« Government compelled certificate creation » et interception de VPN SSL

Magazine
Marque
MISC
Numéro
69
|
Mois de parution
septembre 2013
|
Domaines


Résumé
Le directeur général est allé négocier un important contrat dans un pays étranger [1]. Son officier de sécurité l’avait averti sur les risques d’interception par le gouvernement local et de ne jamais mentionner le montant de l’offre française par téléphone. Il a également fait attention à ne jamais mentionner d’informations sensibles ni dans sa chambre d’hôtel ni dans les locaux avant la réunion finale. Le seul moment où il a mentionné le montant avant la soumission officielle, était par e-mail à son directeur financier pour avoir son avis suite à un changement de dernière minute. Cet e-mail était transmis sur un canal chiffré, le VPN SSL de l’entreprise. Il avait pris soin de s’authentifier avec son token et de vérifier l’absence d’erreurs de certificats. Pourtant… pourtant le champion local avait, semble-t-il, eu vent du montant et, au dernier moment, baissé son offre… à peine cent mille euros en dessous de la sienne. Le contrat était perdu, des mois d’efforts qui se soldent par un échec.Comment ce concurrent a-t-il fait ? Une nouvelle vulnérabilité dans SSL ? Un Zero-Day sur le concentrateur VPN ? Ou avait-il déjà compromis le SI de l’entreprise [2] ? Rien de tout cela : dans ce cas le gouvernement locala simplement utilisé une vulnérabilité inhérente à la conception du modèle de confiance de distribution des certificats SSL, afin d'aider l'entreprise concurrente.Cette attaque est connue depuis des années et documentée de façon spécifique en 2010 par Christopher Soghoian et Sid Stamm [Gov Cert] et rend accessible ce type d'interception de communications chiffrées à de nombreux gouvernements.Dans un premier temps, nous exposerons le fonctionnement de l’attaque avec un exemple de mise en œuvre technique puis nous aborderons différentes contre-mesures.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Antivirus Avira (CVE-2019-18568) : quand l'authentification d'un PE mène à une LPE

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

En juillet 2019, je me suis penché sur la sécurité d'un antivirus grand public, connu sous le nom de « Avira ». Lors de cette analyse, j'ai identifié, dans le driver en charge d'authentifier un programme exécutable, une vulnérabilité menant à une élévation de privilèges. Après une brève présentation du composant noyau, nous étudierons en détail la vulnérabilité et préparerons les éléments nécessaires à la réussite d'une exploitation.

« Certifier » son serveur mail

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
118
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Avoir son propre serveur de mails bien à soi est le rêve de beaucoup d’utilisateurs GNU/Linux. Cependant, depuis quelque temps, les principaux acteurs du net exigent que nous montrions patte blanche avant de transférer ou d'accepter nos courriels. Voyons donc comment faire.

Analyse UEFI avec Windbg

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

La dernière étape dans la mise en place d’un environnement de travail complet en UEFI va être l’installation d’un debugger. Celui-ci va permettre de, non seulement faciliter le développement au sein du micrologiciel, mais aussi de comprendre dynamiquement le code source. Dès lors, il sera possible de mieux appréhender ce code afin de l’éditer et créer son propre UEFI.

Extraction des secrets de lsass à distance

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Le mouvement latéral est une composante essentielle des tests d’intrusion. Cette phase peut être fastidieuse si les cibles sont correctement protégées. L’outil « lsassy » répond à ce besoin en permettant d’extraire à distance les secrets présents sur des machines.

