche à rien. Bon, évidemment, ça ne s'applique pas partout, mais quand il s'agit de programmation, j'aime bien me dire que Perl fera le boulot au moins aussi bien, et peut-être mieux, que d'autres langages.J'étais donc curieux du petit dernier de la communauté Perl : le framework MVC Mojolicious. Petit frère du très reconnu Catalyst, Mojolicious est un projet récent qui essaie de corriger certains mécontentements que les moines de Perl ont pu ressentir en utilisant Catalyst. Dans la mesure où les robes en bure, hormis le fait que ça gratte, ce n'est pas ma spécialité (et n'étant pas développeur de nature), cet article n'est pas un rapport d'expertise sur Perl et les frameworks MVC, mais plutôt une introduction au développement web avec Perl et Mojolicious 1.1.

Combattre efficacement le spam avec DSPAM

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
132
|
Mois de parution
novembre 2010
|
Résumé
Vous avez déjà goûté du spam ? Je veux dire, du vrai spam. Celui qui est servi en boîtes rectangulaires et a vaguement la couleur du jambon. On m’en a servi, une fois, lors d’un réveillon, et je peux vous assurer que ce n’est vraiment pas bon ! Mais le spam dont on va parler ici est différent, plus électronique, mais tout aussi dégoûtant.Combattre le spam est probablement la tâche la plus complexe du postmaster. Les techniques sont nombreuses et il est indispensable de les cumuler pour obtenir un résultat pertinent.