Par le même auteur

« Government compelled certificate creation » et interception de VPN SSL

Magazine
Marque
MISC
Numéro
69
|
Mois de parution
septembre 2013
|
Domaines
Résumé
Le directeur général est allé négocier un important contrat dans un pays étranger [1]. Son officier de sécurité l’avait averti sur les risques d’interception par le gouvernement local et de ne jamais mentionner le montant de l’offre française par téléphone. Il a également fait attention à ne jamais mentionner d’informations sensibles ni dans sa chambre d’hôtel ni dans les locaux avant la réunion finale. Le seul moment où il a mentionné le montant avant la soumission officielle, était par e-mail à son directeur financier pour avoir son avis suite à un changement de dernière minute. Cet e-mail était transmis sur un canal chiffré, le VPN SSL de l’entreprise. Il avait pris soin de s’authentifier avec son token et de vérifier l’absence d’erreurs de certificats. Pourtant… pourtant le champion local avait, semble-t-il, eu vent du montant et, au dernier moment, baissé son offre… à peine cent mille euros en dessous de la sienne. Le contrat était perdu, des mois d’efforts qui se soldent par un échec.Comment ce concurrent a-t-il fait ? Une nouvelle vulnérabilité dans SSL ? Un Zero-Day sur le concentrateur VPN ? Ou avait-il déjà compromis le SI de l’entreprise [2] ? Rien de tout cela : dans ce cas le gouvernement locala simplement utilisé une vulnérabilité inhérente à la conception du modèle de confiance de distribution des certificats SSL, afin d'aider l'entreprise concurrente.Cette attaque est connue depuis des années et documentée de façon spécifique en 2010 par Christopher Soghoian et Sid Stamm [Gov Cert] et rend accessible ce type d'interception de communications chiffrées à de nombreux gouvernements.Dans un premier temps, nous exposerons le fonctionnement de l’attaque avec un exemple de mise en œuvre technique puis nous aborderons différentes contre-mesures.

Méthodologie d’audit et de sécurisation d’imprimantes multifonctions

Magazine
Marque
MISC
Numéro
59
|
Mois de parution
janvier 2012
|
Domaines
Résumé
Depuis quelques années, les imprimantes multifonctions (Multi Function Printer) ont beaucoup évolué en intégrant de nouvelles fonctionnalités : fax, stockage des données sur disque dur, serveurs FTP, serveur mail, serveur web, partages réseau, etc.La plupart des entreprises considèrent encore ces MFP comme un simple périphérique d’impression ou de reprographie, parfois dotés d’un media de stockage pouvant exposer des informations sensibles. Mais beaucoup ignorent qu’en réalité ils connectent un serveur, une boîte noire, souvent laissée dans sa configuration par défaut, à leurs réseaux et par lesquels transitent des informations souvent très sensibles.L’audit de MFP est, de par la nature de ces périphériques, un sujet à la fois abondamment traité et à la fois mal connu. Toute la difficulté d’auditer et de sécuriser ce type de système vient de la dualité entre un système standard - un périphérique IP muni d’un disque dur interagissant via des protocoles standards - et l’aspect boîte noire, chaque modèle étant très spécifique.Cet article est articulé en deux parties, la première traitant de l'audit et la deuxième partie de la sécurisation des MFP ; en gardant une approche duale, présentant à la fois les grands principes et des exemples précis.

Intrusion sur BlackBerry Enterprise Server

Magazine
Marque
MISC
Numéro
51
|
Mois de parution
septembre 2010
|
Domaines
Résumé
La solution BlackBerry de RIM est aujourd'hui l'un des systèmes les plus déployés en entreprise pour la messagerie en temps réel sur terminaux mobiles. Dans cet article, nous nous intéresserons aux intrusions sur BlackBerry Enterprise Server ; nous verrons en particulier comment la compromission de ce serveur peut engendrer la compromission de l'ensemble de la flotte et l'interception des données transitant par les terminaux (mail, SMS, appels téléphoniques, micro d'ambiance). Enfin, la dernière partie présentera quelques éléments de sécurisation.

Propagation virale sur terminaux mobiles : la viabilité du vecteur Bluetooth

Magazine
Marque
MISC
Numéro
50
|
Mois de parution
juillet 2010
|
Domaines
Résumé

Depuis 2003, le Bluetooth est régulièrement présenté comme un vecteur de propagation virale sur terminaux mobiles. Technologie par excellence pour les communications sans fil à courte distance, son omniprésence et sa facilité d’utilisation en font un vecteur de choix pour la propagation de malwares. Il est cependant encore difficile aujourd’hui d’estimer le danger réel présenté par cette technologie.Dans cet article, nous nous intéresserons aux différents paramètres entrant en compte dans la propagation d’un ver Bluetooth et nous questionnerons sur la viabilité de ce vecteur.